Refonte du système sanitaire : besoin urgent de médecins

Temps de lecture : 6 minutes


Refonte du système sanitaire : besoin urgent de médecins

Temps de lecture : 6 minutes

Catégorie Politique , Gros plan

Temps de lecture : 6 minutes

Le Maroc souffre d’une importante pénurie de médecins. Alors que l’Organisation mondiale de la santé préconise 15,3 médecins pour chaque 10.000 habitants, la moyenne du Royaume n’est que de 7,1. Afin de combler ce déficit qui continue de s’aggraver, le ministère de la Santé a décidé de faire appel à des compétences médicales étrangères et de les autoriser à s’installer et exercer au Maroc. La tutelle prévoit ainsi de lever les obstacles imposés par la loi 131.13 sur la pratique des médecins étrangers dans le pays, et ce, dans le cadre de sa procédure de mise à niveau du système national de santé. Une procédure qui vise à soutenir l’implémentation de la stratégie de généralisation de la protection sociale.

Temps de lecture : 6 minutes

Le nombre actuel de professionnels de la Santé au Maroc est loin de répondre aux besoins croissants de la nation. En effet, alors que 4,45 personnels médicaux pour chaque 1.000 habitants est le minimum requis par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Royaume n’en compte que 1,65. Le pays affiche ainsi un manque flagrant de près de 97.161 professionnels, dont 32.387 médecins et 64.774 infirmiers et techniciens. Pire encore, selon les données du ministère de la Santé, le secteur public à lui seul nécessite le recrutement immédiat de 12.000 médecins et de 50.000 infirmiers et techniciens.



La tutelle dresse aussi un tableau sinistre sur la pénurie de médecins au Maroc. À ce jour, elle a noté que le nombre total de médecins dans le pays n’est que de 25.579 (12.034 dans le public et 13.545 dans le privé), soit un ratio de 7,1 pour 10.000 habitants, contre une moyenne de 15,3 médecins pour 10.000 habitants fixée par l’OMS. L’agence onusienne a d’ailleurs classé le Royaume parmi les 57 pays du monde où l’offre médicale reste insuffisante. D’après les chiffres de l’OMS, le ratio de la France est de 33 pour 10.000 habitants, celui de la Suède est de 40/10.000 habitants tandis que celui des pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) est de 29 médecins pour 10.000 habitants. Le Maroc, malgré sa faible moyenne, reste mieux classé que les pays de l’Afrique subsaharienne, où la moyenne est de deux médecins pour 10.000 habitants (2017).



 



Les médecins étrangers à la rescousse



Pour pallier ce déficit, qui s’exacerbe avec la croissance démographique du pays, le ministère de la Santé avec à sa tête Khalid Aït Taleb a décidé d’autoriser les médecins étrangers à s’installer et à exercer au Maroc. Ainsi, lors de la dernière réunion du Conseil du gouvernement, tenue le mardi 20 avril, le ministre a annoncé que son département envisage de revoir les dispositions de la loi 131-13 sur l’exercice de la médecine par des étrangers dans le pays, et ce, afin de lever toutes les restrictions qu’elles imposent. Aït Taleb a également avancé qu’il sera procédé à une mise en place de «nouvelles règles, assurant le traitement des médecins étrangers selon les mêmes conditions que leurs collègues marocains». Selon lui, de nouvelles règles seront implémentées sur la base du principe de l’égalité de traitement entre les médecins marocains et leurs confrères étrangers.



Notons qu’en vertu de la loi 131-13, pour exercer au Maroc, le médecin étranger est obligé de soumettre une demande à l’Ordre régional des médecins qui transfère son dossier au Conseil national de l’ordre des médecins. Ce dernier vérifie que les diplômes et les attestations fournies par le demandeur sont authentiques, avant de remettre son dossier complet au ministère de la Santé, qui décidera de son sort. Ainsi, bien que concrètement les compétences médicales étrangères n’étaient pas interdites de travailler au Maroc, elles devaient néanmoins souffrir d’une procédure très longue et très compliquée pour pouvoir exercer leur métier dans le Royaume. Une démarche qui a découragé plusieurs médecins, qui ont fini par abandonner.



Ainsi, avec la nouvelle décision du département de la Santé, le Maroc pourra profiter de l’expertise de ces médecins, surtout que plusieurs spécialités n’existent toujours pas dans le pays ou que le nombre de leurs praticiens est très faible.



