Aller au contenu principal

Dossier du Sahara à l'ONU : on prend les mêmes et on recommence

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a tenu ce mercredi 21 avril sa réunion semestrielle de consultations sur le Sahara marocain. Durant cette rencontre, une proposition américaine appelant les parties à adopter une attitude constructive sur le terrain avec la mission de paix à l’ONU et “éviter l’escalade” a été rejetée par cinq pays du Conseil. Ces nations ont jugé que la proposition américaine “pourrait être mal interprétée et contreproductive”. D’un autre côté, le blocage persiste depuis près de deux ans sur la nomination du nouvel envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara. L’Algérie et le Polisario continuent de refuser les profils proposés par Antonio Guterres.

Par Mohamed Laabi, Publié le 22/04/2021 à 11:44, mis à jour le 22/04/2021 à 15:43          Temps de lecture 4 min.
Teaser Media
Statu quo sur le dossier du Sahara marocain à l'ONU © DR

La réunion semestrielle du Conseil de sécurité pour les consultations autour du Sahara s’est tenue ce mercredi 21 avril. Durant cette réunion, les membres du Conseil de sécurité ont suivi un briefing du représentant spécial du secrétaire général (SG) de l’ONU pour le Sahara, Colin Stewart. Ce dernier a dressé le bilan sur la situation actuelle marquée par les violations du cessez-le-feu par le Polisario et ses obstructions à la liberté de mouvement de la Minurso. Des agissements qui ont freiné la capacité de la mission onusienne à mettre en œuvre son mandat de supervision du cessez-le-feu.

Lire aussi : Sahara : le Conseil de sécurité revient sur l’évolution de ce dossier et ses défis

Par ailleurs, la proposition américaine appelant les parties à adopter une attitude «constructive» sur le terrain avec la mission de paix de l’ONU afin d’«éviter l’escalade» a été bloquée. En effet, cinq pays du Conseil de sécurité, à savoir l’Inde, la Chine, le Kenya, la Tunisie et le Niger ont rejeté cette demande, en avançant qu’elle «pourrait être mal interprétée et devenir contreproductive».

 

Pas d’émissaire onusien pour le Sahara depuis près de deux ans

Pourquoi n’y a-t-il toujours pas d’envoyé personnel du SG de l’ONU pour le Sahara ? Pour la simple raison que l’Algérie et le Polisario bloquent les propositions faites par le SG de l’ONU, Antonio Guterres. En effet, depuis la démission de Horst Köhler en mai 2019 pour des raisons de santé, deux profils ont été proposés. Il s’agit de l’ancien premier ministre roumain Petre Roman et plus récemment l’ex-ministre portugais des Affaires étrangères Luis Amado. Les deux profils ont été refusés par l’Algérie. De plus, le Maroc a opposé son véto pour la nomination d’autres responsables, notamment d’anciens ministres des Affaires étrangères des Pays-Bas, de l’Australie et de la Suisse.

Par ailleurs, Omar Hilale, représentant permanent du Maroc aux Nations Unies, a déclaré que la position algérienne est dénuée de tout sens. «L’Algérie et le Polisario continuent de bloquer le processus politique onusien. En moins de trois mois, ils ont refusé les deux propositions de nomination de M. Petre Roman et de M. Luis Amado. Cette obstruction constitue un affront à l’autorité du Secrétaire général et un dédain aux résolutions du Conseil de sécurité. Elle met à nu le double langage de l’Algérie et du Polisario», souligne-t-il.

Aussi, le représentant permanent du Maroc à l’ONU a adressé une lettre aux 15 membres du Conseil de sécurité dans laquelle il a dénoncé «la campagne médiatique de l’Algérie et du Polisario tentant de faire croire à l’existence d’un prétendu conflit armé au Sahara marocain». Hilale a précisé que ce sont de «purs mensonges et une falsification de la réalité sur le terrain». Et d’ajouter que «cette propagande vise à induire en erreur, tant la communauté internationale, que les populations séquestrées dans les camps de Tindouf en Algérie. Elle est démentie non seulement par les rapports quotidiens de la Minurso, mais également par la presse internationale».

 

Le Maroc exige une position claire de l’ONU sur ce dossier

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, demande au Conseil de sécurité de déterminer en toute objectivité les responsabilités de chaque partie dans ce conflit. «Le Conseil de Sécurité doit déterminer, en toute objectivité, qui viole quotidiennement le cessez-le-feu et qui a clamé sa fin, d’un côté, et de l’autre, qui s’attache à ce cessez-le-feu et qui l’a annoncé au plus haut niveau par Sa Majesté le Roi», a déclaré Nasser Bourita.

Voilà aujourd’hui plus de 40 ans que dure le conflit autour du Sahara et quand on voit comment ce dossier tourne à l’ONU, on pourrait croire qu’il ne touchera jamais à sa fin. Cependant, le ministre n’éloigne pas la possibilité de trouver un arrangement si l’Algérie accepte de revenir à la table des discussions.

Lire aussi : Sahara : le Maroc contre une négociation directe avec le Polisario

«Si la véritable partie, qui est l’Algérie, fait montre de sérieux, le Maroc est alors disposé à discuter, mais s’il s’agit de manœuvres et de manipulations, le Royaume poursuivra son processus de réaffirmation de la marocanité du Sahara, car c’est une vérité historique, politique et juridique qui n’est pas sujette d’une négociation». Voilà qui est dit.

Le Roi demande des prix raisonnables pour le transport des MRE

Le roi Mohammed VI a demandé à l’ensemble des intervenants dans le domaine du transport aérien, en particulier la RAM et aux différents acteurs du transport maritime, de veiller à pratiquer des prix r...

Mesures sanitaires : une actualisation chaque 2 semaines

La situation épidémiologique au Maroc est maîtrisée, a affirmé ce jeudi le chef de l'exécutif, Saad Dine El Otmani, lors de l'ouverture de la réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement. El Otm...

Le Maroc réagit à la résolution du Parlement européen

Le Maroc a réagi à la résolution adoptée ce jeudi à Strasbourg. Dans un communiqué, la diplomatie m...

Parlement européen : la résolution contre le Maroc votée

Le Parlement européen a rendu ce jeudi son verdict concernant le projet de résolution contre le Mar...

Le Parlement européen adopte la résolution hostile au Maroc

Le Parlement européen vient d'adopter le projet de résolution RC9-0349/2021 sur la "violation de la convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant et utilisation de mineurs par les autor...

Maroc-Hongrie : signature de 10 accords de coopération

Ce mercredi 9 juin au siège du ministère des Affaires étrangères à Rabat, Péter Szijjártó, le ministre hongrois des Affaires étrangères, a été reçu par son homologue marocain Nasser Bourita. Lors de c...