Aller au contenu principal

Coronavirus : les autorités marocaines en guerre contre les "Fake News"

Alors que le gouvernement multiplie les efforts pour identifier et éviter tout risque de propagation du coronavirus au Maroc, plusieurs individus font circuler des rumeurs au sujet de la contamination présumée de plusieurs citoyens. Le ministère de la Santé, quant à lui, rassure et recommande d’adopter des mesures de préventions basiques pour prévenir d’infection. De leur côté, les autorités chinoises dressent ce vendredi un bilan alarmant sur les nombres de décès et de contamination dus à cette maladie encore mystérieuse.

Par Nora Jaafar, Publié le 07/02/2020 à 11:10, mis à jour le 07/02/2020 à 21:50
Teaser Media
Coronavirus : les autorités marocaines en guerre contre les Fake News

La psychose autour du coronavirus se poursuit au Maroc. La police judiciaire de Meknès a arrêté jeudi un homme de 22 ans pour avoir répandu des rumeurs sur la propagation du coronavirus 2019-nCOV (n pour nouveau et COV pour coronavirus) dans le royaume. Ce dernier a partagé une vidéo sur les réseaux sociaux dans laquelle, portant un masque médical, il affirmait que les autorités marocaines avaient enregistré des décès dus au virus chinois à Meknès, indique un communiqué de la Direction générale de la sécurité nationale (DGSN). La même source explique qu’après avoir mené une enquête pour élucider cette affaire, le suspect a été arrêté ce jeudi 6 février. La DGSN a ensuite condamné les rumeurs et les "fake news" (informations erronées) qui créent la panique parmi les citoyens.

Dans son édition du 7 février, Al Ahdath Almagribia, rapporte qu'une autre femme a été arrêtée à Fès pour les mêmes motifs. Celle-ci avait partagé une vidéo sur Facebook avertissant les Marocains que les autorités avaient détecté un cas de coronavirus dans un restaurant chinois de Fès appelé "La Grande Muraille". Les gérants de l’établissement ont par la suite condamné cette fausse rumeur, en soulignant qu’ils allaient intenter un procès contre la responsable.

Mesures préventives contre le coronavirus

Par ailleurs, jusqu’à présent, aucun cas de contamination n’a été détecté au Maroc. Le gouvernement a mis en place un mécanisme de contrôle approfondi pour détecter les éventuels porteurs du coronavirus. Des dispositifs de surveillance très strictes ont été déployés dans les aéroports et les ports internationaux du pays. Le royaume a également mis en place un système de surveillance médicale au niveau de la frontière de Guerguerat, a annoncé jeudi la direction de la santé de la ville de Dakhla.

De son côté, le Professeur Kamal Marhoum El Filali, chef du service des maladies infectieuses au Centre hospitalier universitaire (CHU) Ibn Rochd de Casablanca, a souligné à L’Économiste que pour le moment «la prévention reste le meilleur moyen de se prémunir contre ce virus». Tout en précisant que «l’état actuel des connaissances ne permet pas encore de déterminer l’origine de l’infection», il recommande aux Marocains «de se laver les mains au savon ou avec du gel hydro-alcoolique plusieurs fois par jour, d’éviter les embrassades (ce qui est difficile dans le contexte marocain), de se tenir à distance de 1 m de son interlocuteur pour éviter d’être contaminé...». Et d’ajouter qu’il serait préférable «d’éternuer dans un mouchoir ou à défaut dans le pli de son coude». «Des gestes simples qui peuvent sauver une vie», conclut le professeur.

La progression du coronavirus s’accélère en Chine

Pour la première fois depuis l’apparition du coronavirus en Chine, les Chinois sont en colère. Bien que le nombre de décès dus au virus a atteint ce vendredi 636 morts et 31 161 cas d’infection dans le pays, toute la nation est tournée vers le gouvernement chinois. En effet, le pays reproche à son autorité dirigeante d’avoir ignoré les avertissements de Li Wenliang, un médecin de 34 ans. Selon Le New York Times, Wenliang, mort du coronavirus ce jeudi 6 février, avait été le premier à signaler au public l’existence d’une nouvelle maladie meurtrière en Chine. Salué aujourd’hui comme un héros national, le jeune médecin avait cependant été appréhendé en décembre 2019 par la police de Wuhan pour diffamation et circulation de fausses rumeurs.

La mort de Wenliang a encore aggravé la situation d’un pays déjà bouleversé par l’expansion du coronavirus, dont l’origine n’a toujours pas été déterminée. Toutefois, plus tôt ce vendredi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a affirmé que le nombre de nouveaux cas confirmés avait diminué pour la première fois depuis le début de l’épidémie.

Covid-19 : vacciner massivement pour éviter les restrictions

Ce lundi soir, le gouvernement a annoncé de nouvelles restrictions afin de freiner la propagation d...

Comment affronter le quotidien avec plus de confiance ?

De nature, l’être humain affronte son quotidien avec beaucoup d’hésitation et d’incertitude. Et si mon réveil ne sonne pas ? Et si j’arrive en retard à mon entretien d’embauche ? Et si je ne décroche ...

Covid-19 : le gouvernement impose de nouvelles restrictions

En raison de la recrudescence des cas de contamination et de décès liés à la Covid-19, le gouvernement marocain a décidé de durcir davantage les mesures restrictives en vigueur. Les nouvelles disposit...

Covid-19 : la vaccination contre la saturation imminente des hôpitaux

Le taux d’occupation des lits de réanimation consacrés aux patients souffrant de la Covid-19 est pa...

Fermeture de plusieurs établissements pour violation de l’état d’urgence sanitaire

Sur ordre de la wilaya de la région de Marrakech-Safi, et après avoir organisé une pool-party, un hôtel a été fermé dans la ville ocre pour violation du protocole sanitaire contre la Covid-19. Les élé...

Driouch : intense activité sismique

La terre n'arrête pas de trembler dans la province de Driouch (région de l'Oriental) depuis vendredi. Ce lundi, une nouvelle secousse tellurique de magnitude 4,3 degrés sur l'échelle de Richter a eu l...