Nabila Mounib

Temps de lecture : 5 minutes


Les manifestations contre le pass vaccinal se poursuivent

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Les protestations contre la décision gouvernementale d’imposer le pass vaccinal se poursuivent pour la deuxième semaine de suite. Ce dimanche, des manifestations ont eu lieu à Casablanca, Rabat, Tanger, Agadir, Oujda et Fès. Le point sur les tenants et les aboutissants de ces protestations avec Nabila Mounib, secrétaire générale du Parti socialiste unifié (PSU).

Temps de lecture : 5 minutes

« Non, au pass vaccinal », « Le peuple veut que le pass tombe », des slogans qui ont fortement résonné ce dimanche 31 octobre dans plusieurs villes du Royaume. Des centaines de citoyens (vaccinées ou pas) sont sortis notamment à Casablanca, Rabat, Tanger, Agadir, Oujda et Fès pour faire entendre leurs voix et dire non à la décision gouvernementale d’imposer le pass vaccinal pour accéder à des endroits publics.





Ces protestations ont été diffusées en masse sur les réseaux sociaux faisant réagir plusieurs personnalités et influenceurs. Dans une vidéo sur son compte Instagram, Mustapha Swinga a dénoncé le caractère obligatoire du pass vaccinal. «Cela donne le sentiment aux non-vaccinés d’être des étrangers dans leur propre pays, tout cela parce qu’ils ont refusé de se faire vacciner. La vaccination n’est pas obligatoire, mais le pass vaccinal l’est, le vaccin est donc rendu insidieusement obligatoire», souligne l’influenceur dont son profil Instagram qui compte plus d’un million d’abonnés.



L’influenceur propose des alternatives pour les personnes qui ne souhaitent pas se faire vacciner. «Il est difficile d’imposer à quelqu’un d’injecter un produit qu’il redoute. Dans d’autres pays, ils ont proposé des solutions alternatives tels que le test PCR. Aujourd’hui et à titre d’exemple, tu ne peux pas priver un étudiant d’aller passer un concours à l’étranger, le priver de cet événement important pour sa carrière professionnelle juste parce qu’il n’a pas de pass vaccinal», dit-il.





 



Mustapha Swinga n’est pas le seul à livrer ce coup de gueule. Contacté par nos soins, Nabila Mounib, secrétaire générale du Parti socialiste unifié (PSU), a révélé sa position quant à cette question.



«Cette décision a été prise sans concertation et débat démocratique. Le fondement juridique n’est pas solide. Ces manifestations doivent interpeller les responsables pour qu’ils puissent revoir cette décision qui va à l’encontre non seulement des libertés des citoyens, mais aussi de tout ce qui a été promis notamment pour la relance de l’économie du pays», souligne Nabila Mounib.




Lire aussi : Le pass vaccinal fait toujours réagir




Notre intervenante note que les Marocains ont toujours su manifester de manière pacifique pour alerter sur ce qui ne va pas. «Aujourd’hui, la situation est alarmante concernant le chômage et la hausse des prix et on vient imposer ce pass vaccinal. En plus de cela, les gens ne comprennent pas le timing de cette obligation alors que la vaccination dans notre pays est très avancée par rapport à beaucoup d’autres pays» dit-elle.



 



«On ne doit pas faire du suivisme aveugle»



Interrogée sur les solutions alternatives au pass vaccinal, Nabila Mounib souligne qu’il est impossible de demander à chaque fois le test PCR pour deux raisons : la première est que «c’est cher et que les gens n’ont pas les moyens» et le second c’est qu’il ne livre pas un diagnostic clair et précis sur la contamination d’une personne. «À mon avis, il faut continuer de respecter toutes les mesures préventives, préparer les hôpitaux… etc. et en parallèle réfléchir ensemble avec les scientifiques à une autre solution».




Lire aussi : Pass vaccinal, immunité collective, réforme de la Santé… les précisions d’Aït Taleb




Nabila Mounib conclut en disant que ce n’est pas parce que le pass vaccinal a été instauré par d’autres pays, que l’on doit faire du «suivisme aveugle». «L’imposition du pass vaccinal n’a pas lieu d’être. Les libertés des gens doivent être respectées, notamment celles qui concernent la vaccination. Cela est important pour l’intérêt de notre pays, de notre économie et pour la préservation de la paix sociale. Le développement d’un pays ne peut pas se faire sans cohésion, on ne se développe pas si les gens ne sont pas contents, s’ils ont peur et voient que leurs libertés sont bafouées», note Nabila Mounib.



Rappelons que la parlementaire est interdite d’accès au Parlement, car elle ne dispose pas de pass vaccinal. «J’ai présenté à deux reprises des tests PCR qui justifient que je ne suis pas porteuse du virus et que je ne constitue aucun danger pour autrui, mais ils ne l’ont pas accepté», se désole la secrétaire générale du PSU. Mounib va-t-elle pouvoir finalement pratiquer ses fonctions en tant qu’élue de la nation ? Affaire à suivre. 



Recommandé pour vous

Stress hydrique : comment optimiser l’utilisation de l’eau ?

Temps de lecture : 6 minutes

Dans un village à 140 km de Casablanca, les habitants courent chaque matin vers la fontaine ou chez un voisin pour s’approvisionner en eau. «Ç…

Maroc : la jeunesse, moteur de l’économie nationale

Temps de lecture : 5 minutes

La pyramide démographique marocaine donne un aperçu sur le nombre de jeunes âgés de 15 à 24 ans. Cette tranche d’âge est considérée comme la p…

OMP : zoom sur les dysfonctionnements des prisons marocaines

Temps de lecture : 5 minutes

L’Observatoire marocain des prisons (OMP) a présenté, jeudi 4 août à Rabat, les grandes lignes sur « la situation des prisons et des détenus a…

Voyages à l’étranger : quelles sont les conditions en vigueur ?

Temps de lecture : 4 minutes

Alors que l’été bat son plein, les Marocains sont en quête des destinations de vacances les plus intéressantes. Si certains préfèrent visiter …

Pénurie de compétences : plusieurs pays assouplissent leurs lois sur la migration régulière

Temps de lecture : 5 minutes

C’est désormais une évidence, la crise sanitaire a bouleversé le monde du travail. Les pénuries de travailleurs atteignent des records. Une ré…

Crise hydrique : le Maroc a soif

Temps de lecture : 4 minutes

La situation hydrique du Maroc est de plus en plus critique. La sécheresse, la chute des taux de remplissage des barrages, la désertification …

Intoxication alimentaire : un fléau qui s’aggrave en été  

Temps de lecture : 3 minutes

Une intoxication alimentaire survient après la digestion d’une bactérie, d’un virus, d’un parasite ou d’un produit chimique toxique. Ce malais…

Tout savoir sur l’affaire Sébastien Raoult

Temps de lecture : 5 minutes

Sous le coup d’une « notice rouge » Interpol (une demande internationale de localisation et d’arrestation en attendant une extradition, ou tou…

Variole du singe : une propagation mondiale

Temps de lecture : 4 minutes

La Variole du singe continue de se propager partout dans le monde. Le nombre de cas ne cesse pas de croitre, ce qui inquiète de plus en plus l…

Baignade dans les barrages : une aventure à haut risque

Temps de lecture : 4 minutes

Pour affronter les épisodes de canicule, de nombreuses personnes se tournent vers la baignade pour se rafraichir. Qu’elle soit dans la mer, le…

Invasion de méduses : un phénomène annuel très gênant

Temps de lecture : 6 minutes

Chaque année, les plages du Nord du Royaume font de nouveau face à une invasion de méduses, l’animal marin le plus redouté par les nageurs.

Refonte du système sanitaire : l’union fait la force

Temps de lecture : 4 minutes

À travers le projet de loi-cadre n°06-22, relatif au système national de santé, la réforme du secteur portera sur la gouvernance, l’offre de s…