Temps de lecture : 7 minutes


ONDH-PNUD : les attentes des jeunes en termes de politiques publiques

Temps de lecture : 7 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 7 minutes

L’Observatoire national du développement humain (ONDH) et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) ont élaboré un rapport sur le développement humain (2020), consacré principalement aux attentes des jeunes Marocains. Il en ressort qu’il est temps de revoir les politiques actuelles concernant cette catégorie de la population, tout en prenant en compte son environnement, ses perceptions et son système de représentation.

Temps de lecture : 7 minutes

Dans un rapport sur le développement humain (2020), l’Observatoire national du développement humain (ONDH) et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) se sont attardés sur les attentes des jeunes Marocains. Cette étude a cherché à mettre en lumière le cadre social dans lequel évolue la jeunesse du Royaume dans l’objectif d’identifier et de déterminer les politiques publiques à revoir et à mettre en place pour répondre à ses besoins.



Pour l’ONDH et le PNUD, les politiques actuelles concernant les jeunes du pays ne correspondent pas à leurs attentes et manquent de cohérence et d’homogénéité. Le rapport relève que «les politiques publiques adressées aux jeunes ont tendance à s’appuyer sur des critères normatifs, d’âge et de statut. Elles ne tiennent pas compte de la diversité et de la réversibilité des parcours des jeunes, ce qui conduit à l’exclusion de fait de nombre d’entre eux, souvent réduits à l’invisibilité». Selon le document, les politiques publiques adressées aux jeunes ne doivent être définies qu’après une étude et un examen approfondi de leur environnement, leurs perceptions et leur système de représentation. La même source explique que ledit système de représentation se développe à partir du vécu et des expériences des jeunes et non à partir d’un parcours éducatif commun «censé émaner d’une école des valeurs ayant pour mission d’accompagner les apprenants dès leur plus jeune âge».




Lire aussi : ONDH : 28,5% des jeunes sont sans emploi ni formation






L’attrait de l’émigration



L’ONDH et le PNUD soulignent qu’«en 2019, près de 90% des jeunes Marocains avaient une perception positive de l’avenir, malgré les difficultés qu’ils ont pour s’y projeter et que la crise de la Covid-19 ne manquerait pas d’accentuer». Les deux organismes citent dans ce sens une enquête réalisée en 2019 par Arab Barometer qui a révélé que «sept jeunes Marocains sur dix sont tentés par l’émigration, ce qui constitue le chiffre le plus élevé de la zone du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA)». Le rapport avance ainsi que «l’optimisme quant au futur qu’ils affichent est probablement lié à cette perspective d’émigration : en 2019, 68% de jeunes Marocains déclarent pouvoir être heureux hors du Maroc».




Lire aussi : Les jeunes peinent à trouver du travail




 



L’importance de la famille



Le rapport en question souligne en outre que les jeunes du Maroc accordent une importance considérable à la famille dans la définition de leur identité personnelle. «Autrement dit, la famille est une valeur centrale pour les jeunes Marocains. Aussi, le fait de fonder une famille correspond bien à l’idée que se font les jeunes d’une vie satisfaisante. En conséquence, le mariage également est une valeur plébiscitée par 70% des jeunes même si, pour des considérations d’ordre économique, se marier et fonder une famille ne figurent pas dans leur agenda immédiat. En effet, leur réticence au mariage est passée de 42% en 2011 à 70% en 2019», précise le rapport.



S’agissant de la perception de la jeunesse marocaine en matière d’égalité des sexes, l’ONDH et du PNUD ont soutenu que cette catégorie de la société l’a qualifie d’ambigüe. Une ambiguïté qui se traduit par le fait que bien que «83% des jeunes Marocains soient favorables à l’égalité des chances à l’école», 30% d’entre eux sont moins favorables lorsqu’il s’agit de l’emploi. Une attitude négative que le rapport explique par la vulnérabilité des jeunes hommes vis-à-vis des femmes sur le marché du travail. «Ce comportement de défiance est davantage marqué pour les hommes qui ne disposent pas d’un niveau d’éducation suffisant», indique la même source. Toutefois, poursuit-elle, «il convient de noter que les attitudes les plus favorables à l’égalité des sexes sont exprimées par les jeunes diplômés de l’enseignement supérieur».




Lire aussi : Les jeunes, les mal-aimés du marché du travail




 



Il faut prendre en compte la vision et les revendications des jeunes



Pour le PNUD et l’ONDH, il est essentiel de prendre en compte la parole des jeunes et le regard qu’ils portent sur la société qui les entoure pour trouver des solutions appropriées à leurs difficultés d’insertion économique et sociale. De plus, lesdites solutions doivent être globales et centrées sur eux, et non segmentées par domaine, car «toutes les questions doivent être traitées en cohérence, vu que des réponses contradictoires ne feront qu’amplifier leur désarroi. D’où l’intérêt de répondre aux attentes des jeunes».



