Aller au contenu principal

Destitution : une témoin dénonce les stratégies de Trump

Par Khansaa Bahra, Publié le 22/11/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Ce jeudi 21 novembre, dans le cadre d’une procédure de destitution menée par la Chambre des représentants contre le président américain Donald Trump, deux témoins ont partagé leur point de vue sur la tentative de « quid pro quo » qui a déclenché cette enquête. Il s’agit de la dernière journée d’auditions publiques.

 

Fiona Hill, l’ex-responsable du Conseil de la sécurité nationale, a déclaré que l’arrangement entre Washington et Kiev, qui visait à pousser le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, à lancer des enquêtes sur l’ancien vice-président Joe Biden, constitue une « mission politique » divergeant des objectifs de la politique étrangère américaine. Outre l’enquête sur l’ancien vice-président, elle a également critiqué le « récit fictif » selon lequel une prétendue ingérence ukrainienne a eu lieu dans l’élection présidentielle de 2016 au profit des démocrates, dénonçant cette théorie soutenue par le président lui-même. « C’est une fiction qui a été créée et propagée par les services de sécurité russes », a souligné Fiona Hill, ajoutant que « l’impact (de cette campagne russe) reste évident : la Nation est divisée. La vérité est mise en doute. Les diplomates et les experts très professionnels sont attaqués ». « S’il vous plait, ne propagez pas pour des raisons politiques des mensonges qui servent clairement les intérêts russes », a-t-elle lancé aux parlementaires.

 

Le deuxième témoin, David Holmes, l’un des principaux collaborateurs de l’ambassade américaine à Kiev, a pour sa part estimé que les Ukrainiens sentaient une pression s’exercer sur eux, soulignant que les priorités des États-Unis, notamment la défense de l’Ukraine contre la Russie, ont été « éclipsées par un programme politique promu par l’ancien maire de New York, Rudy Giuliani, et un groupe de responsables en lien direct avec la Maison-Blanche ».

 

À l’issue de huit jours d’auditions publiques, le chef de la commission du Renseignement de la Chambre des représentants, Adam Schiff, a estimé que les faits imputés à Donald Trump étaient « bien plus graves » que ceux commis par l’ancien président américain Richard Nixon, qui est le seul président de l’histoire des États-Unis à avoir démissionné, en 1974, pour éviter une destitution certaine, dans le cadre du scandale d’espionnage politique du Watergate.

G7 : un sommet pour reconstruire le monde

Le Royaume-Uni accueille à partir d'aujourd'hui le sommet du G7. Les dirigeants des grandes puissances mondiales ont donné vendredi le coup d'envoi de leur conclave ambitionnant de remettre le monde s...

Covid-19 : les USA promettent 500 millions de doses à Covax

Le gouvernement américain compte acheter 500 millions de doses du vaccin contre la Covid-19 de Pfizer pour en faire don au programme Covax, chargé d’assurer l’accès des pays pauvres aux vaccins et aux...

Dieselgate : Peugeot poursuivi par la justice française

Après Renault en mai et Volkswagen mardi 8 juin, c’est au tour de Peugeot d’être rattrapé par le scandale du Dieselgate. Accusé d’avoir trompé plusieurs clients sur les taux de produits polluants émis...

Comprendre l'histoire du génocide culturel des Ouïghours

Depuis le début des années 2010, la Chine mène une politique répressive contre les Ouïghours, une minorité musulmane vivant en grande majorité dans le Xinjiang, région autonome du Nord-Ouest du pays. ...

Biden s'envole pour l'Europe et réhabilite TikTok

Joe Biden s’est envolé mercredi pour le Royaume-Uni, première étape d’une tournée européenne, la première depuis son arrivée à la Maison-Blanche. Juste avant de quitter les USA, le président améric...

ONU : le Conseil de sécurité octroie à Guterres un deuxième mandat

Ce mardi 8 juin, lors d’une brève session à huis clos, le Conseil de sécurité, qui joue un rôle clé dans le processus de nomination du secrétaire général des Nations Unies (ONU), a unanimement recomma...