Aller au contenu principal

Tunisie : Le parti Ennahda à la tête d’un nouveau parlement fracturé

Les premiers résultats officiels montrent que le parti islamiste tunisien Ennahda s'est classé en tête des élections législatives, mais n'a pas obtenu la majorité requise pour former un gouvernement.

Par Nora Jaafar, Publié le 10/10/2019 à 11:17, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Le parti de Rached Ghannouchi a remporté 52 des 217 sièges lors de l’élection de dimanche, soit bien moins que les 109 nécessaires pour gouverner, a déclaré la commission électorale le 9 octobre. Ce mercredi soir, la commission électorale a annoncé que Ghannouchi, qui a dirigé Ennahda pendant longtemps, mais ne s’était jamais présenté aux élections, avait remporté un siège à Tunis.

 

Le parti du magnat des médias et candidat à la présidence Nabil Karoui, Qalb Tounes (Cœur de la Tunisie), récemment formé, s’est quant à lui classé deuxième avec 38 sièges. Karoui a été libéré de prison quelques heures avant l’annonce des résultats, après que la Cour de cassation a annulé l’ordonnance de détention qui le retenait derrière les barreaux. Jusqu’à présent, ce dernier était obligé de faire campagne pour la présidence par procuration — par l’intermédiaire de sa femme et à la télévision.

 

Par ailleurs, la veille du vote parlementaire, Ennahda et Qalb Tounes ont officiellement rejeté l’idée de former une alliance. Et avec une pléthore de parties et de mouvements, la situation ne présage rien de bon. En effet, toute impasse politique résultant de la fragmentation profonde du parlement compliquerait les efforts de la Tunisie pour résoudre les problèmes économiques récurrents, notamment une dette publique importante et un taux de chômage de 15 %.

 

En outre, le parti social-démocrate Attayar du militant des droits de l’homme Mohamed Abbou a obtenu 22 sièges, tandis que le parti Karama de l’avocat populiste Seif Eddine Makhlouf en a obtenu 21. Pour sa part, le Parti des Destouriens libres d’Abir Mouss, farouchement anti-islamiste, a obtenu 17 sièges, et la dirigeante a également été élu la députée de Tunis.

 

Les résultats, annoncés lors d’une déclaration télévisée de la commission électorale sont encore contestables, étant donné qu’ils ne seront définitivement confirmés qu’en novembre 2019. Ils sont à peu près en phase avec le sondage publié le dimanche 6 octobre, qui montrait aussi Ennahda en tête et Qalb Tounes deuxième.

Démarrage du 2e sommet de Berlin sur la Libye, avec la participation du Maroc

Invité par le président américain, Joe Biden, le Maroc participe ce mercredi 23 juin au deuxième so...

Opération Marhaba : une subvention de 4,5 milliards de DH de l'État

Le Chef du gouvernement Saad Dine El Otmani s’est rendu ce mardi après-midi au Parlement pour prend...

Sahara : quelles perspectives 6 mois après la reconnaissance américaine ?

Ce mois de juin marque le sixième mois après la signature de la proclamation américaine reconnaissant la marocanité du Sahara et qui a été élaborée par l’administration Donald Trump. Depuis, le Maroc ...

Maroc-Espagne : des migrants clandestins marocains encore à Sebta

3.000 migrants clandestins marocains, dont 830 mineurs, sont encore sur le "territoire espagnol", et ce un mois après la crise migratoire de Sebta. C’est ce qu’a affirmé Juan Vivas, chef du gouverneme...

Un dîner en l'honneur de la délégation du Hamas

Dans son journal télévisé arabophone de 21h, la première chaine de télévision marocaine a révélé que le roi Mohammed VI a offert un dîner en l’honneur d’Ismail Haniyeh, le chef du Hamas. Ce dernier, a...

Élections 2021 : une commission de suivi créée

Sur instructions royales, la commission centrale chargée du suivi des élections a été créée ce mard...