Aller au contenu principal

Les Frères musulmans mis à l’écart lors des manifestations en Égypte

Hors-la-loi et réprimés, les Frères musulmans n’ont pas été à l’origine des récentes manifestations en Égypte, mais ont cherché à profiter d’une nouvelle vague de dissidence, selon les analystes.

Par Nora Jaafar, Publié le 30/09/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Les manifestations ont éclaté pour la première fois le 20 septembre après qu’un homme d’affaires égyptien en exil, dans une série de vidéos en ligne, a appelé à manifester contre le président Abdel Fattah Al-Sissi et l’a accusé de gaspiller les fonds publics pour la vanité des projets de constructions.

 

Les vidéos de l’entrepreneur et acteur Mohammed Aly ont déclenché la colère qui couvait contre les difficultés économiques du pays, suscitant un débat politique dans les médias et sur les réseaux sociaux. Les analystes égyptiens excluent tout lien entre les Frères musulmans et Mohamed Aly, qui a jusqu’à présent refusé les demandes de commentaires de l’AFP sur la situation.

 

Toutefois, « les Frères ont certainement profité de ses vidéos et leurs chaînes les ont exploités pour donner une image négative du leadership de Sissi », a déclaré à l’AFP Mustafa Kamel al-Sayyed, professeur de sciences politiques à l’American University du Caire. Dans la fougue d’Aly, la Confrérie a vu une ouverture pour une résistance renouvelée ralliant ses partisans en ligne.

 

Le groupe islamiste, banni depuis 2013 et dont des milliers de membres ont été emprisonnés lors d’une vague de répression, a rapidement apporté son soutien aux manifestations en faveur de l’expulsion de Sissi. De nombreuses personnalités pro-frères ont bombardé les réseaux sociaux avec des hashtags dénonçant Sissi et des vidéos produites avec habileté, soulignant les lacunes de son régime.

 

« Une idée basée sur l’Islam »

Sayyed pense que la confrérie continue de dominer une partie importante de l’ensemble de la population conservatrice, et ce, en raison de la situation économique difficile de millions d’Égyptiens. « La Fraternité est une idée avant d’être une organisation et avec la détérioration de la situation économique de la société égyptienne, cette idée basée sur l’Islam va continuer à en séduire plus d’un, » a-t-il expliqué.

 

Fondée en 1928 par le savant et professeur égyptien Hassan al-Banna comme un mouvement caritatif et politique islamique, la confrérie s’est rapidement développée, donnant naissance à des ramifications entre le Maroc et la Turquie, dont beaucoup sont toujours actives.

 

Cependant, en Égypte, sa crédibilité politique a été biaisée après que son dirigeant, Mohamed Morsi, est devenu le premier président élu du pays à la mi-2012, mais il n’est resté en fonction que pendant une année, après la révolution de 2011 qui a renversé l’autocrate de longue date Hosni Moubarak. Morsi a été renversé par l’armée en 2013 et les troupes égyptiennes ont tué quelque 800 partisans des Frères musulmans en une seule journée en août de la même année dans ce qui est devenu l’une des pires atrocités de l’histoire moderne du pays. Morsi, qui n’a tenu que brièvement les rênes du pouvoir, est décédé plus tôt cette année, s’effondrant dans une salle d’audience du Caire pendant son procès.

 

« Les Frères se cachent derrière l’appel de Mohammed Aly parce qu’ils n’ont pas la capacité d’appeler à un rassemblement », a déclaré Amr El-Shobaki, ancien parlementaire et analyste au Centre d’études politiques et stratégiques d’Ahram, un organisme public de soutien. « Leur capacité à recruter de nouveaux membres a été affaiblie », a-t-il ajouté.

 

En effet, des milliers de partisans des Frères musulmans ont été emprisonnés depuis l’éviction de Morsi, des dizaines ont été exécutés et beaucoup sont partis en exil pour trouver refuge en Turquie et au Qatar. Bien qu’ils soient chassés du paysage politique, les médias égyptiens s’appuient souvent sur des théories de conspiration selon lesquelles le groupe islamiste peut facilement organiser et faire venir des partisans de l’étranger.

 

Mais Shobaki affirme que « la confrérie n’était pas derrière les manifestations à petite échelle du 20 septembre et n’y avait même pas participé ». « Ce sont plutôt les jeunes de tous les jours, ceux qui sont économiquement marginalisés, qui sont descendus dans la rue », a-t-il expliqué. Près d’un Égyptien sur trois vit en dessous du seuil de la pauvreté, selon les chiffres officiels, car le gouvernement a imposé des mesures d’austérité sévères depuis 2016, entraînant une flambée des prix.

Mesures sanitaires : une actualisation chaque 2 semaines

La situation épidémiologique au Maroc est maîtrisée, a affirmé ce jeudi le chef de l'exécutif, Saad Dine El Otmani, lors de l'ouverture de la réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement. El Otm...

Le Maroc réagit à la résolution du Parlement européen

Le Maroc a réagi à la résolution adoptée ce jeudi à Strasbourg. Dans un communiqué, la diplomatie m...

Parlement européen : la résolution contre le Maroc votée

Le Parlement européen a rendu ce jeudi son verdict concernant le projet de résolution contre le Mar...

Le Parlement européen adopte la résolution hostile au Maroc

Le Parlement européen vient d'adopter le projet de résolution RC9-0349/2021 sur la "violation de la convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant et utilisation de mineurs par les autor...

Maroc-Hongrie : signature de 10 accords de coopération

Ce mercredi 9 juin au siège du ministère des Affaires étrangères à Rabat, Péter Szijjártó, le ministre hongrois des Affaires étrangères, a été reçu par son homologue marocain Nasser Bourita. Lors de c...

Nouvelle interview de Abdelmadjid Tebboune et nouvelle attaque contre le Maroc

Dans une interview accordée à Al Jazeera, le président algérien Abdelmadjid Tebboune a déclaré que son pays n’a aucun problème avec le Maroc, mais «c’est le Maroc qui a un problème avec [nous]». Inter...