Aller au contenu principal

Prix des carburants : le conseil de la concurrence s’enflamme

Le Conseil de la concurrence s’est exprimé, ce mercredi, sur les soupçons d’un accord sur les prix de carburants entre opérateurs pétroliers.

Par Mohamed Laabi, Publié le 18/09/2019 à 13:13, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Dans un communiqué, le Conseil se dégage de « toute responsabilité concernant l’existence d’une entente entre les sociétés pétrolières sur le marché national des hydrocarbures » tout en affirmant que « la direction des instructions du Conseil est encore dans la phase d’examen des réponses des sociétés pétrolières aux griefs qui leur ont été notifiés conformément aux dispositions de la loi sur la liberté des prix et de la concurrence ».

 

Ce communiqué vient en réponse à un article réalisé par nos confrères de Médias24. Le site d’information a annoncé que trois acteurs pétroliers majeurs, qui détiennent 60 % du marché national, n’ont pas contesté les soupçons d’entente adressés par le Conseil de la concurrence à leur encontre. Une information qui a été reprise par plusieurs supports médiatiques. Lesdits acteurs ont un délai de 2 mois pour répondre aux 8 griefs adressés par le Conseil de la concurrence. Les pétroliers ont tous choisi de ne pas les contester, affirme la même source.

 

Un dossier inflammable


Pour rappel, la loi relative à la liberté des prix et de la concurrence précise que lorsqu’un organisme ne nie pas les faits qui lui sont reprochés, la valeur de la sanction est réduite de moitié. Le texte stipule également que ces sanctions peuvent aller « jusqu’à 10 % du montant du chiffre d’affaires mondial ou national pour les entreprises n’ayant pas une activité à l’international ».

 

Rappelons que le rapport parlementaire sur les prix des hydrocarbures, publié en mai 2018, continue de faire couler beaucoup d’encre. S’il a relevé que l’augmentation des subventions sur les produits pétroliers et la libéralisation du secteur a fait profiter l’État d’une épargne de 35 milliards de dirhams par an, aucune modification dans les marges bénéficiaires n’a été faite par les propriétaires et gestionnaires des stations d’essence. Selon une enquête réalisée par TelQuel, les pétroliers auraient engrangé un bénéfice de 13 milliards de dirhams entre décembre 2015 et mai 2017.

Marché de travail : légère hausse du taux de chômage au Maroc

Dans sa récente note portant sur la situation du marché de travail au deuxième trimestre 2021, le Haut-Commissariat au Plan (HCP) a révélé que le taux de chômage a connu une légère hausse pendant cett...

BAM table sur le rebond de l'économie

Plus d’un an après que la pandémie de la Covid-19 a plongé le monde dans une crise sanitaire, socia...

PLF 2022 : comme un vent d'optimisme

Lors de sa rencontre, ce mercredi avec les Commissions des finances des deux Chambres du Parlement,...

Ce qu’il faut retenir du Conseil d’Administration de la CGEM

Ce mercredi 28 juillet, à la veille des élections de la Chambre des conseillers, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a tenu son Conseil d’Administration (CA) et une réunion du Co...

M. Benchaâboun présente le cadre général de la loi de Finances 2022

Mohamed Benchaâboun, ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, a p...

Renouvèlement des accords entre Renault et le Maroc

Ce mardi 27 juillet, le groupe Renault Maroc a annoncé la signature du renouvèlement de ses accords avec le Maroc sur la période 2021-2030. Cette convention, paraphée dans le cadre du plan d’accélérat...