Corniche d'Agadir

Temps de lecture : 4 minutes


Tourisme : la CNT plaide pour un nouveau pacte public-privé

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Le secteur touristique marocain agonise. De l’aveu même de la ministre du Tourisme, Fatim-Zahra Ammor, rien que pour ce mois de décembre 2021, les pertes se chiffrent à quatre milliards de DH. Face à cette situation, la responsable gouvernementale mise sur ce qu’elle appelle la stratégie des 3 “R » : résister, relancer et réinventer. De son côté, la Confédération nationale du tourisme (CNT) veut mettre en place un nouveau pacte public-privé pour sauver le secteur.

Temps de lecture : 4 minutes

La fermeture des frontières décidée par les autorités marocaines après l’apparition du variant Omicron de la Covid-19 dans plusieurs pays a sonné le glas de la reprise du secteur touristique. Les professionnels du tourisme, qui comptaient sur les fêtes de fin d’année pour limiter les dégâts, ont été assommés par l’annonce de la prolongation des suspensions des liaisons aériennes et maritimes jusqu’au 31 décembre 2021.




Lire aussi : Prolongation de la fermeture des frontières : un calvaire sans fin pour le tourisme




Face à cette situation, la ministre du Tourisme, Fatim-Zahra Ammor, tente, avec les organismes sous sa tutelle, de résister en relançant notamment la campagne « Ntla9awFbladna ». Miser sur le tourisme interne est une bonne chose, mais les opérateurs touristiques restent sceptiques quant à la réussite de cette campagne, arguant que le calendrier de l’éducation nationale ne compte pas de vacances en ce mois de décembre.




Lire aussi : RAM : nouveaux vols spéciaux et conditions d’éligibilité




 



Des chiffres et des lettres



Dans une interview accordée à nos confrères de Telquel, la ministre Ammor a dévoilé l’ampleur des pertes accusées par le secteur tout en insistant sur sa stratégie appelée 3 « R » : résister, relancer et réinventer. «Nous sommes passés de 13 millions de touristes en 2019 à 3,7 millions en 2021. Les recettes touristiques, quant à elles, sont passées de 80 milliards à 30 milliards de DH», a affirmé Ammor. Des propos recueillis avant la détection mercredi du premier cas du variant Omicron au Maroc. Partant de là, les hôteliers s’attendent à un nouveau tour de vis dès la semaine prochaine. Réinstauration du couvre-feu nocturne, limitation des déplacements entre les villes, durcissement des contrôles des pass sanitaires… Toutes les options sont envisagées. Quoi qu’il en soit, les professionnels des différentes filières touristiques (transport, hébergement, animation) ont adressé plusieurs courriers au chef du gouvernement et aux départements du Tourisme et du Transport. Dans ces courriers, les acteurs du secteur déplorent une « discrimination » et des décisions fatales en plus du manque de communication et de concertation de la part de l’exécutif. Les doléances d’une catégorie des professionnels semblent n’être pas tombées dans l’oreille d’un sourd. Mardi, le ministre du Transport, Mohamed Abdeljalil, a reçu les transporteurs touristiques au siège de son département à Rabat. Cette première réunion a permis notamment de discuter des facilités supplémentaires, au profit des professionnels, liées au paiement des échéances des prêts dans le cadre des concertations en cours avec le Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM).




Lire aussi : Les transporteurs touristiques reçus par le ministre du Transport




 



La recette de la CNT



Au-delà de la récente décision de fermer les frontières jusqu’au 31 décembre 2021, la Confédération nationale du tourisme (CNT) estime qu’il faut prendre en considération la pandémie de Covid-19 comme un facteur structurel pour repenser le secteur touristique. En effet, les 21 derniers mois ont été vécus péniblement par les professionnels du secteur. D’où la nécessité de mettre en place un nouveau pacte responsable. La confédération présidée par Hamid Bentahar a tracé les grandes lignes d’un nouveau pacte public-privé «pour assurer la sauvegarde des entreprises, éviter la destruction massive d’emplois et se préparer efficacement à la relance», peut-on lire dans le communiqué publié mercredi par la CNT.



La recette de la CNT est simple : assujettir le démarrage des remboursements (prêts bancaires, sécurité sociale, impôts) à la reprise des liaisons aériennes et à la levée de l’état d’urgence. C’est-à-dire que les opérateurs touristiques honoreront leurs engagements sociaux, fiscaux et financiers aussitôt que les conditions sanitaires et sécuritaires le permettront. «Un changement de paradigme nécessaire pour donner toute sa valeur et tous son sens à la vaccination et ses effets positifs avec des règles de mobilité et d’accès au Royaume alignées sur les meilleures pratiques internationales, ce qui permettrait d’accélérer les conditions de la relance et de retour à une activité normale», estime la confédération.




