Aller au contenu principal

Des élus parlementaires menacés d’expulsion au nord

Plusieurs maires et élus parlementaires représentant différents partis politiques (PJD, PAM, USFP, PPS) seraient menacés d’expulsion. Ces derniers comme le rapporte certaines sources médiatiques auraient commis des abus de pouvoir et feraient l’objet de nombreuses plaintes portant sur de graves accusations de détournement des deniers publics. Le tribunal administratif de Rabat devrait prononcer des verdicts à ce sujet dans les prochains jours.

Par Mohamed Laabi, Publié le 28/01/2020, mis à jour le 29/01/2020
Teaser Media
Parlement

Séisme dans la région du Nord. Des élus parlementaires du parti Authenticité et Modernité (PAM), de l’Union Socialiste des Forces Populaires (USFP), du Parti de la Justice et du développement (PJD) et du parti du progrès et du socialisme (PPS) pourraient quitter leurs postes au sein de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima. C’est en tout cas ce que nous révèle le quotidien arabophone Al Akhbar ce mardi 28 janvier 2020. Le journal affirme qu’une décision du tribunal administratif de Rabat devrait tomber dans les prochains jours à l’encontre des élus parlementaires soupçonnés de détournement des deniers publics.

Al Akhbar, qui a révélé l’identité de ces parlementaires, souligne que parmi eux figurent le président du conseil municipal de Tétouan Mohamed Idaamar (PJD), le président de la commune d’Azla, Larbi Ahnine (PPS), le président du conseil municipal de Fnideq, Mohamed Karrouk (PJD), le président de la commune rurale de Dar Ben Karrich, Abderrahmane Hajiouj (PAM), le président de la commune de Zaouiat Sidi Kacem, Brahim Bensabih (PPS) et enfin le président de la commune de Bni Said Mustapha Derboune (USFP).

La même source affirme que l’avenir du président du conseil municipal de Tétouan, Mohamed Idaamar est lié au verdict de la cour d’appel de Tétouan qui devrait avoir prochainement sur un dossier pointant sa mauvaise gestion. Même constat pour le président de la commune de Oued Laou, accusé d’avoir ignoré des décisions de justice et des avertissements du ministère de la tutelle.

Selon le site le360, « ces accusés sont dans de très sales draps, et même si la justice les blanchit, ces élus ne survivront pas aux prochaines sessions de février de leurs conseils communaux », puisque la «majorité écrasante de conseillers compte les acculer à la démission et à leur remplacement, séance tenante, à travers l’élection de nouveaux présidents». 

 

Le Roi demande des prix raisonnables pour le transport des MRE

Le roi Mohammed VI a demandé à l’ensemble des intervenants dans le domaine du transport aérien, en particulier la RAM et aux différents acteurs du transport maritime, de veiller à pratiquer des prix r...

Mesures sanitaires : une actualisation chaque 2 semaines

La situation épidémiologique au Maroc est maîtrisée, a affirmé ce jeudi le chef de l'exécutif, Saad Dine El Otmani, lors de l'ouverture de la réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement. El Otm...

Le Maroc réagit à la résolution du Parlement européen

Le Maroc a réagi à la résolution adoptée ce jeudi à Strasbourg. Dans un communiqué, la diplomatie m...

Parlement européen : la résolution contre le Maroc votée

Le Parlement européen a rendu ce jeudi son verdict concernant le projet de résolution contre le Mar...

Le Parlement européen adopte la résolution hostile au Maroc

Le Parlement européen vient d'adopter le projet de résolution RC9-0349/2021 sur la "violation de la convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant et utilisation de mineurs par les autor...

Maroc-Hongrie : signature de 10 accords de coopération

Ce mercredi 9 juin au siège du ministère des Affaires étrangères à Rabat, Péter Szijjártó, le ministre hongrois des Affaires étrangères, a été reçu par son homologue marocain Nasser Bourita. Lors de c...