Aller au contenu principal

Johnson confronté à un nouveau vote sur le Brexit

Le Premier ministre britannique Boris Johnson se prépare à une nouvelle confrontation au Parlement ce mercredi après un échec humiliant de sa stratégie du Brexit, alors que les députés doivent approuver une loi visant à empêcher un départ sans accord.

Par Nora Jaafar, Publié le 04/09/2019 à 09:52, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Johnson a déclaré qu’il chercherait à obtenir des élections générales anticipées si les députés votent à nouveau contre lui, aggravant ainsi la crise politique qui menace de s’abattre sur le pays le 31 octobre prochain.

 

Le Premier ministre a promis de retirer la Grande-Bretagne de l’UE le 31 octobre, avec ou sans accord de divorce avec Bruxelles, trois ans après le vote référendaire pour quitter l’Union européenne.

 

Mais ses opposants craignent qu’un Brexit sans un accord aura des conséquences économiques désastreuses et veulent l’éviter à tout prix.

 

Témoignant de la détermination du gouvernement, le ministre des Finances Sajid Javid va dévoiler ce mercredi un autre financement de 2 milliards £ (2,2 milliards euros) pour faire face au Brexit, notamment pour de nouvelles infrastructures portuaires.

 

Johnson perd le contrôle

Mais le gouvernement conservateur de Johnson est en désarroi.

 

Il a perdu sa majorité ouvrière au Parlement mardi, après qu’un de ses députés a basculé vers le camp des libéraux démocrates anti-Brexit et, quelques heures plus tard, il a expulsé 21 députés du parti pour avoir voté contre le gouvernement.

 

« L’humiliation de Johnson alors que les rebelles conservateurs se retournent contre lui », peut-on lire à la une du journal de gauche Guardian, tandis que The Independent écrit : « Johnson perd le contrôle ».

 

Mais le Daily Express, fortement eurosceptique, a déclaré que les députés rebelles avaient voté « pour trahir le Brexit » et a qualifié le vote de mardi « d’autre jour honteux dans notre prétendue démocratie ».

 

Parmi les rebelles figuraient des personnalités du Parti conservateur comme Ken Clarke, le député qui a servi le plus longtemps au Parlement, et Nicholas Soames, le petit-fils de Winston Churchill.

 

Ils se sont joints aux législateurs de l’opposition pour porter un premier coup à la stratégie inflexible de Johnson pour le Brexit.

 

Cela a ouvert la voie à un vote ce mercredi sur une loi qui obligerait Johnson à retarder le Brexit de trois mois s’il ne parvient pas à un accord avec l’UE avant le 19 octobre.

 

Les députés doivent terminer le vote de la loi vers 1800 GMT.

 

Après une longue et chaude session parlementaire, Johnson a déclaré que le projet de loi compromettrait ses futures négociations avec Bruxelles sur un nouvel accord de divorce et causerait « plus de tergiversations, plus de retards et plus de confusion ».

 

Mais les détracteurs de Johnson disent que son affirmation selon laquelle il veut un nouvel accord avec Bruxelles est une imposture et l’UE a déclaré que la Grande-Bretagne n’a pas encore présenté « de propositions concrètes ».

 

« Je ne veux pas d’élections, mais si les députés votent demain pour mettre fin aux négociations et retardent inutilement le Brexit, peut-être pour de nombreuses années, ce sera alors le seul moyen de résoudre ce problème, » a déclaré Johnson hier, mardi 3 septembre 2019.

 

« N’acceptez aucune offre d’accord »

Aides a déjà dit que tout scrutin aurait lieu avant le sommet européen crucial des 17 et 18 octobre prochains.

 

En vertu de la loi électorale britannique, une majorité parlementaire de deux tiers est requise pour organiser une élection anticipée, ce qui signifie que le principal parti travailliste de l’opposition doit la soutenir.

 

Le chef syndical Jeremy Corbyn a déclaré mardi qu’il était en faveur du déclenchement de nouvelles élections, mais seulement après l’adoption de la loi « afin de ne retirer aucune offre d’accord de la table ».

 

La décision de prolonger ou non l’échéance du 31 octobre doit être prise à l’unanimité par les 28 dirigeants européens.

 

Johnson a provoqué la colère des parlementaires la semaine dernière avec sa décision de réduire considérablement le nombre de jours dont disposeront les députés pour se réunir avant l’échéance du Brexit, ce qui a été perçu comme une mesure visant à freiner ses opposants.

 

Un juge doit prononcer son verdict plus tard dans la journée de mercredi sur l’une des trois contestations judiciaires en cours.

Sommet US-UE : la Covid-19, le climat et le commerce à l’ordre du jour

Les États-Unis et l’Union européenne ont convenu d’une trêve de cinq ans dans leur différend de longue date sur les subventions accordées aux constructeurs aéronautiques. Cette annonce a été faite ce ...

L’Otan réaffirme sa force et interpelle la Russie et la Chine

Les 30 États membres de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (Otan) ont clôturé leur somme...

Covid-19 : 2.000 euros pour discréditer le vaccin de Pfizer

Alors que la pénurie de vaccins contre la Covid-10 handicape les campagnes de vaccination de plusieurs pays, certains influenceurs ont été sollicités pour discréditer le vaccin de Pfizer. Dans ce podc...

G7 : un front uni pour vacciner plus contre la Covid-19 et protéger le climat

Ce dimanche 13 juin, après trois jours d’intenses discussions, le sommet de Carbis Bay, en Cornouailles, des sept pays les plus industrialisés (G7), s’est achevé. À l’issue de cet évènement, les dirig...

Mexique : les violences meurtrières envers les journalistes

25 ans après, les médias internationaux, coordonnés par Forbidden Stories ont décidé d’enquêter sur les violences meurtrières dont sont victimes les journalistes au Mexique. Le lancement de cette inve...

G7 : un sommet pour reconstruire le monde

Le Royaume-Uni accueille à partir d'aujourd'hui le sommet du G7. Les dirigeants des grandes puissances mondiales ont donné vendredi le coup d'envoi de leur conclave ambitionnant de remettre le monde s...