Le rapport estime aussi que la pandémie de la Covid-19 a constitué un obstacle inattendu dans le cheminement des jeunes vers l’autonomie et l’âge adulte, surtout que leurs attentes et préoccupations sont d’abord d’ordre économique. Outre le défi économique, la nouvelle génération s’intéresse fortement aux mesures et garanties de santé et de protection sociale, notamment dans le contexte actuel de la crise sanitaire. Le document du PNUD et de l’ONDH précise que «les études menées pendant cette dernière décennie montrent que les jeunes Marocains sont attentifs à leur santé physique et mentale. Près de la moitié d’entre eux expriment des inquiétudes persistantes à ce sujet, surtout avec la prolifération des facteurs de stress, notamment suite à une utilisation abusive d’Internet. La crise sanitaire devrait aggraver ce constat».




Lire aussi : La jeunesse et la politique au Maroc




 



Les recommandations du PNUD et de l’ONDH



D’après le rapport, il existe aujourd’hui un «empilement de dispositifs (au profit des jeunes, NDLR), qui forme un système complexe dont l’efficacité pâtit de la faible articulation de ses composantes à de multiples niveaux (sectoriels, catégoriels, national/local). La gestion de ces dispositifs, qui relève de plusieurs acteurs, souffre d’un manque de coordination qui rejaillit également sur leur efficience». De ce fait, le PNUD et l’ONDH ont souligné une liste de recommandation afin d’assurer un accès optimal des jeunes à leurs droits et de réussir l’élaboration de politiques publiques qui répondent plus à leurs attentes. Il s’agit notamment : «d’endiguer les pratiques discriminatoires dont sont victimes nombre de jeunes ; d’éliminer tout obstacle juridique, administratif et pratique au droit des jeunes de constituer librement des associations et d’y contribuer activement ; de renforcer les politiques de jeunesse susceptibles de promouvoir efficacement l’accès de tous les jeunes aux droits, en traitant notamment : les obstacles à l’accès à une éducation et une formation de qualité, les difficultés rencontrées pour trouver un emploi stable et disposer de conditions de travail équitables, ainsi que l’insuffisante capacité des services sanitaires et sociaux à pourvoir à leurs besoins particuliers et des opportunités de participation à la vie de la société».


Grippe saisonnière : le citoyen inquiet

Grippe saisonnière : le citoyen de plus en plus inquiet

La grippe saisonnière inquiète tout le monde autant que la Covid-19. À l’échelle nationale, plusieurs citoyens ont affirmé présenter des symptômes grippaux plus sévères que d’habit…
Concours du barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Concours d’accès au barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Après sa déclaration provocatrice, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a provoqué un tollé. L’acharnement médiatique contre lui a commencé lorsqu’il a répondu à un journa…
Forum de la MAP : Ouahbi s'explique sur la polémique du concours d’accès aux barreaux

Concours d’accès aux barreaux : les explications de Ouahbi

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, était, mardi 24 janvier, l'invité du Forum de la MAP, qui s’est tenu sous le thème "Code pénal : les enjeux de la réforme". Cette renc…
Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Sur instructions royales, la Fondation Mohammed V pour la solidarité a mis en place l’action solidaire "Grand Froid" dans les zones les plus touchées par la vague de froid inhabitu…
Le Maroc séduit toujours les retraités français

Le Maroc séduit toujours les retraités français

Même si la Grèce et le Portugal sont les nouvelles destinations favorites des Français à la recherche d'un supplément de qualité de vie, le Maroc conserve ses adeptes. Le Royaume a…
Stress hydrique : les dernières pluies sauveront elles la donne ?

Stress hydrique : les avantages et les inconvénients de la vague de froid

La sécheresse est l'un des principaux défis auxquels le Maroc est confronté. Ces derniers mois, la hausse des températures et la pénurie des précipitations, provoquées par le chang…
CMC : comment consolider l’économie nationale ?

CMC : comment consolider l’économie nationale ?

Le Centre marocain de conjoncture (CMC) vient de publier son Bulletin thématique intitulé "État social et développement humain". Sous le n°55-56, ce dernier rapport annuel du Centr…
NARSA : le programme d'action pour 2023 dévoilé

NARSA : le programme d’action pour 2023 dévoilé

L’Agence nationale de la sécurité routière (NARSA) a dévoilé, mardi 17 janvier à Rabat, les grandes lignes de son programme d’action au titre de l’exercice 2023. Lors d’un point de…