Aller au contenu principal

Vote présidentiel en Tunisie : Des outsiders en tête du premier tour

Kais Saïed, indépendant et professeur de droit âgé de 61 ans, et Nabil Karoui, leader du parti « Au cœur de la Tunisie », homme d'affaires et magnat des médias, affirment que les premiers sondages montrent qu’ils sont arrivés au deuxième tour des élections présidentielles, les résultats officiels devant paraître mardi.

Par Nora Jaafar, Publié le 16/09/2019 à 10:42, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Deux candidats contre pouvoir ont remporté le premier tour de l’élection présidentielle tunisienne, dimanche, lors d’un scrutin centré sur le taux élevé de chômage et l’augmentation du coût de la vie.

 

Vingt-quatre candidats se sont présentés à l’élection, la deuxième depuis que le dirigeant de longue date Zine El Abidine Ben Ali a été destitué lors de la révolution de 2011.

 

Mais, signe de l’apathie des électeurs, en particulier des jeunes, la commission électorale (ISIE) a rapporté que le taux de participation n’était que de 45 %, contre 64 % au premier tour en 2014.   

 

Kais Saïed, professeur de droit âgé de 61 ans et expert en affaires constitutionnelles qui a mené une campagne discrète en tant qu’indépendant, a prétendu être en tête pour le second tour.   

 

Il a terminé « premier au premier tour », a-t-il déclaré, citant les sondages préliminaires, alors que les résultats officiels devraient être annoncés mardi.

 

Le siège du parti du magnat des médias Nabil Karoui, qui est derrière les barreaux et fait l’objet d’une enquête pour blanchiment d’argent, a également connu une ambiance positive, alors que des centaines de sympathisants ont célébré son arrivée au second tour.

 

Les candidats doivent obtenir 50 % des voix pour gagner sans appel, mais si aucun des candidats n’obtient la majorité, les deux candidats ayant obtenu le plus grand nombre de voix se qualifieront pour le deuxième tour décisif. La date du deuxième et dernier tour n’a pas encore été annoncée, mais elle doit avoir lieu au plus tard le 23 octobre et peut même avoir lieu le même jour que les élections législatives, prévues pour le 6 octobre.


Dans l’attente des résultats officiels

Plus de sept millions de personnes étaient éligibles pour voter, avec d’éminents candidats au premier tour, dont Abdelfattah Mourou, en tête d’une première candidature pour le parti islamiste Ennahdha, et Youssef Chahed, Premier ministre.

 

La popularité de Chahed a été ternie par le malaise économique de la Tunisie. Le Premier ministre s’est également vu contraint de nier avec véhémence les accusations selon lesquelles la détention de Karoui était une manœuvre politique.

 

Au départ, 26 candidats s’étaient présentés aux élections, mais l’affluence a été légèrement réduite par le retrait de dernière minute de deux candidats en faveur du ministre de la Défense Abdelkarim Zbidi juste avant le black-out de la campagne de samedi.

 

Zbidi s’est engagé à modifier la constitution tunisienne pour renforcer la présidence.

 

Candidats éminents

La semaine dernière, Karoui, 56 ans, a lancé une grève de la faim ouverte, alors que vendredi, un appel à la libération de l’homme d’affaires tunisien a été rejeté, selon son parti et ses avocats.

 

Certains optimistes, dont Saïed, cherchaient à se débarrasser de leurs références anti-étatiques afin de se distancier d’une élite politique discréditée par des querelles personnelles. Ce professeur de droit de 61 ans a évité d’attacher sa candidature à n’importe quel parti politique, faisant du porte-à-porte au lieu de faire la promotion de son programme conservateur.

 

Leila Thabbi, une femme au foyer de 40 ans, est arrivée au bureau de vote avec son nourrisson. « Je vote pour l’avenir de la Tunisie pour mes enfants », a déclaré Thabbi. « Je m’inquiète pour la Tunisie. La situation ne fait qu’empirer, il n’y a pas d’opportunités, surtout pour mes enfants. »

 

La publication des sondages d’opinion est officiellement interdite depuis juillet, mais il est évident que l’évolution du paysage politique a laissé de nombreux électeurs dans l’embarras.

 

Le chef de l’ISIE, Nabil Baffoun, a exhorté les Tunisiens, en particulier les jeunes, à se rendre aux urnes avant la fermeture des bureaux de vote, dimanche. Cependant, il a déclaré plus tard que le taux de participation de 45 % était « un niveau acceptable ».

 

La méfiance à l’égard de l’élite politique s’est aggravée à cause du taux de chômage qui a atteint 15 % et de l’augmentation du coût de la vie avoisinant les 30 % depuis 2016. Quelque 70 000 agents de sécurité ont été déployés pour l’élection, dont 50 000 se sont concentrés uniquement sur les bureaux de vote, selon le ministère de l’Intérieur. Les résultats publiés demain, l'annonce de la date du second tour ainsi que les élections législatives du 6 octobre permettront de voir un peu plus clair sur la transition politique qui semble s'amorcer en Tunisie depuis le décès du président Béji Caïd Essebsi, le 25 juillet dernier.

Discours royal : le roi Mohammed VI tend la main à l'Algérie

Le Roi Mohammed VI a adressé, ce samedi, un discours à la Nation à l'occasion du 22e anniversaire de son accession au Trône de Ses glorieux ancêtres. Le Souverain a mis l'accent sur trois principaux s...

Fête du Trône : histoire d'une célébration

La pandémie de Covid-19 vient chambouler pour la 2e année consécutive les festivités de la fête du ...

Le Maroc moderne du roi Mohammed VI

Grâce à la vision éclairée du roi Mohammed VI, à ses instructions et ses orientations, le Maroc a p...

Le chef de la diplomatie israélienne bientôt au Maroc

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, se rendra au Maroc dans le cadre d’une visite officielle les 11 et 12 août. Selon Times of Israel, ce déplacement marquera l’inauguration off...

Affaire Pegasus : le Maroc poursuit ses contestations judiciaires

Après avoir porté plainte contre le Consortium Forbidden Stories et Amnesty International dans le c...

USA-Maroc : le partenariat des deux pays de plus en plus fort

Joey Hood, secrétaire américain d’État adjoint par intérim aux affaires du Proche-Orient, a loué le partenariat entre le Maroc et les États-Unis lors de sa visite à Rabat. Ce mercredi 28 juillet, Hood...