Aller au contenu principal

Brexit : Les manœuvres de Boris Johnson

Farouche défenseur du Brexit, le Premier ministre britannique passe à l’action pour une sortie de l’Union européenne le 31 octobre prochain, avec ou sans accord. Le Parlement serait suspendu plusieurs jours après les vacances et ne serait rouvert que le 14 octobre. Cette suspension temporaire pourrait contrarier les plans des députés qui sont contre une sortie de l’UE sans accord. Par ailleurs, cela pourrait mettre la pression sur les négociateurs européens pour parvenir rapidement à un compromis.

Par J.R.Y, Publié le 28/08/2019 à 16:15, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

À deux mois de la prochaine échéance pour le Brexit, une issue sans accord se profile. Boris Johnson, le nouveau locataire du 10 Downing Street est très clair sur le sujet. Avec ou sans accord, la Grande-Bretagne quittera l’Union européenne le 31 octobre. Ce mercredi, le Premier ministre britannique a indiqué que le Parlement serait suspendu plusieurs jours après les vacances et ne serait rouvert que le 14 octobre. Cette suspension temporaire du Parlement pourrait contrarier les plans des députés qui sont contre une sortie de l’UE sans accord. Par ailleurs, cela pourrait aussi mettre la pression sur les négociateurs européens pour parvenir rapidement à un compromis avec le Premier ministre conservateur. Le principal point de désaccord aujourd’hui tient à la question de la frontière avec l’Irlande qui, elle, restera dans l’Union européenne.

 

Un no deal serait dommageable pour la Grande-Bretagne que pour l’Europe. Après les informations sur les plans de Boris Johnson, la livre a nettement reculé par rapport au dollar. L’hypothèse d’une sortie sans accord et la dépréciation du livre qui s’en suivrait auront des répercussions sur l’inflation et donc la consommation des ménages britanniques. Les exportations des pays européens vers la Grande-Bretagne seront également affectées.

 

Au Maroc, l’on surveille de près ce dossier. Alors que les exportations vers le Royaume-Uni sont sur une tendance baissière, un Brexit sans accord porterait un coup de massue aux expéditions vers ce marché. Selon certains experts, un no deal pourrait entrainer une baisse supplémentaire de l’ordre de 1 milliard de DH des exportations en direction du Royaume-Uni. Dans le secteur des services, l’on suit aussi avec attention les développements de ce dossier. Quel que soit le dénouement le 31 octobre prochain, BMCE Bank of Africa a déjà annoncé qu’elle maintiendrait ses activités à Londres. Ce n’est pas le cas de nombreuses autres entreprises qui ont prévu des points de repli notamment en France et au Pays bas.

#FreeBritney : la saga judiciaire de Britney Spears ravive la campagne

Sous tutelle depuis plus de douze ans à la suite de troubles psychologiques, la chanteuse Britney Spears s’exprimera ce mercredi 23 juin devant le tribunal de Los Angeles. Lors de cette audience, la c...

Espagne : grâce pour neuf indépendantistes catalans

Ce lundi 21 juin, Pedro Sánchez, président du gouvernement d’Espagne, a annoncé qu’il allait proposer au Conseil des ministres d’accorder une grâce à neuf dirigeants indépendantistes catalans incarcér...

Décryptage de la situation politique en Libye

Dans ce podcast, Medi1 revient sur la situation politique actuelle en Libye notamment avec la réouverture de la route côtière entre l'est et l'ouest du pays. Un événement qui se produit quelques jours...

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères bientôt aux EAU

Pour sa première visite aux pays du Golfe, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, se rendra aux Émirats arabes unis (EAU) la semaine prochaine. Cette visite intervient aprè...

Régionales 2021 : abstention record en France

Ce dimanche 20 juin, la France a tenu le premier tour des élections régionales et départementales. Plus de deux Français sur trois ont choisi de ne pas se rendre aux urnes. En effet, à la fermeture de...

Iran : une centrale nucléaire à l'arrêt après une défaillance technique

Depuis ce lundi 21 juin, l’unique centrale nucléaire d’Iran, située à Bouchehr, dans le sud du pays, est à l’arrêt. Selon l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA), elle le sera pour «quel...