Lire aussi : Le gouvernement a-t-il délaissé le tourisme ?




Quant aux dispositions prévues par le contrat-programme conclu le 3 août 2020, la CNT propose des amendements et une redéfinition des priorités, à commencer par le prolongement du dispositif de versement de l’indemnité forfaitaire par la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). Elle préconise aussi la révision des échéanciers pour les paiements des charges sociales reportées et dues sur 2020 et 2021, pour un démarrage des remboursements dès la levée des restrictions de voyage. Aussi, un moratoire fiscal est demandé au titre de 2020 et 2021, pour les taxes locales, notamment la taxe professionnelle, pour un démarrage des remboursements 6 mois à compter de la levée des restrictions de voyage avec étalement sur 48 mois, sans frais ni pénalités. Idem pour les crédits Damane Oxygène et les dettes bancaires pour lesquels la CNT recommande un reprofilage avec le GPBM avec report des échéanciers des crédits leasing, crédits à la consommation pour les entreprises du secteur ainsi que leurs salariés. Pour ces créances, la CNT voudrait que les remboursements démarrent 12 mois à compter de la levée des restrictions de voyage, sans frais ni pénalités. 



Enfin, la confédération appelle à l’accélération de la mise en place du Fonds tourisme adossé au Fonds Mohammed VI, à la mise en place de chèques vacances défiscalisés pour encourager le tourisme domestique et au lancement d’un plan offensif pour rétablir la confiance des compagnies aériennes et des Tour-Opérateurs, entre autres.




Lire aussi : Tourisme : la destination Maroc n’inspire plus confiance





 




Recommandé pour vous

L’économie bleue, quelles perspectives pour le Maroc ?

Temps de lecture : 3 minutes

Ces dernières années, la communauté internationale a pris conscience de l’important relais de croissance qu’offre l’économie bleu. Une nouvell…

Flambée des prix du carburant : la guerre en Ukraine, les solutions et les recommandations

Temps de lecture : 3 minutes

Alors que la tendance était plutôt à la baisse ces dernières semaines, voilà que les prix des carburants augmentent de nouveau. D’habitude, il…

EMEC Expo 2022 : comme si vous y étiez !

Temps de lecture : 3 minutes

Hier, jeudi 19 mai, s’est clos le salon EMEC Expo, qui a duré deux jours. Cette édition tant attendue fut l’occasion pour les participants de …

CMC : une publication spéciale sur « l’instabilité des marchés »

Temps de lecture : 4 minutes

Le Centre marocain de conjoncture (CMC) a annoncé la parution de sa dernière publication mensuelle « Maroc Conjoncture » (n° 345). Il s’agit d…

EMEC EXPO est de retour sous le thème «La transformation digitale de l’entreprise»

Temps de lecture : 2 minutes

La transformation digitale révolutionne l’ensemble des organisations. Aujourd’hui, les entreprises n’ont d’autres choix que d’embrasser ce cha…

Flambée des prix : les explications de Fouzi Lekjaa

Temps de lecture : 4 minutes

Lors de la séance des questions orales à la Chambre des représentants, le ministre délégué chargé du Budget, Fouzi Lekjaa, est revenu sur les …

Blé : l’interdiction d’exportation de l’Inde secoue les marchés internationaux

Temps de lecture : 3 minutes

Les prix du blé ont augmenté de plus de 60% cette année, en raison des effets de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. À eux seuls, ces deux …

Tourisme : le Maroc face au manque de ressources humaines qualifiées

Temps de lecture : 4 minutes

L’ouverture des frontières avec plusieurs pays, ainsi que celles avec l’Espagne, Sebta et Melilia, marque la relance officielle du secteur tou…

Location de voitures : difficile reprise pour les professionnels

Temps de lecture : 3 minutes

Si la réouverture des frontières, l’allègement de certaines restrictions sanitaires et le retour de l’opération Marhaba donnent de bonnes pers…

Saison estivale : 2022, l’année de la relance ?

Temps de lecture : 3 minutes

Après deux saisons estivales, partiellement percutées par la crise sanitaire de la Covid-19, l’été 2022 s’annonce radieux. À fin 2…

Emploi au Maroc : entre baisse de chômage et recours à l’entrepreneuriat

Temps de lecture : 1 minute

Les dernières données publiées par le Haut-Commissariat au plan (HCP) relatives à l’emploi montrent une légère baisse du taux de chôma…

Le climat des affaires « normal » pour 57% des patrons

Temps de lecture : 2 minutes

Les résultats de l’édition trimestrielle (T1-2022) de Bank Al-Maghrib sur le climat général des affaires révèlent une légère baisse par rap…