Sessions d'habilitation à la vie conjugale : quel en est l’intérêt ?

Temps de lecture : 5 minutes


Sessions d’habilitation à la vie conjugale : quel intérêt ?

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Afin de faire bénéficier les futurs mariés de sessions d’habilitation les préparant à la vie conjugale, une convention de partenariat tripartite a été signée entre l’Association marocaine de planification familiale (AMPF), l’Ordre national des adouls au Maroc et le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA). Pour Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice, ces sessions d’habilitation à la vie conjugale permettront de réduire les cas de divorce et de garantir la stabilité de la société. Détails.

Temps de lecture : 5 minutes

Dans le but d’habiliter les jeunes au mariage, une convention de partenariat tripartite a été signée, lundi 17 octobre à Salé, entre l’Association marocaine de planification familiale (AMPF), l’Ordre national des adouls au Maroc et le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA).

À travers cette convention, l’AMPF souhaite renforcer les capacités des adouls en matière de santé sexuelle et reproductive (SSR), former un groupe de formateurs dans ce domaine pour habiliter les jeunes au mariage, ainsi qu’organiser des campagnes d’information et de sensibilisation dans les différents domaines des SSR, y compris la planification familiale en milieu rural.

De leur côté, l’Ordre national et les Conseils régionaux des adouls s’engagent notamment à faciliter l’accès des jeunes au livret de l’habilitation au mariage, à identifier les bénéficiaires des formations de renforcement des compétences en termes de santé reproductive, mais aussi à former et sensibiliser les jeunes en âge de mariage sur ces thématiques.

Lire aussi : Au Maroc, l’écart d’âge entre maris et femmes ne cesse de se creuser

 

Les sessions d’habilitation à la vie conjugale contribuent à la stabilité de la société

Dans une allocution lue en son nom lors de la cérémonie de signature de la convention tripartite, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a affirmé que faire bénéficier les époux de «sessions d’habilitation qui les préparent à la vie conjugale, à l’éducation sexuelle, à la santé reproductive et à la planification familiale» contribuera à la stabilité de la société.

De telles sessions ont des retombées positives en ce sens qu’elles aident à «construire des familles saines et assurer leur durabilité» et permettent de réduire l’incidence élevée des divorces parmi les jeunes mariés, a-t-il estimé.

Le ministre a en outre précisé que depuis l’entrée en vigueur de la Moudawana, le nombre des actes de mariage a augmenté significativement, passant de 236.574 mariages en 2004 à 269.978 en 2021. Le responsable impute cette hausse aux «actions entreprises en termes de sensibilisation aux dispositions de la Moudawana et à la prise de conscience des citoyens quant à l’importance d’authentifier les contrats de mariage pour protéger les droits des époux et des enfants».

Lire aussi : Les cas de divorce montent en flèche au Maroc

 

Une attention particulière accordée au mariage des mineurs

Le ministre a indiqué que son département accorde une attention particulière au mariage des garçons et des filles n’ayant pas atteint l’âge légal. Il a ajouté qu’un ensemble de mesures et de procédures ont été prises pour la mise en œuvre optimale des dispositions liées à ce type de mariage.

Les efforts engagés pour endiguer le mariage des mineurs, que ce soit par le ministère de la Justice, les autres départements ministériels ou les organisations de la société civile, ont eu des «résultats très positifs», s’est félicité Ouahbi. Il a de plus noté que les statistiques montrent une baisse nette de ce type de mariage d’une année à l’autre par rapport au nombre total de mariages.

Le responsable gouvernemental a par ailleurs indiqué que les actes de mariage de mineurs qui ont été au nombre de 26.298 en 2017, soit 9,9% des mariages, ont connu une baisse en 2018 pour s’établir à 25.514. La baisse s’est accentuée au cours de l’année 2019 avec un total de 20.738 actes.

Cette tendance à la baisse a été consacrée au cours de l’année 2020 qui a enregistré 12.600 actes, tandis que l’année 2021 a connu une courbe ascendante avec 19.369 actes, ce qui représente 7,2% du total des mariages conclus.

Lire aussi : Mariage : la polygamie a la peau dure

 

Légère baisse des divorces « Talaq et Tatliq »

Les divorces « Talaq et Tatliq » ont également connu une légère baisse depuis l’entrée en vigueur de la Moudawana, passant de 26.914 divorces en 2004 à 20.372 en 2020, avant de repartir à la hausse en 2021 avec 26.257 actes, a précisé le ministre.

Et d’ajouter que les divorces à l’amiable représentent la plus grande part de divorces, passant de 1.860 cas en 2004 à 20.655 en 2021, ce qui représente 77% du nombre total de divorces.

Le chef du département a souligné que les cas de Tatliq (divorce judiciaire, à l’initiative de la femme) ont connu une augmentation exponentielle d’une année à l’autre, passant de 7.213 jugements en 2004 à 62.686 en 2021. Le pourcentage de jugements de divorce pour discorde (Chikak) constitue, quant à lui, 99% du total des jugements de Tatliq rendus.

Selon Ouahbi, cette hausse est due à plusieurs facteurs liés notamment aux représentations sur le mariage, à la sous-estimation des répercussions du mariage précoce sur la santé physique et psychologique et à l’absence de programmes d’habilitation des futurs mariés pour les sensibiliser à l’importance de l’institution du mariage et de la famille.

Lire aussi : Pourquoi vivre à deux ?


Recommandé pour vous

Cherté de vie : le citoyen se révolte

Temps de lecture : 4 minutes Les Marocains n’en peuvent plus de l’explosion des prix. L’inflation mondiale a frappé de plein de fouet le pouvoir d’achat des citoyens. Entre l…

CMRPI : 30% des enfants et des jeunes ont subi une cyberviolence

Temps de lecture : 6 minutes Protéger les enfants et les jeunes sur la Toile est l’objectif principal de la deuxième campagne nationale de prévention contre la cyberviolence et le …

Système de santé : ce qu’il faut savoir sur les projets de loi adoptés

Temps de lecture : 5 minutes Le gouvernement actuel oriente ses projecteurs vers le secteur de la santé national. Parmi ses objectifs, la réforme de ce secteur qui souffre de plusi…

Lutte contre le sida : l’ONU alerte sur une stagnation des progrès

Temps de lecture : 5 minutes Ce jeudi 1er décembre, les pays du monde entier commémorent la Journée mondiale de lutte contre le sida. « Égalité maintenant » est le thème retenu pou…

Stress hydrique : la situation est de plus en plus critique

Temps de lecture : 5 minutes Le déficit pluviométrique pèse lourdement sur les réserves d’eau au Maroc. Ces derniers ont enregistré leurs niveaux le plus bas cette année. L’Organis…

Le conflit se poursuit entre Ouahbi et les robes noires

Temps de lecture : 5 minutes L’ire des avocats empire depuis la publication des mesures fiscales les concernant dans le projet de loi de Finances 2023 (PLF-2023). Ils rejettent en …

Le salarié marocain, est-il heureux ?

Temps de lecture : 4 minutes Le bonheur des employés au Maroc sous la loupe de ReKrute. La plateforme en ligne spécialisée dans le recrutement et l’emploi a rendu publique son enqu…

Un Black Friday en temps de crise économique et d’inflation

Temps de lecture : 6 minutes Le Black Friday (vendredi noir) marque le grand jour des soldes à l’échelle internationale, lançant la saison des achats de fin d’année. Célébré …

Fléau des féminicides : les chiffres demeurent alarmants

Temps de lecture : 6 minutes Ce vendredi 25 novembre, les pays du monde entier commémorent la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. « Tous …

OMM : le Maroc a connu cette année une sécheresse sans précédent

Temps de lecture : 6 minutes La pénurie d’eau fait partie des problèmes principaux auxquels de nombreuses sociétés et le monde dans son ensemble sont confrontés au XXIe siècl…

Sécurité et puissance militaire : l’IRES dévoile le positionnement du Maroc

Temps de lecture : 4 minutes Le Maroc est un pays sûr. L’Institut royal des études stratégiques (IRES) a révélé que le Royaume est positionné dans le top 10 des pays du monde qui o…

Avocats vs gouvernement : les tensions se poursuivent

Temps de lecture : 4 minutes Le gouvernement et les représentants de l’Association des barreaux d’avocats du Maroc (ABAM) sont parvenus, le 15 novembre, à un nouvel accord. Après q…