Temps de lecture : 7 minutes


Télécoms : comprendre les dessous de la nouvelle plainte d’Inwi contre Maroc Telecom

Temps de lecture : 7 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 7 minutes

Wana Corporate (Inwi) dénonce une nouvelle fois les pratiques anticoncurrentielles de Maroc Telecom (IAM). Le Conseil d’administration d’Inwi a ainsi déposé auprès du tribunal de commerce de Rabat une plainte contre IAM le jeudi 16 décembre 2021. Dans cette affaire portant sur le dégroupage et le partage d’infrastructures de la boucle locale de l’opérateur historique, Inwi réclame 6,8 milliards de DH de préjudices. Qu’est-ce que le dégroupage de la boucle locale ? Pourquoi ce dossier ressort-il maintenant ? Que reproche la filiale de la holding royale Al Mada à l’opérateur historique ? Quid de la loi télécom ?

Temps de lecture : 7 minutes

Wana Corporate (inwi) porte de nouveau plainte contre Maroc Telecom (IAM). Cette requête a été déposée le 16 décembre auprès du tribunal de commerce de Rabat à la suite d’une réunion du Conseil d’administration d’inwi. Ce dernier exige 6,8 milliards de DH (MMDH) de préjudices. Il faut préciser qu’il s’agit de la même affaire qu’il y a cinq ans, quand Wana Corporate a porté plainte contre Maroc Telecom pour entrave à la concurrence. Cette plainte a déjà été instruite par l’Agence nationale de la réglementation des télécommunications (ANRT), qui avait décidé d’infliger une amende s’élevant à 10% du chiffre d’affaires d’IAM en janvier 2021. Maroc Telecom a accepté cette sanction et avait versé 3,3 MMDH au Fonds de soutien à la Covid-19 conformément à une décision du trésor public. Sur la base de cette sanction, Wana avait ensuite estimé qu’il n’y avait plus lieu de poursuivre IAM, parce que son tort a été réparé.



Selon Khalid Ziani, expert IT et télécom, quand cette sanction était tombée «c’était le conseil d’administration de Wana, en l’occurrence les administrateurs majoritaires d’Al Mada, qui avait décidé de retirer cette plainte le 20 février 2021. Une décision très curieuse, car elle n’émanait pas de la présidente directrice générale d’inwi d’à l’époque, Nadia Fassi Fihri, mais des administrateurs d’Al Mada dans le conseil d’administration. Cela présageait un accord entre actionnaires, notamment Al Mada, et IAM pour clôturer cette affaire». Notre intervenant explique que «pour comprendre cette affaire, il faut savoir que Wana était détenu à 69% par Al Mada et à 31% par le groupe koweïtien Zain».




Lire aussi : Maroc Telecom : un monopole déguisé




 



Pourquoi ce dossier ressort-il maintenant ?



D’après Ziani, «le tribunal de commerce de Rabat n’a pas les prérogatives pour trancher sur les pratiques anticoncurrentielles dans un domaine réglementé par l’ANRT. C’est cette instance qui est habilitée par la loi à gérer les litiges entre opérateurs. Wana a saisi ledit tribunal pour faire pression sur l’ANRT qui avait tardé, d’environ quatre à cinq ans, à trancher sur cette affaire. Cependant, inwi n’est pas sorti gagnante de cette affaire, vu que les 3,3 MMDH ont été injectés dans le Fonds covid-19».



Aujourd’hui, «Wana est de retour avec une nouvelle plainte contre IAM réclamant cette fois 6,8 MMDH de préjudices et dénonçant que les pratiques anticoncurrentielles de l’opérateur historique persistent. Une nouvelle fois, c’est le tribunal du commerce qui a été saisi et non pas l’ANRT», souligne l’expert. Et de préciser que la seule hypothèse qui justifie cette démarche juridique «est qu’inwi est en difficulté financière et qu’il y a une recomposition de son actionnariat, probablement un retrait d’Al Mada au profit de Zain, dont les actions ont augmenté à 35%, après une fusion avec Al Ajial Holding du fonds souverain Kuwait Investment Authority. Ainsi, cette plainte intervient pour justifier la non-atteinte des objectifs de Wana et pour forcer IAM à céder des sommes importantes en réparation à inwi».




Lire aussi : Plainte de Wana pour « pratiques anticoncurrentielles » : Maroc Telecom tiré d’affaire




 



La problématique du dégroupage et du partage des infrastructures



Il faut préciser que la bataille concernant le dégroupage et le partage des infrastructures, bien qu’elle soit fondamentale, n’a toujours pas été résolue par l’ANRT. Khalid Ziani nous a précisé que «toutes les solutions que l’Agence a proposées pour régler ce problème et pour augmenter le partage d’infrastructures n’ont pas abouti». Ainsi, elle est désormais obligée de trouver de nouvelles solutions et de s’inspirer des expériences d’autres pays, notamment pour attirer de nouveaux investisseurs. «Il faut aussi profiter du fait que le Maroc soit un lieu de peering télécom, et où tous les acteurs télécoms veulent se positionner», estime l’expert.



