Aller au contenu principal

Décès du président tunisien Beji Caid Essebsi à l`âge de 92 ans

Par Nora Jaafar, Publié le 25/07/2019 à 13:08, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Le premier président tunisien élu démocratiquement est décédé à l’âge de 92 ans, ravivant les craintes d’un vide politique avant les élections prévues en novembre.

 

Beji Caid Essebsi, qui a été transporté dans un état critique à l’hôpital à la fin du mois de juin, est retourné aux soins intensifs tôt ce jeudi. Son décès a été annoncé par son bureau.

 

Essebsi, qui était l’aîné des chefs d’État après la reine Elizabeth II, est apparu faible ce lundi, lors d’une réunion au ministère de la Défense.

 

Depuis son admission à l’hôpital le mois dernier, les politiciens et les utilisateurs des réseaux sociaux réclamaient une plus grande transparence au sujet de la santé du président, craignant pour la stabilité de l’État.

 

Essebsi est arrivé au pouvoir en 2014, trois ans après le soulèvement du printemps arabe qui a renversé le despote de longue date Zine Al-Abidine Ben Ali et déclenché des révoltes dans plusieurs pays arabes.

 

Politicien chevronné, Essebsi a été le conseiller de Habib Bourguiba, l’architecte de l’indépendance de la Tunisie de la colonisation française, occupant des postes clés sous sa direction, puis sous celle de Ben Ali.

 

Au fil des ans, Essebsi a été directeur général de la police nationale et ministre de l’Intérieur. Il a ensuite occupé le fauteuil de ministre de la Défense avant de devenir ambassadeur en France. Il est devenu Premier ministre après le soulèvement de 2011 et a organisé des élections législatives plus tard dans l’année.

 

Essebsi est le fondateur et président du parti laïc Nidaa Tounes (Appel de Tunis).

 

En avril dernier, il a déclaré qu’il n’avait pas l’intention de se présenter à la réélection dans les bureaux de vote cette année afin de céder la place à un candidat plus jeune. Les élections présidentielles sont prévues pour le 17 novembre, après les élections législatives du 6 octobre.

 

Essebsi n’avait ni rejeté ni promulgué le code électoral modifié que le Parlement avait adopté en juin et qui exclurait du scrutin plusieurs prétendants au pouvoir.

 

Ces restrictions excluraient la candidature de Nabil Karoui, accusé ce mois-ci de blanchiment d’argent. Le magnat des médias a formé un parti politique et a exprimé son intention de se présenter aux élections.

Cinq ans de plus pour Antonio Guterres à la tête de l’ONU

Ce vendredi 18 juin, Antonio Guterres, secrétaire général des Nations unies (ONU) depuis le 1ᵉʳ janvier 2017 a été nommé pour un second mandat à la tête de l’institution. Cette nomination a été confir...

Marvel : que vaut la nouvelle série de Disney ?

Ce mercredi 9 juin 2021, Disney+ a mis en ligne le premier épisode de Loki, sa troisième série se déroulant dans le Marvel Cinematic Universe. En effet, après WandaVision et Falcon et le soldat de l’h...

Vaccins : un député franco-marocain interpelle l’exécutif français

En France, seuls les personnes ayant reçu les vaccins contre la Covid-19 de Pfizer/BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Janssen (Johson&Johson) ont le droit d’accéder au pays. Cependant, plusieurs re...

Nouvelles frappes aériennes israéliennes à Gaza

Ce jeudi soir, peu avant minuit, l’armée de défense d’Israël (Tsahal) a mené des frappes aériennes contre des positions du Hamas à Gaza, en représailles à des tirs de ballons incendiaires vers l’État ...

Le calvaire des Algériens bloqués en France

Bien qu’Air Algérie ait annoncé fin mai 2021 la reprise des vols et les conditions pour rentrer dans le pays nord-africain, les deux agences de la compagnie en France gardent encore leurs portes close...

Hong Kong : une descente de 500 agents au Apple Daily

Ce jeudi 17 juin, 500 policiers ont fouillé les ordinateurs et les carnets de notes des journalistes du tabloïd pro-démocratique Apple Daily à Hong Kong. La police a arrêté cinq cadres du journal aprè...