Aller au contenu principal

Algérie : un groupe d’experts supervisera le dialogue national

Par Nora Jaafar, Publié le 26/07/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Le président intérimaire algérien Abdelkader Bensalah a mis en place un panel de six membres pour superviser un dialogue national et organiser une élection présidentielle visant à mettre fin à des mois de crise politique, a déclaré ce jeudi le bureau de la présidence.

 

Le président Abdelaziz Bouteflika a démissionné le 2 avril après 20 ans au pouvoir, sous la pression des protestations de masse exigeant la destitution de l’élite dirigeante et la poursuite des personnes soupçonnées de corruption.

 

Les autorités avaient annulé une élection présidentielle qui était prévue pour le 4 juillet, en raison d’un manque de candidats. Aucune nouvelle date n’a été fixée.

 

Le panel, dirigé par l’ancien président du parlement Karim Younes, comprend également deux experts en droit, un expert en économie et deux politiciens.

 

« Le dialogue couvrira tous les aspects liés à l’organisation de cette élection, à ses modalités nécessaires... et à la date du scrutin », a indiqué Bensalah dans une déclaration.

 

« Le dialogue doit intégrer toute la classe politique, les personnalités nationales et la société civile ».

 

L’armée est désormais le principal acteur politique algérien et son chef d’état-major, le général Ahmed Gaid Salah, a exhorté à plusieurs reprises l’opposition à coopérer afin de tenir au plus vite de nouvelles élections.

 

Le groupe d’experts entamera immédiatement des consultations avec les personnes désireuses de prendre part au dialogue, précise le communiqué.

 

« Le dialogue national reste le seul moyen de garantir une issue pacifique conforme aux attentes des Algériens », explique Younes. « Nous sommes conscients de l’impasse nationale qui nous oppose ».

 

Afin d’apaiser les manifestants, le pouvoir judiciaire a ouvert des enquêtes sur la corruption impliquant plusieurs anciens hauts fonctionnaires.

 

De nombreux hommes d’affaires et ex-fonctionnaires éminents, dont les anciens premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, ont été placés en détention pour « dissipation des fonds publics ».

 

Les manifestants exigent aujourd’hui le départ de Bensalah, ancien chef du parlement, et du Premier ministre Noureddine Bedoui, considérés par les militants comme appartenant à la vieille garde qui dirige le pays depuis son indépendance, en 1962.

Conflit israélo-palestinien : Biden soutient un cessez-le-feu

Ce lundi 17 mai, lors d’une conversation téléphonique avec Benyamin Nétanyahou, le Premier ministre israélien, Joe Biden, le président américain, a exprimé son «soutien» à un «cessez-le-feu», face à l...

Crise migratoire à Sebta : Pedro Sánchez annule son voyage à Paris

Ce lundi 17 mai, quelque 6.000 personnes - un chiffre inédit -, dont un millier de mineurs, sont entrées dans le préside occupé de Sebta depuis Fnideq. Elles sont arrivées par la mer ou à pied quand l...

Les confessions du prince Harry

Jeudi dernier, le prince Harry était l’invité du podcast Armchair Expert, animé par le comédien Dax Shepard, pour faire la promotion de sa nouvelle série Apple TV + sur la santé mentale, The Me You Ca...

Vaccin : Sanofi et GSK franchissent une nouvelle étape

Ce lundi 17 mai, le laboratoire Sanofi a annoncé que son vaccin anti-Covid-19, développé en collaboration avec le laboratoire GSK, a donné des résultats positifs lors de sa deuxième phase des essais c...

Inde : le bilan des décès dus à la Covid-19 serait en réalité plus élevé

En Inde, la récente vague dévastatrice de la Covid-19 a inondé les hôpitaux de patients et les crématoriums de cadavres. Selon certains experts indiens, de nombreux décès liés à cette pandémie ne sont...

Le prix des véhicules électriques devrait considérablement baisser

Selon une étude réalisée par Bloomberg New Energy Finance (BNEF) et commandée par l’ONG Transport et Environnement (T&E), les voitures et utilitaires électriques coûteront moins cher à construire ...