Malheureusement, poursuit-il, «la loi télécom actuelle du pays entrave ces investissements. Cette dernière regroupe à la fois la licence des services télécom et celle des infrastructures télécom. Une chose qui ne se fait pas dans d’autres pays européens ou aux États-Unis, qui, en séparant les deux licences, ont pu ouvrir la voie à de nouveaux investisseurs pour développer et consolider davantage leurs infrastructures télécom. Cela a également permis à d’autres acteurs, comme les collectivités territoriales, de devenir clients des opérateurs d’infrastructures».



Pour conclure, notre intervenant a indiqué que «si nous réglons le problème de la loi télécom et que nous séparons la licence de services et de celle des infrastructures, nous résoudrons toutes ses problématiques de concurrence». Et d’ajouter : «ce qu’il faut savoir c’est qu’on accuse l’opérateur historique de faire barrage au partage d’infrastructure qu’il a hérité depuis plusieurs années, mais on oublie qu’il n’a pas hérité de la fibre optique, entre autres services. De ce fait IAM a beaucoup investi pour étendre sa couverture, et ce, dans le respect des réglementations en vigueur. Ainsi, l’ANRT ne devait pas mettre tout sur le dos de Maroc Telecom, mais devait plutôt réviser la loi télécom, qui bloque la concurrence au niveau des services télécom». Pour Ziani, «l’ANRT doit assumer ses responsabilités et remplir ses prérogatives afin de devenir l’acteur du changement de cette loi controversée».



 



Qu’est-ce le dégroupage et le partage d’infrastructure ?



Le dégroupage de la boucle locale, appelé également accès dégroupé au réseau local, est la technique qui permet aux nouveaux opérateurs de télécommunication d’utiliser le réseau local de l’opérateur historique. Ce réseau repose sur une infrastructure constituée de fils de cuivre visant à desservir directement leurs abonnés. L’accès à cette boucle locale permet aux nouveaux entrants d’entrer en concurrence avec les opérateurs notifiés en offrant des services de transmission de données à haut débit pour un accès permanent à l’Internet et pour des applications multimédias à partir de la technologie de ligne d’abonné numérique (DSL), ainsi que des services de téléphonie vocale. Une demande raisonnable pour obtenir un accès dégroupé suppose que cet accès est nécessaire à la fourniture des services du bénéficiaire et que le refus de satisfaire à cette demande est susceptible d’empêcher, de limiter ou de fausser la concurrence dans le secteur.


FMI : quelle croissance économique en Afrique et dans le monde en 2023 ?

FMI : quelle croissance économique en Afrique et dans le monde en 2023 ?

Le Fonds monétaire international (FMI) a légèrement revu à la hausse ses prévisions de croissance économique mondiale pour cette année. Elles sont estimées à 2,9% pour 2023 et à 3,…
CRI

Charte de l’investissement : le soutien étatique fixé

Encourager l'acte d'investir. C'est le but ultime de la nouvelle Charte de l'investissement dont l'exécutif a amorcé la mise en œuvre à travers un premier décret d'application adop…
Viandes rouges : des mesures pour contrer la flambée des prix

Viandes rouges : des mesures pour contrer la flambée des prix

Ces deux dernières semaines, les prix de la viande rouge sont montés en flèche au Maroc. Dans les abattoirs, le prix de la viande ovine varie entre 90 et 100 DH le kilogramme (kg) …
Crise économique : le FMI évalue la performance du Maroc

Crise économique : le FMI évalue la performance du Maroc

La sécheresse et les conséquences économiques de l'invasion russe en Ukraine ont affecté l'économie marocaine en 2022. Malgré les efforts déployés par le gouvernement pour remédier…
SCRT : amélioration des recettes fiscales et non fiscales à fin décembre

SCRT : amélioration des recettes fiscales et non fiscales à fin décembre

Le ministère de l'Economie et des Finances vient de publier un document sur la situation des charges et ressources du Trésor (SCRT) au titre du mois de décembre 2022. Le document f…
Maroc-Espagne : le roi Mohammed VI se félicite du développement de la coopération bilatérale

Maroc-Espagne : un forum économique aux attentes majeures

Ayant presque le statut d’un sommet, la réunion de haut niveau (RHN) entre le Maroc et l’Espagne se tiendra les 1ᵉʳ et 2 février 2023 à Rabat, avec une représentation importante de…
Économie nationale en 2023 : quelles perspectives de reprise ?

Économie nationale en 2023 : quelles perspectives de reprise ?

Les perspectives économiques nationales pour 2023 tiennent compte d'un environnement international fortement contraignant. Cet environnement est notamment marqué par la poursuite d…
Tourisme : le Maroc rayonne !

Tourisme : le Maroc rayonne !

Les objectifs du Maroc en matière de tourisme durable se concrétisent. Le prestigieux magazine espagnol, Viajar, a désigné le Royaume comme "meilleure destination durable émergente…