Aller au contenu principal

Destitution de Donald Trump : fin d'une saga politique

La saga de destitution du président américain Donald Trump a pris fin ce mercredi 5 février. Après un procès éclair au Sénat, le plus court de l’histoire des États-Unis, le 45e président du pays a été acquitté (comme prévu) par ses confrères républicains qui détiennent la majorité des sièges à la Chambre haute. De leur côté, les démocrates dénoncent que, de par ce verdict partial, Trump risque de menacer davantage la stabilité et la sécurité du pays surtout que ce dernier brigue un second mandat présidentiel.

Par Nora Jaafar, Publié le 06/02/2020 à 16:58, mis à jour le 06/02/2020 à 18:05
Teaser Media
Destitution de Donald Trump : fin d'une saga politique

Fin du procès de destitution du président américain Donald Trump. Ce mercredi 5 février, le Sénat américain a annoncé que Trump a été acquitté de son procès en destitution, qui n’a duré que 12 jours. La Chambre haute (Sénat), contrôlée par les collègues républicains du président, l’a ainsi blanchi des deux mises en accusation dont il faisait objet, notamment "abus de pouvoir" (52 voix contre 48) et "entrave à la bonne marche du Congrès" (53 voix contre 47). Notons que cette procédure, plus politique que criminelle, a été initiée en décembre par les démocrates du Congrès. Ces derniers avaient accusé l’occupant du bureau ovale d’avoir fait du chantage au président de l’Ukraine, Volodymyr Zelensky, pour le pousser à annoncer le lancement d’une enquête de corruption sur Joe Biden, principal rival démocrate de Trump dans les futures présidentielles du 3 novembre 2020.

Selon BBC News, enhardi et encouragé par le verdict du Sénat, le milliardaire républicain a affirmé qu’il compte poursuivre sa campagne de réélection, devenant ainsi le premier président américain destitué par le Congrès à briguer un second mandat.

Comment s’est déroulé le vote de destitution ?

Mitt Romney, sénateur de l’Utah, a été le seul républicain à voter contre Trump pour la mise en accusation relative à l’abus de pouvoir. Malgré les efforts des démocrates, deux autres républicains modérés, Susan Collins du Maine et Lisa Murkowski d’Alaska, ne se sont pas joints à Romney pour approuver la condamnation du président. Collins a même affirmé à CNN que le président avait bien compris sa "leçon". En outre, bien que certains sénateurs républicains aient critiqué le comportement de Trump ces derniers jours, ils ont cependant jugé qu’il ne méritait pas d’être démis de ses fonctions.

Rappelons que conformément à la Constitution des États-Unis, pour limoger un responsable qui fait l’objet d’une procédure de destitution il faut que les deux tiers du Sénat (67 sièges sur 100) votent en faveur de sa destitution.

Comment le président Trump a-t-il réagi ?

Le 45e président des États-Unis, qui cherche à rester 4 ans de plus à la Maison-Blanche, a affirmé et répéter depuis le début de la procédure de destitution qu’il n’avait rien fait de mal. Après l’annonce du verdict du Sénat, il s’est contenté d’un tweet humoristique, insinuant qu’il resterait bien au Bureau ovale à vie, rapporte France24.

De plus, Trump, dont le sondage populaire a atteint le niveau record de 49 % d'opinions favorables selon l’institut Gallup, a déclaré qu’il s’adresserait à sa nation, ce jeudi en soirée afin de vanter son acquittement, mais aussi pour promouvoir sa candidature aux élections de 2020.

Son équipe électorale a souligné pour sa part : « Le président Trump a été totalement disculpé et il est maintenant temps de revenir aux affaires du peuple américain. Les bons à rien de démocrate savent qu’ils ne peuvent pas le battre, alors ils ont dû le mettre en accusation ». Selon CNN, elle a également précisé que « cette terrible épreuve et cette absurdité n’étaient qu’une tactique de campagne des démocrates ». Et d’ajouter : « Ce canular de mise en accusation sera considéré comme la pire erreur de calcul de l’histoire politique américaine ».

Du côté démocrate, les députés se sont indignés face au verdict du Sénat. La présidente démocrate du Congrès, Nancy Pelosi, a déploré que Trump reste « une menace permanente pour la démocratie américaine » et que les républicains de la Chambre haute ont « normalisé l’anarchie ». Chuck Schumer, leader démocrate au Sénat, a déclaré quant à lui qu’il y aurait toujours « un astérisque géant à côté de l’acquittement du président ».

#FreeBritney : la saga judiciaire de Britney Spears ravive la campagne

Sous tutelle depuis plus de douze ans à la suite de troubles psychologiques, la chanteuse Britney Spears s’exprimera ce mercredi 23 juin devant le tribunal de Los Angeles. Lors de cette audience, la c...

Espagne : grâce pour neuf indépendantistes catalans

Ce lundi 21 juin, Pedro Sánchez, président du gouvernement d’Espagne, a annoncé qu’il allait proposer au Conseil des ministres d’accorder une grâce à neuf dirigeants indépendantistes catalans incarcér...

Décryptage de la situation politique en Libye

Dans ce podcast, Medi1 revient sur la situation politique actuelle en Libye notamment avec la réouverture de la route côtière entre l'est et l'ouest du pays. Un événement qui se produit quelques jours...

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères bientôt aux EAU

Pour sa première visite aux pays du Golfe, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, se rendra aux Émirats arabes unis (EAU) la semaine prochaine. Cette visite intervient aprè...

Régionales 2021 : abstention record en France

Ce dimanche 20 juin, la France a tenu le premier tour des élections régionales et départementales. Plus de deux Français sur trois ont choisi de ne pas se rendre aux urnes. En effet, à la fermeture de...

Iran : une centrale nucléaire à l'arrêt après une défaillance technique

Depuis ce lundi 21 juin, l’unique centrale nucléaire d’Iran, située à Bouchehr, dans le sud du pays, est à l’arrêt. Selon l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA), elle le sera pour «quel...