Aller au contenu principal

La facture salée du parc automobile de l'État

Mohamed Ben Ouda, directeur de la société nationale des transports et de la logistique (SNTL), a livré cette semaine le bilan des dépenses en voitures de fonctionnement durant l’année 2019. Il en ressort que les charges liées à l’acquisition et l’entretien des voitures, à l’immatriculation et à la consommation de carburant, s’élèvent à plus de 2 milliards de dirhams (2,072 milliards de dirhams). Un chiffre en légère baisse par rapport à celui de 2018 (2,077 milliards de DH).

Par Mohamed L., Publié le 14/02/2020, mis à jour le 14/02/2020
Teaser Media
Parc automobile

Les appels du chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, à «serrer la ceinture» n’auront pas suffi à faire baisser les charges de l’État, constate le quotidien arabophone Al Massae dans son numéro du 14 février 2020. Le journal rapporte que les prestations de services ont coûté à l’État la somme de 2,072 milliards de dirhams. L’annonce a été faite cette semaine par Mohamed Ben Ouda, directeur général de la société nationale des transports et de la logistique (SNTL), lors de sa présentation à la Chambre des représentants. En détail, la consommation du carburant a coûté plus d’un milliard de dirhams, le coût des réparations est estimé à 480 millions de dirhams tandis que l’achat de voitures neuves a coûté 286 millions de dirhams à l’État.

Selon Al Massae, les responsables expliquent cette procédure d’achat de voitures par le coût élevé de réparation des voitures du parc automobile et la mise à disposition d’autres véhicules en cas de panne (480 millions de DH). Pour eux, l’achat de voitures serait une meilleure option que de rouler avec des voitures «usées». Ben Ouda affirme que les administrations publiques sont les premiers bénéficiaires et les premiers utilisateurs des voitures de fonction étatiques (92 000) devant les collectivités territoriales (42 647) et les établissements publics (18 383), rapporte Al Ahdath Al Maghribia.

De leur côté, les charges liées à la téléphonie mobile et à l’électricité ont atteint 1 953 milliards de dirhams en 2019. Al Massae s’attend à ce que la facture de l’année 2020 soit encore plus salée et atteigne 1 967 milliards de dirhams, au moment où le royaume conduit des chantiers de grande envergure sur les énergies renouvelables.

Le directeur général de la SNTL a souligné avoir conclu plus de 1150 partenariats avec des entreprises pour servir l’administration. Parmi ces 1150 partenariats, 800 sont des stations de service et 100 sont des centres de visite technique. Pour rappel, la Société nationale des Transports et de la Logistique (SNTL) dispose d’un nombre important de clients dans différents secteurs d’activité. Le volume des affaires de l’entreprise varie entre 600 et 700 millions de dirhams. 85% du chiffre d’affaires enregistré concernent les comptes de grands clients et 15% concernent des administrations publiques et des clients privés.


  • Partagez

La commission Benmoussa sur les terres du Kif

La commission chargée du nouveau modèle de développement a effectué une visite au nord du pays (Cha...

Sahara : le ministre slovaque n’est plus candidat au poste d’émissaire de l’ONU

Le secrétaire général des Nations Unies (ONU), Antonio Guterres, aurait renoncé à l’idée de nommer le ministre slovaque des Affaires étrangères, Miroslav Lajčák, nouvel émissaire spécial de l’ONU pour...

Le Kazakhstan s’apprête à ouvrir une ambassade à Rabat

Ce lundi 24 février, l’agence de presse kazakhe Nur KZ a rapporté que le Kazakhstan devrait ouvrir une ambassade à Rabat. Ceci intervient dans le cadre d’un projet de résolution du gouvernement, élabo...

Une délégation saoudienne en visite de travail à Rabat

Ce lundi 24 février à Rabat, le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a reçu le président du Conseil saoudien de la Choura, Abdullah Ibn Muhammad Al-Sheikh. Ce dernier préside une délégati...

L’Espagne ne reconnaît ni le Polisario ni la RASD

Dimanche 23 février, la ministre espagnole des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez Laya, a tenu à préciser que «l’Espagne ne reconnait pas la République arabe sahraouie démocratique (RASD)». Elle a ...

Le PJD attise la colère de la majorité gouvernementale

Le sujet de la réforme du Code pénal continue de faire polémique au sein du gouvernement. La tensio...