Temps de lecture : 4 minutes

Accueil / Histoire / 4 juillet 1956 : 5.000 hommes de l’Armée de libération à disposition du Sultan

4 juillet 1956 : 5.000 hommes de l’Armée de libération à disposition du Sultan

Temps de lecture : 4 minutes

Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Le 4 juillet 1956 représente une date marquante dans l’Histoire militaire du Maroc. Ce ne sont pas moins de 5.000 hommes de l’Armée de libération marocaine qui se sont officiellement mis à la disposition du sultan Mohammed V. Cet événement a non seulement renforcé le pouvoir du Sultan, mais a également marqué un tournant décisif dans la lutte pour l’indépendance et l’unification du Royaume.

Temps de lecture : 4 minutes

Le Maroc, sous protectorat français depuis 1912, a connu une période de grande agitation et de mouvements nationalistes à partir des années 1940. L’Armée de libération marocaine a joué un rôle crucial dans la résistance contre l’occupation coloniale française et espagnole. Fondée en 1955, cette armée a été composée principalement de combattants marocains déterminés à obtenir l’indépendance du pays par tous les moyens nécessaires.

En mars 1956, le Maroc a officiellement obtenu son indépendance de la France. Toutefois, l’indépendance n’était pas synonyme de paix immédiate. Le pays faisait face à de nombreux défis internes, notamment l’unification de ses territoires et l’établissement d’un gouvernement stable et reconnu par toutes les factions. C’est dans ce contexte que l’Armée de libération marocaine a décidé de se mettre à la disposition du sultan Mohammed V, reconnaissant ainsi son autorité et renforçant sa position de leader incontesté du pays.

Lire aussi : 11 juin 1936 : premières grandes grèves des Marocains sous protectorat

Le rôle de l’Armée de libération

4 juillet 1956 : 5.000 hommes de l'Armée de libération à disposition du Sultan

Mohamed Ben Abdelkrim El-Khattabi. DR

L’Armée de libération marocaine, dirigée par des figures emblématiques comme Abbas Messaadi et Mohamed Ben Abdelkrim El-Khattabi, a été un acteur clé dans les mouvements de résistance armée. Cette armée a mené plusieurs opérations militaires contre les forces coloniales, notamment dans les montagnes du Rif et dans les régions du sud du Maroc.

Le 4 juillet 1956, la décision de mettre 5.000 hommes à la disposition du Sultan a été une reconnaissance officielle de l’autorité du Souverain. Ce geste a été perçu comme une volonté de coopération et d’unité nationale, essentiel pour la stabilisation et la reconstruction du Maroc post-colonial.

La mise à disposition de ces combattants a eu des répercussions politiques significatives. Tout d’abord, elle a consolidé la légitimité du sultan Mohammed V en tant que leader national. En se mettant sous son commandement, l’Armée de libération a montré qu’elle était prête à travailler avec le gouvernement nouvellement indépendant plutôt que de poursuivre une voie de conflit ou de division.

Ensuite, cet événement a favorisé l’unification des différentes régions du Maroc. L’Armée de libération opérait dans des zones géographiquement et culturellement diverses, et en se ralliant au Sultan, elle a aidé à surmonter les divisions internes. Cela a été crucial pour la formation d’un État marocain unifié et fort.

Lire aussi : 24 au 28 juin 1765 : l’affaire Larache

En dernier lieu, la décision a permis une intégration plus efficace des forces de résistance dans l’armée régulière du Maroc. Cela a, non seulement, renforcé les capacités militaires du pays, mais a également facilité la transition des combattants de la guérilla à une structure militaire plus formelle et organisée.

Les défis post-indépendance

4 juillet 1956 : 5.000 hommes de l'Armée de libération à disposition du Sultan

Bataille d’Anoual. DR

Malgré ce moment de rassemblement, le Maroc a continué de faire face à de nombreux défis après l’indépendance. La reconstruction du pays, la mise en place d’institutions démocratiques, et la gestion des tensions régionales ont été des tâches ardues pour le gouvernement du Sultan. L’Armée de libération, bien que désormais sous l’autorité du Sultan, a également dû s’adapter à un nouveau rôle au sein de l’État marocain.

L’intégration des combattants dans l’armée régulière n’a pas toujours été facile. Il y a eu des tensions et des conflits internes sur les questions de leadership et d’organisation. Cependant, la volonté commune de construire un Maroc indépendant et prospère a souvent permis de surmonter ces défis.

L’héritage de l’Armée de libération marocaine est, d’ailleurs, encore visible aujourd’hui. Elle est commémorée comme un symbole de résistance et de lutte pour la liberté. Les sacrifices des combattants et leur dévouement à la cause de l’indépendance sont célébrés dans l’Histoire et la mémoire collective du Maroc.

Le 4 juillet 1956 demeure une date symbolique qui rappelle l’importance de l’unité nationale et de la coopération pour surmonter les obstacles. En mettant cinq mille hommes à la disposition du Sultan Mohammed V, l’Armée de libération a joué un rôle crucial dans la consolidation de l’indépendance marocaine et la construction d’un État souverain et unifié.

Laissez-nous vos commentaires

Temps de lecture : 4 minutes

La newsletter qui vous briefe en 5 min

Chaque jour, recevez l’essentiel de l’information pour ne rien rater de l’actualité

Et sur nos réseaux sociaux :

armée

1502 : il était une fois la cité portugaise d’El Jadida

À se promener dans les ruelles d’El Jadida l’on constate bien le mélange des influences marocaines et portugaises. Une fusion qu'on aperçoit…
armée

10 juillet 1971 : tentative de coup d’État de Skhirat

Feu le roi Hassan II, monté sur le trône en 1961, devait faire face à divers défis, notamment des tensions internes et une opposition. Le mé…
armée

24 au 28 juin 1765 : l’affaire Larache

Au XVIIIe siècle, le Maroc, sous la dynastie alaouite, cherchait à préserver son indépendance face aux ambitions coloniales des puissances e…
armée

20 juin 1981: la révolte du pain

À la fin des années 1970 et au début des années 1980, le Maroc faisait face à une crise économique sévère. L'endettement extérieur croissant…
armée

11 juin 1936 : premières grandes grèves des Marocains sous protectorat

Sous protectorat français, il fallait faire et se taire. Les travailleurs marocains avaient évidemment moins de droits et d’opportunités que…
armée

3 juin 1970 : à l’origine des paroles de l’hymne national marocain

Il suffit d'en entendre les premières notes pour sentir cette précieuse fierté. À chacun son souvenir : un match marquant, une matinée parti…
armée

29 mai 1960 : les toutes premières élections du Maroc

Après des décennies de domination coloniale, le Maroc a accédé à l'indépendance en 1956, mettant fin au protectorat français et espagnol. To…
armée

Chellah : le joyau historique de la capitale

Situé sur la rive sud du Bouregreg, à quelques kilomètres à peine du centre de Rabat, le site historique du Chellah est l'un des joyaux cult…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire