Temps de lecture : 6 minutes


Covid-19 : vaccination au ralenti et contrôle renforcé des pass sanitaires

Temps de lecture : 6 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 6 minutes

Malgré les moyens mis en place par le gouvernement pour garantir la disponibilité des doses des vaccins anti-Covid-19, une partie de la population reste réticente à la vaccination. À quelques jours de la fin de l’année 2021, l’administration des doses de vaccin est quasi à l’arrêt. De l’autre côté, le gouvernement semble resserrer l’étau autour du pass vaccinal, notamment dans les tribunaux et les administrations publiques. Détails.

Temps de lecture : 6 minutes

Que faire pour inciter les Marocains à recevoir des doses de vaccin anti-Covid ? C’est une question qui a certainement dû être posée lors d’une des réunions du Comité scientifique avec le ministre Khalid Aït Taleb. Pour l’heure, aucune solution n’a été trouvée.



Quatre millions de Marocains n’ont toujours pas reçu de première dose à ce jour. Par ailleurs, un déphasage de 1,5 million de doses est constaté entre la première et la seconde dose alors que 2,3 millions de Marocains seulement ont reçu la troisième dose.



Des faits inexplicables selon les membres du Comité scientifique et technique de la vaccination. «Moins de 1.000 personnes ont reçu les premières doses ce week-end. Ce n’est juste pas normal. La France a réussi à administrer la 3e dose à 12% de sa population avec une moyenne de 640.000 doses par jour. Au vu du décalage dans le nombre des deux populations, le Maroc devrait recevoir au moins 100.000 personnes quotidiennement dans ses centres pour recevoir la 3e dose», lance Moulay Said Afif, membre du Comité scientifique anti-Covid.




Lire aussi : Covid-19 : faut-il craindre le variant Omicron ?




Ce dernier souligne aussi qu’il faut être très prudent par rapport au variant Omicron. «Il y a trois semaines, il n y avait aucun cas Omicron en Grande-Bretagne. Aujourd’hui, c’est le virus le plus dominant dans le pays avec plus de 90.000 cas par jour», précise notre intervenant.



De son côté, Moulay Mustapha Ennaji souligne que les non vaccinés de la tranche d’âge entre 25 et 45 ans restent les plus hésitants. Selon lui, ces derniers ne sont pas convaincus par la vaccination malgré tous les messages véhiculés par le gouvernement. «Ces personnes ne sont pas immunisées et doivent savoir qu’ils sont exposés à une contamination à tout moment», souligne-t-il.



L’exécutif perd très gros en raison de la réticence des citoyens. Les vaccins ont des dates de péremption qui sont généralement de six mois et ne peuvent être utilisés au-delà de cette date. Cela engendre plusieurs millions de dirhams de perte. Si la situation demeure ainsi et que la faible demande de vaccination persiste, le Maroc sera obligé de commander de nouveaux lots de vaccins et perdra ainsi encore plus d’argent.



 



Pour le PDG de BioNTech, le vaccin ne suffira pas



Dans une déclaration accordée au journal Le Monde, Ugur Sahin, PDG de BioNTech, assure que le vaccin à lui seul ne suffira pas pour arrêter la propagation du variant Omicron. «Il est évident que nous sommes loin des 95% d’efficacité que nous avions obtenus contre le virus initial. Nous devons être conscients que même les triples vaccinés sont susceptibles de transmettre la maladie», précise Sahin.



Le scientifique note que le respect des mesures de protection est essentiel pour limiter la propagation du virus, en particulier cet hiver. «Si les mesures de protection ne sont pas respectées, nous ne serons pas en mesure de maîtriser l’expansion rapide de ce nouveau variant», dit-il.




Lire aussi : Covid-19 : sommes-nous condamnés à vivre au rythme des mutations ?




Enfin, le PDG de l’entreprise allemande a annoncé que BioNTech devrait être en mesure de livrer ses premiers vaccins adaptés à Omicron en mars 2022  «sous réserve de l’approbation des régulateurs». BioNtech s’est lancée dans la conception d’un vaccin utilisant la protéine Spike d’Omicron et ses 32 mutations comme antigène.



 



Les avocats contestent le Pass vaccinal obligatoire



Le 10 décembre dernier, le ministère de la Justice et les présidents du ministère public et du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) ont annoncé dans une note conjointe que l’accès aux tribunaux ne sera possible qu’après la présentation du pass vaccinal.



Une période de sensibilisation avait été autorisée jusqu’à ce lundi 20 décembre pour permettre aux magistrats, fonctionnaires, avocats et justiciables de présenter ledit document. Cette décision a été décriée, notamment par l’Association nationale des avocats du Maroc (ABAM).



L’Association juge que le droit d’accès aux tribunaux et à la justice est accordé à tous les citoyens, y compris ceux qui sont contre la vaccination et le pass vaccinal. De son côté, Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice, déclare que l’application de ce pass n’est qu’une «simple application à la loi». Ce lundi 20 décembre, plusieurs avocats n’ont pas pu assister aux audiences en raison de leur refus de délivrer le pass vaccinal.




Lire aussi : Covid-19 : le rappel à l’ordre du ministère de la Santé




Même constat du côté du Conseil communal de Marrakech qui a imposé l’obligation de la présentation du pass vaccinal pour tout citoyen ou fonctionnaire désireux d’accéder à l’un des cinq arrondissements relevant de cette instance élue.



Une chose est sûre, le gouvernement semble avoir resserré l’étau autour du contrôle dans les administrations publiques. À ce jour, près de quatre millions de pass vaccinaux sont arrivés à expiration et vu le rythme vaccinal actuel, ce chiffre ne risque pas de s’arrêter là et va sans doute s’élever davantage.


Vague de froid : les habitants de certaines régions en difficulté

Vague de froid : les habitants de certaines régions en difficulté

Le Maroc fait face à une vague de froid intense qui touche plusieurs régions. La baisse des températures a un impact dévastateur sur les populations des zones reculées, où les rude…
Khalid Aït Taleb

Réforme de la santé : Aït Taleb rassure

Invité dimanche de l’émission "Décryptage" diffusée par la radio MFM, le ministre de la Santé et de la Protection sociale, Khalid Aït Taleb, a répondu en direct, deux heures durant…
Grippe saisonnière : le citoyen inquiet

Grippe saisonnière : le citoyen de plus en plus inquiet

La grippe saisonnière inquiète tout le monde autant que la Covid-19. À l’échelle nationale, plusieurs citoyens ont affirmé présenter des symptômes grippaux plus sévères que d’habit…
Concours du barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Concours d’accès au barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Après sa déclaration provocatrice, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a provoqué un tollé. L’acharnement médiatique contre lui a commencé lorsqu’il a répondu à un journa…
Forum de la MAP : Ouahbi s'explique sur la polémique du concours d’accès aux barreaux

Concours d’accès aux barreaux : les explications de Ouahbi

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, était, mardi 24 janvier, l'invité du Forum de la MAP, qui s’est tenu sous le thème "Code pénal : les enjeux de la réforme". Cette renc…
Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Sur instructions royales, la Fondation Mohammed V pour la solidarité a mis en place l’action solidaire "Grand Froid" dans les zones les plus touchées par la vague de froid inhabitu…
Le Maroc séduit toujours les retraités français

Le Maroc séduit toujours les retraités français

Même si la Grèce et le Portugal sont les nouvelles destinations favorites des Français à la recherche d'un supplément de qualité de vie, le Maroc conserve ses adeptes. Le Royaume a…
Stress hydrique : les dernières pluies sauveront elles la donne ?

Stress hydrique : les avantages et les inconvénients de la vague de froid

La sécheresse est l'un des principaux défis auxquels le Maroc est confronté. Ces derniers mois, la hausse des températures et la pénurie des précipitations, provoquées par le chang…