Aller au contenu principal

Les ex-commandants des FARC lancent un nouveau mouvement politique

Par Nora Jaafar, Publié le 05/09/2019 à 10:26, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

L’ancien sous-commandant des rebelles des FARC a annoncé mercredi la création d’un mouvement politique, une semaine après avoir annoncé qu’il prenait à nouveau les armes.

 

Dans une vidéo diffusée sur YouTube, Ivan Marquez, négociateur en chef du groupe marxiste de l’accord de paix de 2016, a annoncé la naissance d’un groupe qui, selon lui, travaillerait « clandestinement ».


Depuis plus d’un an, Marquez demeure introuvable, mais les autorités soupçonnent qu’il a trouvé refuge au Venezuela.

 

Dans la vidéo, Marquez est vêtu d’un uniforme militaire, avec des drapeaux des FARC accrochés derrière lui. Il est flanqué de 15 hommes armés, dont les anciens chefs rebelles Hernan Dario Velasquez, alias « El Paisa », et Jesus Santrich.

 

Santrich est un fugitif depuis le début de l’année, après que les États-Unis aient demandé son extradition pour trafic de drogue.

 

Jeudi dernier, les trois chefs rebelles ont annoncé un retour aux armes dans un autre message vidéo, accusant le gouvernement colombien de trahir l’accord de paix signé avec l’ancien président Juan Manuel Santos.

 

La majorité des 7 000 combattants des FARC ont été désarmés après un demi-siècle de conflit et sont revenus à la vie civile après la signature de l’accord. Cependant, environ 2 300 d’entre eux ont refusé de le faire.

 

Sous la direction de Marquez, les rebelles ont annoncé la création d’un nouveau groupe de guérilla, également appelé FARC, qui a d’abord été transformé en un parti politique du même nom après la signature de l’accord.

 

Après l’annonce initiale de Marquez, le président colombien Ivan Duque a déclaré que la Colombie n’était pas « face à une nouvelle guérilla, mais face aux menaces criminelles d’une bande de narcoterroristes ».

 

Il a également accusé le président vénézuélien Nicolas Maduro d’avoir fourni au groupe « un abri et un soutien ».

Diplomatie espagnole : «le calme» et «la discrétion» sont de mise pour résoudre la crise avec le Maroc

Le nouveau ministre espagnol des Affaires étrangères, Jose Manuel Albares, a appelé au calme et à la discrétion pour consolider et rétablir les liens entre son pays et le Maroc. Ce dernier, qui a remp...

Pegasus : Forbidden Stories et d’Amnesty échouent à produire des preuves

Ce mercredi 4 août, Olivier Baratelli, l'avocat du Maroc dans l’affaire Pegasus, a affirmé qu'après le délai fixé de 10 jours, Forbidden Stories et Amnesty International n’ont pas réussi à apporter de...

Observateurs d’élections : 38 associations et réseaux nationaux désormais accrédités

Ce mercredi 4 août à Rabat, la Commission spéciale d’accréditation des observateurs des élections a tenu sa quatrième réunion. Lors de cette rencontre, l'instance a donné son aval à 15 associations et...

Bilan du gouvernement, pandémie, élections… El Otmani dit tout

À un mois des élections législatives 2021, le Chef du gouvernement Saad Dine El Otmani a été invité...

Législatives : Benkirane ne se portera pas candidat

Dans une interview accordée à Le360, Abdelilah Benkirane, l'ex-Chef du gouvernement et ancien secrétaire général du Parti de la justice et du développement (PJD), a annoncé qu'il ne se présentera pas ...

Affaire Pegasus : le Maroc dépose une demande d’injonction à l’encontre de Süddeutsche Zeitung GmbH

Ce lundi 2 août, le Maroc, représenté par Zohour Alaoui, l’ambassadeur du Royaume à Berlin, a déposé en Allemagne une demande d’injonction à l’encontre de la société d’édition de journaux Süddeutsche ...