Aller au contenu principal

Ce qu’il faut savoir sur l’élection présidentielle en Tunisie

La Tunisie tiendra dimanche sa deuxième élection présidentielle libre depuis le soulèvement de 2011, qui a mis un terme au régime autocratique de Ben Ali, avec une incertitude croissante quant à l’issue du son prochain tour.

Par Nora Jaafar, Publié le 13/09/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Vingt-six candidats sont en lice, dont le Premier ministre sortant et le magnat des médias qui a été arrêté quelques semaines seulement avant les élections, ainsi qu’un candidat à la présidence présenté par un parti islamiste.

 

Sept millions d’électeurs devraient se rendre aux urnes après une campagne largement axée sur les défis sociaux et économiques qui ont assailli la démocratie naissante de ce pays de l’Afrique du Nord. La Tunisie a été saluée comme une réussite rare pour sa transition démocratique après les soulèvements régionaux du printemps arabe de 2011. Trois ans plus tard, elle a tenu sa première élection post-révolutionnaire, au cours de laquelle ses fractures politiques se sont révélées, les islamistes s’affrontant avec les modernistes.

 

Mais cette fois-ci, les différences sont énormes, avec une pléthore de candidats — islamistes, laïcs, populistes et partisans du régime renversé — de programmes et de dossiers politiques. Les résultats préliminaires devraient être annoncés par la commission électorale le 17 septembre, mais la date du second tour, qui décidera de la présidence, n’est pas encore connue.

 

Les favoris

Les dernières enquêtes préélectorales ont montré que le magnat des médias, Nabil Karoui, actuellement en détention, bénéficie d’une faible avance sur ses rivaux. Le propriétaire de Nessma TV, l’une des chaînes de télévision les plus populaires du pays, a été arrêté fin août pour blanchiment d’argent et évasion fiscale. Avant son incarcération, Karoui était menacé de radiation de la course, après que le Parlement a approuvé des amendements controversés de la loi électorale en juin.

 

Ces changements auraient empêché les candidats qui ont « annoncé » leurs initiatives philanthropiques ou qui ont rendu « des services en espèces ou en nature » au cours de l’année précédant le vote, de se présenter aux élections. Nessma TV a mis en avant le travail caritatif de Karoui, en montrant des images de lui distribuant de la nourriture et des vêtements.

 

Le regretté Essebsi, cependant, n’a pas ratifié la loi et la commission électorale a déclaré que Karoui restait candidat à moins d’être inculpé.

 

Priorités économiques

L’économie tunisienne peine à se redresser depuis la révolution de 2011, au cours de laquelle le dirigeant de longue date Zine El Abidine Ben Ali a été destitué au milieu de manifestations populaires massives. Sa dette nationale représente plus de 70 % du produit intérieur brut (PIB), soit une augmentation significative par rapport au niveau enregistré avant la révolution, qui était de 40 %. Les gouvernements successifs n’ont pas réussi à renverser le taux de chômage tenace qui se situe au-dessus de 15 % et atteint plus de 30 % dans certaines régions marginalisées. Les attaques contre des sites touristiques en 2015 ont entraîné une forte baisse du nombre de visiteurs, bouleversant un secteur vital pour l’économie du pays.

 

La faiblesse de l’économie depuis 2011 pourrait également affecter la perception qu’ont les Tunisiens de la démocratie. Une enquête d’Afrobaromètre réalisée en 2018 a révélé que seulement 46 % des Tunisiens estiment que la démocratie est le régime gouvernemental le plus approprié, en baisse par rapport aux 70 % de 2013. Dans un rapport récent, l’International Crisis Group a également mis en garde contre une « crise générale de confiance en l’élite politique » du pays. En effet, le taux de participation aux élections locales de 2018 était seulement de 36 %. Le soutien aux partis politiques a également chuté, comme en témoigne le succès des candidats indépendants aux élections locales, qui ont remporté 33 % des voix, contre respectivement 29 % et 22 % pour Ennahdha et Nidaa Tounes.


La nature de la présidence

Après le renversement de Ben Ali en 2011, la Tunisie a opté pour un régime parlementaire. La présidence a été reléguée à un rôle secondaire, la laissant en charge de la politique étrangère, de la défense et de la sécurité nationale.

