A l’instar de plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest, le Maroc découvre d’importantes réserves du précieux or noir au large du littoral atlantique © DR

Temps de lecture : 6 minutes


Découverte d’importantes ressources pétrolières au large d’Agadir

Temps de lecture : 6 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 6 minutes

En août 2021, la société britannique d’exploration de pétrole et de gaz, Europa Oil & Gas, annonçait l’obtention et le lancement officiel de l’accord d’amodiation pour le permis offshore d’Inezgane situé au large d’Agadir. Une évaluation récente de la société a identifié un volume important de ressources récupérables sans risque, dépassant un milliard de barils (équivalent pétrole), dans les cinq principaux prospects classés uniquement. Selon Europa Oil & Gas, Inezgane représente une opportunité d’exploration à fort impact dans une zone «sous-explorée du monde». Mais la société n’a pas précisé s’il s’agit d’une découverte confirmée d’un potentiel à exploiter ou d’une réserve de pétrole. Le point avec Mohamed Najib Boulif, expert en économie et ancien ministre.

Temps de lecture : 6 minutes

Europa Oil & Gas, une société britannique d’exploration et de production, a annoncé la découverte d’une grande quantité de pétrole offshore à Inezgane, une zone offshore adjacente à Agadir, dans le sud-ouest du Maroc.



«Une évaluation récente a indiqué une quantité considérable de ressources récupérables en toute sécurité, supérieure à un milliard de barils (équivalent pétrole)», a déclaré Europa Oil & Gas dans son rapport annuel 2022.



Le rapport, qui a été publié le 13 avril, résume les résultats des découvertes de la société au cours de la période de six mois qui s’est terminée le 31 janvier 2022.



La valeur de cette richesse découverte à Inezgane dépasse 100 milliards de dollars, ce qui est proche du Produit intérieur brut (PIB) du royaume, atteignant 112,9 milliards de dollars en 2020, selon la Banque mondiale.



À noter que «Europa Oil & Gas est une société d’exploration et de production d’hydrocarbures, qui travaille essentiellement en Irlande mais aussi au Royaume-Uni. La licence pétrolière qu’elle porte est sur trois phases de huit ans», a précisé, dans une interview accordée à Lebrief.ma,  Mohamed Najib Boulif, expert en économie et ancien ministre.




Lire aussi : Secteur gazier : quel potentiel de développement au Maroc ?




 



Inezgane : une opportunité d’exploration à fort impact



Europa Oil & Gas affirme qu’Inezgane représente une opportunité d’exploration à fort impact dans une «région du monde sous-explorée».



En tant qu’opérateur de l’énorme permis d’Inezgane, la société possède 75% de la région offshore, tandis que l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) possède les 25% restants.



Cette région pétrolière du bassin d’Agadir couvre une superficie de 11 228 km² et se trouve à des profondeurs d’eau allant de 600 à 2.000 m.



«Il y a beaucoup de travail à faire dans l’offshore au Maroc. L’essentiel du travail a été fait jusqu’à présent en onshore dans  la plupart des régions du royaume», a souligné l’économiste.



Cela ne manque pas de rappeler «la fameuse question de l’Oriental avec Sound Energy et autres, il y a une vingtaine d’années».



En août dernier, les études géologiques et les estimations de la société ont permis d’identifier plusieurs sites pétroliers potentiels à travers le Maroc qui, selon Europa Oil & Gas, pourraient remplir deux milliards de barils, d’après le rapport 2021 de la société.



Sur la base de ses résultats d’exploration, Europa Oil & Gas a noté que le Maroc offre une opportunité d’investissement très attractive avec d’excellentes conditions fiscales pour les investisseurs.




Lire aussi : Gaz : 40 puits positifs sur 67 forés entre 2000 et 2022




 



Potentiel à exploiter ou  réserve de pétrole ?



La  société britannique a indiqué avoir «identifié» des «ressources sans risques». Cependant, elle n’a pas précisé s’il s’agit d’une découverte confirmée, d’un potentiel à exploiter ou d’une réserve de pétrole. La question qui se pose est de savoir ce que signifient concrètement les résultats publiés par l’opérateur britannique qui détient 75% de la licence Inezgane ?



«Il s’agit de  ressources potentielles. Donc, c’est un potentiel qui est estimé et ça n’a rien avoir avec des ressources confirmées», a mis en relief notre intervenant, ajoutant que «cette entreprise a fait cette déclaration dans une communication financière puisqu’elle est cotée en bourse et elle est obligée de faire ce genre de communication».



«Ce n’est pas une découverte commerciale», a-t-il constaté.



«Le volume découvert va permettre de subvenir au besoin du Maroc en termes d’hydrocarbures», a indiqué l’économiste. Néanmoins, «ça reste comme même des estimations et qu’il n’y a pas de ressources confirmées».



«On ne peut qu’espérer que cette communication financière faite par l’entreprise soit conforme aux réalités techniques et géosysmiques du bassin dans lequel elle travaille en offshore», ambitionne-t-il.



Cela dit, la prudence est toujours de mise pour ce genre d’annonces aux motivations aussi variables que nébuleuses. D’autant plus que les résultats finaux n’ont pas encore été dévoilé, malgré le fait que Simon Oddie, PDG de la compagnie Britannique avait déclaré après l’obtention du permis de recherche Inezgane, que le «Maroc est sur la même ligne géologique que les récentes découvertes en Afrique de l’Ouest ces dernières années». Rendant ainsi les potentialités encore plus prometteuses.



 



Qu’en est-il des autres régions ?



Dans un exposé, mercredi dernier, devant la commission des infrastructures, de l’énergie, des mines et de l’environnement à la Chambre des représentants, la directrice générale de l’ONHYM, Amina Benkhadra, a souligné que la société SDX Energy effectuera les travaux de forage de 13 puits dans les régions terrestres au sud de Lalla Mimouna, le Gharb occidental, Sebou et l’ouest de Moulay Bouchta, alors que Bell et Forpetro effectueront le forage de deux puits à Haha.



Pour sa part, Predator gas prévoit le forage de trois puits, alors que Sound Energy effectuera le forage de cinq puits à Anoual, Grand Tendrara et Sid L’Moukhtar, de même qu’elle a obtenu l’autorisation d’exploitation de Tendrara et la réalisation d’une petite station de gaz naturel liquéfié.



Dans les zones maritimes, Benkhadra a fait savoir que Hunt oil se chargera du forage d’un puits à Mogador, alors que ENI et Qatar Petroleum effectueront les travaux de forage de deux puits à Tarfaya.



Par ailleurs, l’ONHYM compte re-traiter et interpréter 1250 km de sismique 2D au bassin de Zag, a-t-elle ajouté.



 



Gaz naturel : bilan de deux décennies de forages



Quelque 67 puits ont été forés au Maroc au cours de la période 2000-2022, dont 40 ont révélé la présence de quantités de gaz naturel, selon la directrice générale de l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM), Amina Benkhadra.



Jusqu’à aujourd’hui, le Maroc compte 11 sociétés opérant dans le domaine de l’exploration des hydrocarbures. Celles-ci procèdent, en vertu des accords conclus avec l’ONHYM et selon un calendrier sur plusieurs étapes, à la cartographie et l’interprétation des sismiques 2D et 3D afin d’évaluer le potentiel en hydrocarbures dans les zones où elles opèrent.



Elles procèdent ensuite au forage de puits d’exploration au cas où les études d’évaluation montrent des indices encourageants.



La société Repsol a découvert des quantités de gaz au large des côtes de Larache et qui ont été confirmées par le puits réalisé par Chariot Oil entre fin 2021 et début 2022.



L’onshore d’Essaouira produit des quantités de gaz et de condensats des couches triasiques depuis les années 80, qui s’ajoutent à la production de gaz à partir de la licence d’exploitation du gisement de Meskala.



Tendrara a connu le forage de cinq puits par l’ONHYM et ses partenaires Sound Energy et Schlumberger entre 2016 et 2019.



Dans la zone offshore de Tarfaya-Agadir, il a été procédé au forage de sept puits, dont trois en eaux peu profondes.



La zone offshore de Boujdour a connu un forage réalisé en fin 2014 et début 2015, par Kosmos et Capricorn, qui a révélé la découverte de gaz et de condensats qui se sont avérés économiquement inexploitables.



Recommandé pour vous

L’économie bleue, quelles perspectives pour le Maroc ?

Temps de lecture : 3 minutes

Ces dernières années, la communauté internationale a pris conscience de l’important relais de croissance qu’offre l’économie bleu. Une nouvell…

Flambée des prix du carburant : la guerre en Ukraine, les solutions et les recommandations

Temps de lecture : 3 minutes

Alors que la tendance était plutôt à la baisse ces dernières semaines, voilà que les prix des carburants augmentent de nouveau. D’habitude, il…

EMEC Expo 2022 : comme si vous y étiez !

Temps de lecture : 3 minutes

Hier, jeudi 19 mai, s’est clos le salon EMEC Expo, qui a duré deux jours. Cette édition tant attendue fut l’occasion pour les participants de …

CMC : une publication spéciale sur « l’instabilité des marchés »

Temps de lecture : 4 minutes

Le Centre marocain de conjoncture (CMC) a annoncé la parution de sa dernière publication mensuelle « Maroc Conjoncture » (n° 345). Il s’agit d…

EMEC EXPO est de retour sous le thème «La transformation digitale de l’entreprise»

Temps de lecture : 2 minutes

La transformation digitale révolutionne l’ensemble des organisations. Aujourd’hui, les entreprises n’ont d’autres choix que d’embrasser ce cha…

Flambée des prix : les explications de Fouzi Lekjaa

Temps de lecture : 4 minutes

Lors de la séance des questions orales à la Chambre des représentants, le ministre délégué chargé du Budget, Fouzi Lekjaa, est revenu sur les …

Blé : l’interdiction d’exportation de l’Inde secoue les marchés internationaux

Temps de lecture : 3 minutes

Les prix du blé ont augmenté de plus de 60% cette année, en raison des effets de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. À eux seuls, ces deux …

Tourisme : le Maroc face au manque de ressources humaines qualifiées

Temps de lecture : 4 minutes

L’ouverture des frontières avec plusieurs pays, ainsi que celles avec l’Espagne, Sebta et Melilia, marque la relance officielle du secteur tou…

Location de voitures : difficile reprise pour les professionnels

Temps de lecture : 3 minutes

Si la réouverture des frontières, l’allègement de certaines restrictions sanitaires et le retour de l’opération Marhaba donnent de bonnes pers…

Saison estivale : 2022, l’année de la relance ?

Temps de lecture : 3 minutes

Après deux saisons estivales, partiellement percutées par la crise sanitaire de la Covid-19, l’été 2022 s’annonce radieux. À fin 2…

Emploi au Maroc : entre baisse de chômage et recours à l’entrepreneuriat

Temps de lecture : 1 minute

Les dernières données publiées par le Haut-Commissariat au plan (HCP) relatives à l’emploi montrent une légère baisse du taux de chôma…

Le climat des affaires « normal » pour 57% des patrons

Temps de lecture : 2 minutes

Les résultats de l’édition trimestrielle (T1-2022) de Bank Al-Maghrib sur le climat général des affaires révèlent une légère baisse par rap…