 



L’urgence de la réforme du système de santé marocain



Outre la levée des restrictions de la loi 131-13, Aït Taleb a souligné que la nouvelle stratégie de son département vise également à attirer des investissements étrangers dans le domaine sanitaire, notamment dans l’objectif de «mobiliser des équipements biomédicaux de grande qualité». Le ministre a également insisté sur l’importance d’inciter les compétences médicales marocaines résidant à l’étranger à revenir définitivement au Maroc. Selon Dr Said Afif, président du Collège syndical des Médecins spécialistes et président de la Fédération nationale de la santé (FNS), aujourd’hui, ils sont 14.000 médecins marocains à exercer à l’étranger, notant que sur les 2.200 diplômés annuellement, 600 quittent le Royaume. Pour lui, «la première chose à faire, c’est de revoir le statut de la fonction publique de la santé, pour accorder des incitations au personnel de la santé, le gratifier et le valoriser. Cela permettra, aussi, de retenir nos jeunes médecins diplômés». Afif estime que la formation médicale doit aussi être consolidée, de sorte à former 3.300 médecins par an, tout en mettant en place la formation médicale continue. Et de conclure que certes les lois 131-13 et 08-12 relatives à l’Ordre national des médecins, doivent être revues, mais, poursuit-il, il faut d’abord miser sur nos compétences marocaines, leur formation et leur valorisation avant de faire appel aux médecins étrangers.



Enfin, il est à noter que l’annonce de Khalid Aït Taleb, concernant les médecins et les investissements étrangers, rentre dans le cadre d’une stratégie plus globale de la réforme du secteur de la santé. Une réforme qui devient de plus en plus urgente, d’autant plus que le pays s’apprête à lancer le chantier de la généralisation de la couverture sociale qui a pour objectif de couvrir 22 millions de personnes supplémentaires, et qui risque d’accroitre la pression sur le système de santé.


Professionnels de santé, Pénurie, Réforme, médecins

Recommandé pour vous

OMC : des mesures révolutionnaires

Temps de lecture : 4 minutes

La conférence ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) a tenu toutes ses promesses. Cette douzième édition peut se résumer e…

Marrakech : lancement de la 7e Conférence internationale sur l’éducation des adultes

Temps de lecture : 7 minutes

Les travaux de la 7e Conférence internationale sur l’éducation des adultes (CONFINTEA VII) ont démarré, mercredi 15 juin à Marrakech, sous le …

Réforme de la santé : détails de la nouvelle vision du gouvernement

Temps de lecture : 6 minutes

Afin d’assurer la réforme du système de la santé, le gouvernement a décidé d’opter pour une nouvelle vision. Selon le chef du gouvernement, Az…

Sahara : l’Algérie utilise sa dernière carte

Temps de lecture : 6 minutes

Le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, a réaffirmé le soutien de Madrid au plan d’autonomie marocain pour le Sahara. Une décisi…

Le Maroc abrite la première réunion ministérielle des Etats africains atlantiques

Temps de lecture : 5 minutes

Le Maroc a abrité, mercredi 8 juin à Rabat, la première réunion ministérielle des États africains de l’Atlantique. L’événement a connu la part…

Cannabis : 1re réunion du Conseil d’administration de l’Agence de réglementation

Temps de lecture : 4 minutes

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a présidé, jeudi 2 juin à Rabat, la première réunion du Conseil d’administration de l’Agence na…

Sahara : n’est-il pas temps de déclarer le polisario un « groupe terroriste » ?

Temps de lecture : 5 minutes

LeBrief : Quelle est l’ampleur des dernières menaces du polisario ciblant spécifiquement Laâyoune et Dakhla ?

Nabil Adel : Ce qui se pa…

Guinée équatoriale : accueil d’un double sommet des chefs d’État de l’Union africaine

Temps de lecture : 5 minutes

Des chefs d’État et hauts responsables ont pris part, vendredi 27 mai à Malabo, capitale de la Guinée équatoriale, au sommet extraordinaire de…

Menaces du Polisario : quels enjeux ?

Temps de lecture : 4 minutes

Le Polisario a annoncé, lors d’une cérémonie organisée la semaine dernière aux camps de Tindouf, l’intention de mener de nouvelles «opérations…

Sahara : le Suriname exprime son plein soutien au plan marocain d’autonomie

Temps de lecture : 4 minutes

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, s’est entretenu, ce m…

Tourisme : le plan de relance de la tutelle

Temps de lecture : 4 minutes

Comment assurer la relance du tourisme ? Tel était l’objet de la réunion du jeudi 19, présidée par Aziz  Akhannouch, chef du gouvernement. Nad…

Hassan Saoud : notre pays a pu créer une gouvernance sécuritaire efficace

Temps de lecture : 8 minutes

LeBrief : Lundi, le Maroc a tristement commémoré les 19 ans des attentats terroristes du 16 mai 2003 à Casablanca. Depuis ce drame, le Maroc a…