Aller au contenu principal

Décès de Morsi : Ce qui s'est passé au tribunal

Par Nora Jaafar, Publié le 18/06/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Figure emblématique du mouvement islamiste désormais banni, les Frères musulmans, Mohamed Morsi est devenu le premier dirigeant égyptien démocratiquement élu, en 2012.

 

Mais son règne a été de courte durée. Un an plus tard, il a été évincé et détenu lors d'un coup d'État militaire à la suite de manifestations de masse contre son régime.

 

QUE S' EST-IL PASSÉ ? 

Morsi a comparu lundi au Caire pour des accusations d'espionnage liées à des contacts présumés avec le groupe islamiste militant palestinien Hamas.

 

Les responsables disent qu'il avait demandé à s'adresser au jury et qu'il a parlé pendant environ cinq minutes à partir d'une cage de verre insonorisée où il était détenu avec d'autres accusés.

 

Quelques minutes plus tard, il s'est apparemment évanoui au cours la pause de la salle d'audience.

 

"Il a été transféré dans un hôpital où il a été déclaré mort, a déclaré le procureur égyptien.

 

Les autorités ont déclaré qu'un rapport médico-légal avait été établi sur sa mort et qu'aucune nouvelle blessure visible n'avait été trouvée sur son corps.

 

La télévision d'État avait précédemment décrit la cause de la mort comme une crise cardiaque.

 

Morsi risquait déjà des décennies de prison après avoir été inculpé dans trois autres procès.

 

Il avait déjà été condamné à la peine de mort, qui a été annulée par la suite.

 

RÉACTION 

Sarah Leah Whitson, directrice exécutive de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord de Human Rights Watch, a tweeté que sa mort était "terrible, mais entièrement prévisible".

 

"La mort de l'ancien président Morsi a fait suite à des années de mauvais traitements de la part du gouvernement, d'isolement cellulaire prolongé, de soins médicaux inadéquats, de privation des visites familiales et de l'accès aux avocats", a déclaré Whitston dans un communiqué subséquent.

 

Le groupe a demandé à l'ONU d'ouvrir une enquête sur ce qu'il a qualifié de "violation flagrante des droits de l'homme en Égypte, dont les sévices dans les prisons sont monnaie courante".

 

Amnesty International a également demandé la tenue d'une enquête impartiale.

 

Le groupe de défense des droits affirme que Morsi n'a eu droit qu'à trois visites familiales en presque six ans d'isolement cellulaire et qu'on lui a refusé l'accès à ses avocats ou à un médecin.

 

La branche politique des Frères musulmans, le Parti de la liberté et de la justice, a qualifié la mort de Morsi d'"assassinat".

 

Le président turc Erdogan a blâmé les "tyrans" égyptiens pour sa mort et l'a décrit comme un martyr.

 

L'émir du Qatar, Cheikh Tamim Ben Hamad Al Thani, un autre allié du défunt dirigeant, a exprimé sa "profonde douleur" en apprenant la mort de ce dernier.

 

Le député britannique Crispin Blunt, qui a dirigé un groupe d'hommes politiques qui a mis en garde en 2018 contre les conditions de détention de Morsi, a appelé à une "enquête internationale indépendante et digne de confiance".

 

QUI ÉTAIT MORSI ? 

Né à El-Adwah en 1951, Morsi a étudié l'ingénierie à l'Université du Caire dans les années 1970 avant de s'installer aux États-Unis pour obtenir un doctorat.

 

Il a été choisi comme candidat des Frères musulmans à l'élection présidentielle de 2012 après que le choix préféré du mouvement ait été forcé de se retirer. Au cours de son année mouvementée au pouvoir, Morsi a été accusé d'avoir organisé un coup d'État islamiste et d'avoir mal géré l'économie.

 

L'opposition populaire à son gouvernement s'est accrue et des millions de manifestants antigouvernementaux sont descendus dans les rues d'Égypte pour marquer le premier anniversaire de son entrée en fonction, le 30 juin 2013.

 

Trois jours plus tard, l'armée a suspendu la constitution, annonçant un gouvernement provisoire avant les nouvelles élections et arrêtant Morsi, qui a jugé que cette décision était un coup d'État.

 

Puis le chef de l'armée Sisi a été élu président en 2014 et réélu l'année dernière lors d'une présidentielle que les militants des droits de l'homme ont qualifiée de "farce".

 

Des centaines de personnes ont été tuées et des dizaines de milliers d'autres détenues lors de la répression qui a suivi.

Journée d’Al Qods : des heurts éclatent sur le site d’Al-Aqsa

Ce lundi 10 mai, la police israélienne a affronté des manifestants palestiniens dans l’enceinte de ...

Hajj 2021 : l’Arabie saoudite pourrait autoriser des pèlerins étrangers

Chaque année, plus de 2,5 millions de musulmans du monde entier effectuent le Hajj. L’année dernière, cependant, seuls 1.000 fidèles résidant en Arabie saoudite ont été autorisés à effectuer ce pèleri...

31 espèces éteintes et 3.324 menacées d’extinction

Désormais 31 espèces sont entrées dans la catégorie "éteinte" et toutes les espèces de dauphins d’eau douce sont menacées d’extinction. «La liste croissante d’espèces disparues est un rappel brutal qu...

Al Capone : la véritable histoire de Scarface

Qui est Al Capone, chef de la mafia de Chicago ? Dans cet épisode, plongez dans l’histoire épique de l’un des plus célèbres gangsters américains du XXe siècle. Surnommé Scarface, Alfonso Capone, avait...

Une affaire de droits fonciers déclenche des affrontements à Al-Qods-Est

15 Palestiniens ont été arrêtés dans la nuit du jeudi 6 au vendredi 7 mai à Al-Qods-Est, occupé par Israël, lors d’affrontements avec la police. Cette deuxième nuit consécutive d’émeutes dans le quart...

Le vaccin de Sinopharm homologué par l'OMS

C'est fait. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a donné vendredi son homologation d'urgence au vaccin anti-Covid chinois de Sinopharm fabriqué à Pékin. L'annonce a été faite par le dir...