Temps de lecture : 5 minutes

Accueil / Société / Secteur immobilier : bilan et critiques du programme «Daam Sakan»

Secteur immobilier : bilan et critiques du programme «Daam Sakan»

Temps de lecture : 5 minutes

Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Au dernier bilan en date du 19 avril, 8.500 individus ont bénéficié du programme d’aide directe au logement, baptisé «Daam Sakan». Cependant, certains acteurs du secteur immobilier soulignent une nuance importante à apporter à cette «performance» apparente. En effet, ils mettent en exergue le fait que cette statistique repose principalement sur des logements déjà érigés avant le lancement de l’opération «Daam Sakan». Pour ces promoteurs, cette réalité témoigne d’une réception en demi-teinte du nouveau programme, bien loin des espoirs initialement nourris.

Temps de lecture : 5 minutes

Dans le contexte économique tendu qui affecte le Maroc, le secteur immobilier montre des signes de ralentissement. Néanmoins, le gouvernement reste actif dans sa politique de soutien au logement à travers des subventions importantes. Selon les dispositifs en place, une aide de 100.000 DH est accordée pour l’achat de logements ne dépassant pas 300.000 DH TTC, tandis qu’une subvention de 70.000 DH est prévue pour les logements coûtant entre 300.000 et 700.000 DH TTC.

Lire aussi : Résultats positifs pour l’aide au logement

Bilan et perspectives du programme «Daam Sakan»

Le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch a récemment fait le point sur la situation lors de son annonce que 60.976 demandes avaient été soumises via la plateforme «Daam Sakan» au 1er avril, avec 90% d’entre elles jugées éligibles. Le programme dispose d’un budget annuel de 9 milliards de DH (MMDH) et vise à bénéficier à 330.000 familles entre 2024 et 2026, soit environ 110.000 familles annuellement. Akhannouch a insisté sur la transparence du programme, précisant que les prix des logements sont clairement établis, éliminant ainsi les risques de spéculation, notamment dans les grandes villes comme Casablanca et Rabat.

Dans des régions moins onéreuses telles qu’Er-Rich ou Zagora, les logements peuvent coûter moins de 300.000 DH, avec des possibilités d’achat à 250.000 DH, l’État couvrant 50% du prix. Les fonds sont transmis directement aux acheteurs via un notaire, renforçant ainsi l’efficacité et la transparence du processus d’acquisition, a souligné le chef du gouvernement , louant la méthode qui établit un lien direct entre le programme et les citoyens. Jusqu’à présent, le programme a permis à 8.500 personnes de bénéficier de cette aide directe, un chiffre qui mérite toutefois une analyse nuancée.

Contextualisation des performances du programme

En effet, ces performances doivent être contextualisées : elles reposent principalement sur des logements préexistants avant le lancement de l’initiative Daam Sakan, qui n’a pas encore suscité l’intérêt espéré.

Le gouvernement estime que la réussite du programme ne devrait pas être mesurée uniquement par le nombre de demandes sur Daam Sakan, mais plutôt par les réalisations concrètes et les bénéficiaires effectifs. Cela est d’autant plus pertinent que les 8.500 unités vendues concernent des logements déjà existants ; en effet, il serait irréaliste de construire de nouvelles unités en seulement quatre mois depuis le lancement du programme.

Lire aussi : Aide au logement : près de 52.000 demandes enregistrées

Évaluation critique du nouveau programme d’aide au logement

Pour de nombreux observateurs du secteur immobilier, le bilan du gouvernement concernant le nouveau programme d’aide au logement manque de substance. Ils soulignent un manque de détails, notamment sur le nombre de logements ayant reçu une autorisation de construire depuis le début de l’année, qui seraient éligibles à ce programme d’aide.

Le contraste est frappant avec l’ancien programme de logement social lancé en 2010, qui avait rapidement capté l’intérêt des promoteurs immobiliers de toutes tailles. Ce dynamisme semble manquer dans l’actuel dispositif. Les professionnels du bâtiment expriment leur déception, notant une baisse d’environ 30% du nombre d’autorisations de construire pour les logements ciblés par les aides en 2023. Cette diminution marque un ralentissement préoccupant et met en lumière les défis auxquels le secteur est confronté sous le nouveau régime d’aides.

Scepticisme des promoteurs immobiliers face au nouveau programme d’aide au logement

Les promoteurs immobiliers expriment leur scepticisme quant à l’efficacité du nouveau dispositif d’aides au logement, évoquant des conditions peu propices à revitaliser un secteur en difficulté. Selon eux, «près de 70% de la demande concerne des logements de moins de 300.000 DH», un seuil difficilement réalisable sous les contraintes actuelles, notamment dans des villes comme Rabat ou Casablanca où une surface minimale de 80 mètres carrés est requise.

Lire aussi : Évaluation de l’impact du programme d’aide au logement sur le secteur immobilier

Plusieurs promoteurs ont critiqué la lourdeur des procédures administratives associées à l’octroi des autorisations de construction. Ils signalent des délais de traitement allant de six mois à un an et demi et dénoncent l’absence de recours en cas de rejet de dossier. «Les agences urbaines ont un droit de vie ou de mort sur le secteur», déplorent-ils, mettant en lumière un système qu’ils jugent être un frein à leur activité. Les experts du secteur immobilier notent que le bilan présenté par le gouvernement n’est pas complet car il ne précise pas le nombre de logements autorisés à la construction (ou en cours d’examen) depuis le 1er janvier, éligibles au programme d’aide.

Laissez-nous vos commentaires

Temps de lecture : 5 minutes

La newsletter qui vous briefe en 5 min

Chaque jour, recevez l’essentiel de l’information pour ne rien rater de l’actualité


Et sur nos réseaux sociaux :

Daam Sakan

Acte de mariage dans les hôtels : les règles changent

Depuis des années, de nombreux hôteliers imposent aux clients nationaux la présentation d’un acte de mariage pour accéder à leurs établissem…
Daam Sakan

Genre et éducation : un regard sur les disparités scolaires au Maroc

Les écarts de genre dans les résultats scolaires au Maroc révèlent une dualité marquée : d'une part, les filles excèdent les performances de…
Daam Sakan

Santé : maintien de la pression et appel au dialogue

Ils sont venus de toutes les régions du Royaume. Des milliers de personnes se sont rassemblées en fin de matinée pour participer au sit-in n…
Daam Sakan

Plus cher sera le visa Schengen

Dès cet été, obtenir un visa Schengen coûtera plus cher. Cette augmentation des frais, justifiée par l'inflation et la modernisation des sys…
Daam Sakan

HCP : situation socioéconomique des réfugiés au Maroc

En 2022, le Haut Commissariat au Plan (HCP), en collaboration avec le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR), a mené un…
Daam Sakan

Etudiants VS ministère de la Santé : comment les réconcilier ?

Le bras de fer entre les étudiants des universités de médecine, médecine dentaire, et pharmacie et le ministère de l'Enseignement supérieur …
Daam Sakan

Tueur silencieux : l’hypertension met à l’épreuve le système de santé marocain

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a publié un rapport alarmant sur l'hypertension au Maroc, révélant 247.000 décès en 2019 et 6,1 mi…
Daam Sakan

Les universités marocaines vont-elles rompre leurs partenariats avec Israël ?

Les protestations contre les bombardements israéliens à Gaza se multiplient à travers le monde. Chacun à son niveau essaie de manifester son…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire