Aller au contenu principal

Algérie : un groupe d’experts supervisera le dialogue national

Par Nora Jaafar, Publié le 26/07/2019 à 16:45, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Le président intérimaire algérien Abdelkader Bensalah a mis en place un panel de six membres pour superviser un dialogue national et organiser une élection présidentielle visant à mettre fin à des mois de crise politique, a déclaré ce jeudi le bureau de la présidence.

 

Le président Abdelaziz Bouteflika a démissionné le 2 avril après 20 ans au pouvoir, sous la pression des protestations de masse exigeant la destitution de l’élite dirigeante et la poursuite des personnes soupçonnées de corruption.

 

Les autorités avaient annulé une élection présidentielle qui était prévue pour le 4 juillet, en raison d’un manque de candidats. Aucune nouvelle date n’a été fixée.

 

Le panel, dirigé par l’ancien président du parlement Karim Younes, comprend également deux experts en droit, un expert en économie et deux politiciens.

 

« Le dialogue couvrira tous les aspects liés à l’organisation de cette élection, à ses modalités nécessaires... et à la date du scrutin », a indiqué Bensalah dans une déclaration.

 

« Le dialogue doit intégrer toute la classe politique, les personnalités nationales et la société civile ».

 

L’armée est désormais le principal acteur politique algérien et son chef d’état-major, le général Ahmed Gaid Salah, a exhorté à plusieurs reprises l’opposition à coopérer afin de tenir au plus vite de nouvelles élections.

 

Le groupe d’experts entamera immédiatement des consultations avec les personnes désireuses de prendre part au dialogue, précise le communiqué.

 

« Le dialogue national reste le seul moyen de garantir une issue pacifique conforme aux attentes des Algériens », explique Younes. « Nous sommes conscients de l’impasse nationale qui nous oppose ».

 

Afin d’apaiser les manifestants, le pouvoir judiciaire a ouvert des enquêtes sur la corruption impliquant plusieurs anciens hauts fonctionnaires.

 

De nombreux hommes d’affaires et ex-fonctionnaires éminents, dont les anciens premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, ont été placés en détention pour « dissipation des fonds publics ».

 

Les manifestants exigent aujourd’hui le départ de Bensalah, ancien chef du parlement, et du Premier ministre Noureddine Bedoui, considérés par les militants comme appartenant à la vieille garde qui dirige le pays depuis son indépendance, en 1962.

Cinq ans de plus pour Antonio Guterres à la tête de l’ONU

Ce vendredi 18 juin, Antonio Guterres, secrétaire général des Nations unies (ONU) depuis le 1ᵉʳ janvier 2017 a été nommé pour un second mandat à la tête de l’institution. Cette nomination a été confir...

Marvel : que vaut la nouvelle série de Disney ?

Ce mercredi 9 juin 2021, Disney+ a mis en ligne le premier épisode de Loki, sa troisième série se déroulant dans le Marvel Cinematic Universe. En effet, après WandaVision et Falcon et le soldat de l’h...

Vaccins : un député franco-marocain interpelle l’exécutif français

En France, seuls les personnes ayant reçu les vaccins contre la Covid-19 de Pfizer/BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Janssen (Johson&Johson) ont le droit d’accéder au pays. Cependant, plusieurs re...

Nouvelles frappes aériennes israéliennes à Gaza

Ce jeudi soir, peu avant minuit, l’armée de défense d’Israël (Tsahal) a mené des frappes aériennes contre des positions du Hamas à Gaza, en représailles à des tirs de ballons incendiaires vers l’État ...

Le calvaire des Algériens bloqués en France

Bien qu’Air Algérie ait annoncé fin mai 2021 la reprise des vols et les conditions pour rentrer dans le pays nord-africain, les deux agences de la compagnie en France gardent encore leurs portes close...

Hong Kong : une descente de 500 agents au Apple Daily

Ce jeudi 17 juin, 500 policiers ont fouillé les ordinateurs et les carnets de notes des journalistes du tabloïd pro-démocratique Apple Daily à Hong Kong. La police a arrêté cinq cadres du journal aprè...