 

Cependant, la confusion sur les sphères d’influence du président et du Premier ministre a conduit à un état de paralysie dans certaines situations. Un remaniement partiel du cabinet fin 2018 par le Premier ministre Chahed a conduit à une impasse avec Essebsi qui a alarmé les bailleurs internationaux. Bien que le Premier ministre a agi en respectant les limites de la Constitution, Essebsi a déclaré que cette décision lui avait « déplu ».

 

Les relations entre les deux dirigeants se sont encore détériorées lorsque Chahed a quitté le parti Nidaa Tounes d’Essebsi, après que le fils du président, Hafedh Caid Essebsi, a été victime d’une injustice. Nidaa Tounes, qui a perdu plus de la moitié de ses membres au parlement à cause de querelles internes, n’a pas pu renverser le chef du gouvernement, qui a bénéficié du soutien d'Ennahdha et d’une coalition des partis centralistes.

 

Mais si Chahed a continué d’exercer son pouvoir, l’adoption de lois nécessitait l’approbation du président, comme en témoigne l’échec de la tentative d’interdire Karoui de participer à la course à la présidence.

 

L'absence d'une cour constitutionnelle

La Tunisie ne dispose pas d’une cour constitutionnelle. L’organe devait être formé dans l’année suivant l’adoption de la constitution de 2014, mais des désaccords sur sa composition ont bloqué sa création.

 

Un organe temporaire connu sous le nom d’Instance provisoire de révision de la constitutionnalité des projets de loi a été créé en 2014, mais son rôle s’est limité à la révision des projets de loi. Les experts affirment que la Tunisie a désespérément besoin de cette cour constitutionnelle pour trancher les différends entre les pouvoirs judiciaire, exécutif et législatif du gouvernement.

 

« La création de la Cour sera un indicateur important pour le public tunisien alors que la transition progresse et devrait alléger le fardeau du pouvoir judiciaire et du parlement, qui ont chacun assumé un aspect du rôle de la Cour », indique un rapport récent du groupe de réflexion Carnegie Middle East.

 

« Le tribunal doit s’assurer que le président n’empiète pas sur les devoirs du gouvernement ».

 

Défis sociaux

La campagne présidentielle se termine ce vendredi, mais aucun des candidats ne semble s’être démarqué malgré les multiples débats qui ont été diffusés à la radio et à la télévision.

 

Environ deux à trois millions de Tunisiens auraient suivi trois grands débats au cours desquels les candidats ont été invités à répondre à des questions tirées au sort.

L’élection a été avancée de novembre à septembre à la suite du décès en juillet de Beji Caid Essebsi, premier président tunisien démocratiquement élu lors des élections nationales de 2014. Elle sera suivie d’élections législatives, qui auront lieu le 6 octobre.

 

Certains des 26 candidats ont d'ores et déjà demandé un renforcement des pouvoirs du président en Tunisie.

G7 : un sommet pour reconstruire le monde

Le Royaume-Uni accueille à partir d'aujourd'hui le sommet du G7. Les dirigeants des grandes puissances mondiales ont donné vendredi le coup d'envoi de leur conclave ambitionnant de remettre le monde s...

Covid-19 : les USA promettent 500 millions de doses à Covax

Le gouvernement américain compte acheter 500 millions de doses du vaccin contre la Covid-19 de Pfizer pour en faire don au programme Covax, chargé d’assurer l’accès des pays pauvres aux vaccins et aux...

Dieselgate : Peugeot poursuivi par la justice française

Après Renault en mai et Volkswagen mardi 8 juin, c’est au tour de Peugeot d’être rattrapé par le scandale du Dieselgate. Accusé d’avoir trompé plusieurs clients sur les taux de produits polluants émis...

Comprendre l'histoire du génocide culturel des Ouïghours

Depuis le début des années 2010, la Chine mène une politique répressive contre les Ouïghours, une minorité musulmane vivant en grande majorité dans le Xinjiang, région autonome du Nord-Ouest du pays. ...

Biden s'envole pour l'Europe et réhabilite TikTok

Joe Biden s’est envolé mercredi pour le Royaume-Uni, première étape d’une tournée européenne, la première depuis son arrivée à la Maison-Blanche. Juste avant de quitter les USA, le président améric...

ONU : le Conseil de sécurité octroie à Guterres un deuxième mandat

Ce mardi 8 juin, lors d’une brève session à huis clos, le Conseil de sécurité, qui joue un rôle clé dans le processus de nomination du secrétaire général des Nations Unies (ONU), a unanimement recomma...