Aller au contenu principal

La Samir : mobilisation et propositions pour sauver la raffinerie

Face au coût élevé des hydrocarbures, le front national pour la sauvegarde de la raffinerie SAMIR a lancé un appel pour stopper l’hémorragie et sauver l’installation pétrolière de Mohammedia. Des propositions ont été présentées durant l’assemblée générale du 31 octobre 2019, notamment la nationalisation de la Samir et la réglementation des prix des hydrocarbures.

Par Mohamed Laabi, Publié le 05/11/2019 à 16:37, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Le front national pour la sauvegarde de la raffinerie Samir (front) a tenu une assemblée générale le jeudi 31 octobre dernier à Mohammedia. Lors de cet évènement, des messages forts ont été adressés au gouvernement de Saad Dine El Otmani quant à la nécessité de rouvrir l’usine de la SAMIR.

 

Pour le front, le gouvernement est le premier responsable de cette situation. « Nous observons l’attitude passive du gouvernement qui se défausse de ses responsabilités et refuse de contribuer à sauvegarder ce joyau de l’industrie nationale comme de préserver les acquis que procure cette industrie au Maroc et aux Marocains », affirme Houcine El Yamani, coordinateurs du front au journal Les Inspirations éco.

 

Durant cette journée, le front a proposé de se transformer en association afin d’engager une procédure judiciaire contre « les responsables du naufrage de la Samir », ajoute la même source. Dans une déclaration relayée par le quotidien l’Économiste, Mohamed Benmoussa a souligné que même si le cabinet royal est à l’écoute de cette proposition, la présidence du ministère public la rejette. « Le cabinet royal a réagi positivement en prenant notre dossier d’une cinquantaine de pages qui lui a été remis en septembre 2018. En revanche, la présidence du ministère public a refusé de le prendre. Elle a estimé que le front n’avait aucune qualité juridique pour la saisir. D’où l’idée de se transformer en association ».

 

Par ailleurs, le front souhaite présenter une proposition de loi au parlement pour fixer les prix et instaurer un mécanisme de contrôle, rapporte L’Économiste. Le journal estime que le front national veut, à travers cette démarche, annuler la libéralisation des prix des hydrocarbures entrés en vigueur en décembre 2015. Aussi, le front national suggère à ses membres de nationaliser la compagnie et d’élaborer une proposition de loi pour la déposer au siège du parlement. Une initiative qui paraît compliquée, estime le quotidien qui explique que malgré la présence de sympathisants socialistes (PPS et PSU) dans l’opposition, ces derniers ne comptent pas assez d’élus au parlement pour faire valider cette loi.

 

Dans l’attente d’une solution, les citoyens continuent de souffrir des prix exposés à la pompe par les différents opérateurs pétroliers. Le tarif du diesel frôle les 10 dirhams par litre, tandis que le super sans-plomb est estimé à 11,4 dirhams, le litre. Dans le même contexte, le conseil de la concurrence avait soupçonné une entente sur les prix de carburants entre pétroliers, surtout que deux des plus grands opérateurs du royaume n’ont pas nié les faits.

 

La Samir, c’est 44 milliards de dirhams de dettes

En 2018, la Cour de cassation confirme le verdict de la cour d’appel qui plaçait en liquidation judiciaire la Samir, dont la dette a été estimée à 44 milliards de dirhams. Implantée à Mohammedia et détenue à 67,26 % par le groupe suédois Corral Petroleum Holdings, la raffinerie appartient au milliardaire saoudien Mohammed al-Amoudi. Elle avait dû interrompre ses activités en août 2015, suite à cette étouffante crise financière. La fermeture avait conduit à une perte d’emploi de plus de 3 500 employés.

La Banque mondiale révise la croissance du Maroc à la hausse

La croissance du PIB du Maroc devrait atteindre 4,6% en 2021, selon les dernières projections de la Banque mondiale. «Au Maroc, la production devrait rebondir à 4,6% en 2021 sous l'effet de plusieu...

Innovation et entrepreneuriat : le CAM et l'UM6P partenaires

Le groupe Crédit Agricole du Maroc (CAM) et l'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) ont signé, mercredi, deux conventions de partenariat pour développer l'innovation et l'entrepreneuriat au Maro...

Antoum : la radio interne de la Société Générale

Société Générale Maroc vient de lancer "Antoum Radio", une radio interne à destination des collaborateurs de la banque. Par ce nouveau canal de communication interne, Société Générale Maroc vise à...

LafargeHolcim : la cimenterie de Settat très performante

LafargeHolcim peut être fière de la performance de ses unités marocaines et surtout de cette de Settat. La cimenterie de la capitale de la Chaouia, dont la capacité annuelle de production est de 1,7 m...

AMMC : un nouveau plan stratégique 2021-2023

La présidente de l'Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) a présenté, jeudi à Rabat, le nouveau plan stratégique de l'Autorité couvrant la période 2021-2023. Fruit d'un travail collaborat...

Comment certaines entreprises échappent-elles aux impôts ?

Il existe des sociétés qui ne paient pas d’impôts sur le bénéfice. Les entreprises des GAFA, notamment Apple Facebook, Amazon et Google, échappent également aux taxations dans les pays dans lesquels e...