Aller au contenu principal

Les manifestations contre le pass vaccinal se poursuivent

Les protestations contre la décision gouvernementale d’imposer le pass vaccinal se poursuivent pour la deuxième semaine de suite. Ce dimanche, des manifestations ont eu lieu à Casablanca, Rabat, Tanger, Agadir, Oujda et Fès. Le point sur les tenants et les aboutissants de ces protestations avec Nabila Mounib, secrétaire générale du Parti socialiste unifié (PSU).

Par Mohamed Laabi, Publié le 01/11/2021 à 12:05, mis à jour le 01/11/2021 à 16:04
         Temps de lecture 4 min.
Teaser Media
Nabila Mounib

"Non, au pass vaccinal", "Le peuple veut que le pass tombe", des slogans qui ont fortement résonné ce dimanche 31 octobre dans plusieurs villes du Royaume. Des centaines de citoyens (vaccinées ou pas) sont sortis notamment à Casablanca, Rabat, Tanger, Agadir, Oujda et Fès pour faire entendre leurs voix et dire non à la décision gouvernementale d’imposer le pass vaccinal pour accéder à des endroits publics.

Ces protestations ont été diffusées en masse sur les réseaux sociaux faisant réagir plusieurs personnalités et influenceurs. Dans une vidéo sur son compte Instagram, Mustapha Swinga a dénoncé le caractère obligatoire du pass vaccinal. «Cela donne le sentiment aux non-vaccinés d’être des étrangers dans leur propre pays, tout cela parce qu’ils ont refusé de se faire vacciner. La vaccination n’est pas obligatoire, mais le pass vaccinal l'est, le vaccin est donc rendu insidieusement obligatoire», souligne l’influenceur dont son profil Instagram qui compte plus d’un million d’abonnés.

L'influenceur propose des alternatives pour les personnes qui ne souhaitent pas se faire vacciner. «Il est difficile d’imposer à quelqu’un d’injecter un produit qu’il redoute. Dans d’autres pays, ils ont proposé des solutions alternatives tels que le test PCR. Aujourd’hui et à titre d’exemple, tu ne peux pas priver un étudiant d’aller passer un concours à l’étranger, le priver de cet événement important pour sa carrière professionnelle juste parce qu’il n’a pas de pass vaccinal», dit-il.

 

Mustapha Swinga n’est pas le seul à livrer ce coup de gueule. Contacté par nos soins, Nabila Mounib, secrétaire générale du Parti socialiste unifié (PSU), a révélé sa position quant à cette question.

«Cette décision a été prise sans concertation et débat démocratique. Le fondement juridique n’est pas solide. Ces manifestations doivent interpeller les responsables pour qu’ils puissent revoir cette décision qui va à l’encontre non seulement des libertés des citoyens, mais aussi de tout ce qui a été promis notamment pour la relance de l’économie du pays», souligne Nabila Mounib.

Lire aussi : Le pass vaccinal fait toujours réagir

Notre intervenante note que les Marocains ont toujours su manifester de manière pacifique pour alerter sur ce qui ne va pas. «Aujourd’hui, la situation est alarmante concernant le chômage et la hausse des prix et on vient imposer ce pass vaccinal. En plus de cela, les gens ne comprennent pas le timing de cette obligation alors que la vaccination dans notre pays est très avancée par rapport à beaucoup d’autres pays» dit-elle.

 

«On ne doit pas faire du suivisme aveugle»

Interrogée sur les solutions alternatives au pass vaccinal, Nabila Mounib souligne qu’il est impossible de demander à chaque fois le test PCR pour deux raisons : la première est que «c’est cher et que les gens n’ont pas les moyens» et le second c’est qu’il ne livre pas un diagnostic clair et précis sur la contamination d’une personne. «À mon avis, il faut continuer de respecter toutes les mesures préventives, préparer les hôpitaux... etc. et en parallèle réfléchir ensemble avec les scientifiques à une autre solution».

Lire aussi : Pass vaccinal, immunité collective, réforme de la Santé... les précisions d’Aït Taleb

Nabila Mounib conclut en disant que ce n’est pas parce que le pass vaccinal a été instauré par d’autres pays, que l’on doit faire du «suivisme aveugle». «L’imposition du pass vaccinal n’a pas lieu d’être. Les libertés des gens doivent être respectées, notamment celles qui concernent la vaccination. Cela est important pour l’intérêt de notre pays, de notre économie et pour la préservation de la paix sociale. Le développement d’un pays ne peut pas se faire sans cohésion, on ne se développe pas si les gens ne sont pas contents, s’ils ont peur et voient que leurs libertés sont bafouées», note Nabila Mounib.

Rappelons que la parlementaire est interdite d’accès au Parlement, car elle ne dispose pas de pass vaccinal. «J’ai présenté à deux reprises des tests PCR qui justifient que je ne suis pas porteuse du virus et que je ne constitue aucun danger pour autrui, mais ils ne l’ont pas accepté», se désole la secrétaire générale du PSU. Mounib va-t-elle pouvoir finalement pratiquer ses fonctions en tant qu’élue de la nation ? Affaire à suivre. 

Covid-19 : le sous variant BA.2 est-il plus dangereux ?

Le sous variant d’Omicron BA.2 nécessite plus de vigilance que d’inquiétude, a indiqué samedi 22 janvier, le médecin et chercheur en systèmes et politiques de santé, Tayeb Hamdi. Ce constat est tiré d...

Disparition des abeilles dans certaines régions : l'ONSSA lance une enquête

La maladie n’est pas à priori à l’origine de la disparition des abeilles dans certaines régions, un phénomène qui reste assez nouveau à ce stade, a annoncé, vendredi, l’Office national de sécurité san...

Ecoles fermées à cause de la Covid : vers un retour progressif aux cours en présentiel

Fermé depuis près de deux semaines, l’établissement Al-Jabr Bouskoura secondaire a rouvert ses portes aux élèves ce jeudi 20 janvier. Dans un courriel adressé aux parents et tuteurs des apprenants, la...

Médecins du secteur privé : 80% ont répondu à l’appel de grève (Collège syndical national)

Suite à un appel lancé par le Collège syndical national des médecins spécialistes privés, le Syndicat national de médecine générale du privé, le Syndicat national des médecins du secteur libéral, l’As...

Maroc-France : légère baisse de délivrance des visas en 2021

Le ministère français de l’Intérieur a dévoilé le 20 janvier les premières statistiques sur l’immig...

Jumeaux-jumelles, pourquoi l'idée du double fascine

Les jumeaux sont souvent la cible de fantasmes, de clichés et d'idées préconçues. C'est une relation qui inspire la fascination, le fantasme parfois, l'étonnement toujours. Les jumeaux fascinent, depu...