Aller au contenu principal

Ce que signifie l'état d’urgence sanitaire

Dans le contexte pandémique actuel, la déclaration d’un «état d’urgence» aux États-Unis, au Japon, en Italie, en Espagne et, plus récemment encore, au Portugal marque l’actualité. Le Maroc n’a pas échappé à cette tendance, le nombre des cas de contamination au Covid-19 est de 66, le ministère de l’Intérieur a décrété un état d’urgence spécifique aux crises sanitaires. Le royaume a également déclaré la restriction de tous les déplacements dans le pays.

Par Khansaa Bahra, Publié le 20/03/2020 à 10:59, mis à jour le 20/03/2020 à 15:03
Teaser Media
Le Maroc décrète l’état d’urgence sanitaire

En réponse à la menace croissante du Coronavirus, le Maroc a déclaré l’état d’urgence et la restriction de tous les déplacements dans le pays. Cette mesure, qui entre en vigueur ce vendredi soir à 18 heures, intervient après l’appel du gouvernement, mercredi dernier, aux citoyens à limiter leurs déplacements et à se placer en isolement volontaire, souligne Le 360.

Par l’instauration de cet état d’urgence, le gouvernement opère un choix stratégique. L’État prend des mesures exceptionnelles nécessitant de limiter la circulation des citoyens, sans pour autant arrêter l’activité économique, indique un communiqué du ministère de l’Intérieur. Afin de réduire au maximum la circulation des citoyens, ces derniers devront se munir d’un document justifiant d’un déplacement délivré par les agents d’autorité afin de pouvoir quitter leurs domiciles. À compter de ce vendredi 20 mars à 18h et jusqu’à nouvel ordre, l’attestation de déplacement sera indispensable pour sortir de son confinement sans risquer une amende. Ce document, téléchargeable à cette adresse, permettra à chacun d’attester la nature de son déplacement, la destination et la raison. Il doit impérativement être sur support papier et signé par les autorités exception des déplacements de travail où l'attestation de l'employeur suffit. L’heure est donc au confinement total, sauf exception pour :

  • Les déplacements liés aux achats de première nécessité dans le périmètre du lieu de résidence ;

  • Les déplacements pour raison de santé, pour recevoir les soins nécessaires ou pour se procurer les médicaments auprès des pharmacies ;

  • Les déplacements entre le domicile et le lieu de travail lorsque le télétravail n’est pas possible.

Selon le communiqué, les salariés autorisés à se déplacer doivent impérativement travailler pour «les administrations et les établissements ouverts, dont les sociétés, les usines, les travaux agricoles, les locaux et espaces de commerce en rapport avec la vie quotidienne du citoyen, les pharmacies, les secteurs bancaire et financier, les stations d’approvisionnement en hydrocarbures, les cliniques et cabinets médicaux, les agences des sociétés de télécommunications, les professions libérales indispensables et les locaux de vente des produits d’hygiène».

Que risquent les contrevenants ?

Le communiqué met en garde : «toute citoyenne et tout citoyen est tenu de se conformer à ces mesures obligatoires sous peine de sanctions prévues dans le Code pénal». Les autorités locales et les Forces publiques, Sûreté nationale, Gendarmerie royale et Forces auxiliaires, vont «veiller à l’application des mesures de contrôle avec fermeté à l’encontre de toute personne se trouvant sur la voie publique», souligne le communiqué. En cas de désobéissance, le gouvernement adopte une batterie de sanctions contre les contrevenants, explique Le Site Info. L’échelle des peines est progressive et dépend de la gravité des comportements. Conformément aux articles 300 et 301 du Code pénal, toute attaque ou toute résistance à cette décision, qui constitue une rébellion, sera punie d’un mois à trois ans d’emprisonnement et d’une amende de 60 à 1000 dirhams.

Pourquoi le gouvernement a-t-il décrété l’état d’urgence ?

Bien que le Maroc reste encore relativement épargné par le virus, le nombre de cas déclarés est passé de 8 à 66 en une semaine, avec trois décès confirmés. En soi, la décision marocaine de recourir à un état d’exception n’a pas de quoi surprendre. L’état d’urgence sanitaire peut être déclaré sur tout ou partie du territoire en cas de catastrophe sanitaire, notamment d’épidémie mettant en jeu la santé de la population. «Il s’agit là d’une mesure inévitable pour garder la situation sous contrôle», souligne le communiqué du ministère de l’Intérieur. L’état d’urgence permettra également la réquisition de tous biens et services nécessaires afin de lutter contre le Coronavirus.

Cette mesure drastique rentre dans le cadre des mesures préventives mises en place par le gouvernement afin de freiner la propagation du COVID-19 sur le territoire, rappelle Morocco World News. Cette décision intervient également alors que le stade 2 de l’épidémie a été déclaré après l’apparition de cas d’infections au Maroc.

Pour rappel, tous les vols internationaux à destination et en provenance du Maroc ont été suspendus jusqu’à nouvel ordre, ainsi que les routes maritimes entre le Maroc et l’Europe et toutes les frontières terrestres sont désormais fermées. Depuis lors, quelques milliers de touristes étrangers sont toujours bloqués, déplore TV5 Monde, ajoutant que près de 140 vols spéciaux ont permis de ramener 20000 personnes, dont environ les deux tiers sont Français.

Les restaurants, les cafés, les salles de cinéma et les théâtres, les salles de fête, les clubs et salles de sport, les hammams, les salles de jeu et les terrains de proximité sont fermés. Enfin, tout rassemblement, réunion ou activité mettant en présence de manière simultanée plus de 50 personnes, est interdit jusqu’à nouvel ordre. De ce fait, les mosquées du Maroc ont également été fermées. Le ministère de l’Éducation nationale a annoncé la suspension des cours dans tous les établissements scolaires et universités du public, du privé et des missions.

22e anniversaire de la mort de feu le roi Hassan II

Ce vendredi 23 juillet marque le 22e anniversaire de la mort de feu roi Hassan II. Bien que ce jour soit commémoré avec une grande tristesse, il a aussi été porteur d’espoir pour un nouveau départ ave...

Pegasus : les dessous d’une affaire de grande envergure

Conçu en 2013 et vendu officiellement à des organisations étatiques pour la surveillance des person...

Covid-19 : un nouveau rappel à l'ordre du ministère de la Santé

La progression vertigineuse de la Covid-19 au Maroc a poussé le ministère de la Santé à hausser le ...

Vaccin de Sinopharm : le Maroc réceptionne deux millions de doses

Ce vendredi 23 juillet, le Maroc a reçu une nouvelle cargaison de vaccins en provenance de la Chine. Il s’agit de deux millions de doses du vaccin chinois Sinopharm. Ainsi, suite à cette livraison, le...

Comment s'organise l'Aïd Al-Adha au Maroc ?

La célébration de l’Aïd Al-Adha, Aïd El-Kébir, qui est la plus grande fête de l’année pour les musu...

Covid-19 : grave détérioration des indicateurs de la pandémie

Le bilan épidémiologique bimensuel du ministre de la Santé souligne que le nombre d’infections à la Covid-19 a connu une importante hausse durant les deux dernières semaines. Selon Abdelkrim Meziane B...