Aller au contenu principal

Le chef de l’armée algérienne rejette tout « préalable » au dialogue

Par H.L.B, Publié le 31/07/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Le chef de l’armée algérienne a refusé d’accepter les conditions préalables aux pourparlers visant à mettre fin à la crise politique du pays, affirmant qu’il n’y avait « plus de temps à perdre ».

 

Les Algériens descendent dans la rue tous les mardis et vendredis depuis février pour réclamer des changements politiques, aboutissant à la démission du président Abdelaziz Bouteflika le 2 avril dernier.

 

Mais les efforts déployés pour organiser de nouvelles élections présidentielles se sont enlisés, les manifestants exigeant toujours le départ de personnalités clés du régime et une refonte du système politique du pays nord-africain.

 

« Il n’y a plus de temps à perdre », a déclaré le chef de l’armée Ahmed Gaid Salah lors d’un discours prononcé pendant une cérémonie retransmise à la télévision, rejetant ce qu’il a appelé « des conditions préalables qui ressemblent à des diktats ».

 

« Les élections sont le point essentiel autour duquel le dialogue doit se concentrer, un dialogue que nous saluons et que nous espérons voir réussir, » a déclaré Gaid Salah.

 

Un comité de sept membres a été mis en place, chargé par le président par intérim Abdelkader Bensalah de discuter des modalités de la prochaine élection, après la démission de Bouteflika qui est resté au pouvoir pendant deux décennies.

 

Mais le mouvement de protestation a demandé que certaines mesures soient prises avant l’ouverture d’un dialogue, notamment la libération des personnes arrêtées dans le cadre des manifestations.

 

Les militants souhaitent également que moins de forces de police soient déployées lors des manifestations hebdomadaires, et ont appelé à la levée des blocus mis en place à l’entrée d’Alger tous les vendredis qui gênent la tenue des rassemblements.

 

Bensalah avait déclaré qu’il était prêt à « étudier » les revendications.

 

Mais Gaid Salah, mardi, a dénoncé « les idées vénéneuses... notamment la libération des détenus, injustement accusés pour leurs opinions » et souligné l’indépendance de la justice.

 

Le déploiement de la police mise en place « pour la sécurité des marches était une mesure prise dans l’intérêt de la population », a-t-il ajouté, insistant sur le fait que les rassemblements doivent être correctement organisés « pour éviter toute forme de violence ».

 

Une élection présidentielle prévue pour le 4 juillet a été reportée après que les deux seuls candidats potentiels — tous deux peu connus — aient vu leur candidature rejetée.

La CPI ouvre une enquête sur des faits survenus dans les territoires palestiniens

Ce mercredi 3 mars, Fatou Bensouda, la procureure générale de la Cour pénale internationale (CPI), a annoncé l’ouverture d’une enquête sur d’éventuels crimes de guerre commis dans les territoires pale...

L’Arabie Saoudite adosse l'accomplissement du Hajj à la vaccination contre le coronavirus

Ce lundi 1er mars, Taoufik Rabiâa, le ministre saoudien de la Santé, a annoncé que l’accomplissement du pèlerinage sera désormais lié à la vaccination contre la Covid-19. Il a ajouté avoir ordonné la ...

France-Algérie : Emmanuel Macron reconnait que la mort de Boumendjel n’était pas un suicide

Ce mardi 2 mars, le président français Emmanuel Macron a reconnu que les autorités françaises ont «torturé et assassiné» le militant algérien Ali Boumendjel pendant la guerre d’indépendance de son pay...

États-Unis : vaccins pour tous en mai

Ce mardi 2 mars, le président américain Joe Biden a annoncé que son pays disposerait de suffisamment de vaccins anti-Covid-19 pour tous ses adultes d’ici la fin du mois de mai. Il a toutefois sou...

Accord UE-Maroc : la Cour européenne examine le recours du Polisario

Ce mardi 2 mars, journée d’ouverture d’une audience devant la 9e chambre du tribunal de l’Union européenne au Luxembourg, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) examine le dossier du Sahara. ...

Pour l’ONU, la baisse des dons est une peine de mort contre le Yémen

Ce lundi 1er mars, Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations Unies (ONU), a qualifié la baisse des promesses de dons pour assurer une aide au Yémen de «peine de mort». Guterres a dévoilé qu’...