Temps de lecture : 5 minutes

Accueil / Société / Santé : maintien de la pression et appel au dialogue

Santé : maintien de la pression et appel au dialogue

Temps de lecture : 5 minutes

Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Ce jeudi marque la fin du dernier mouvement de protestation orchestré par la coordination syndicale nationale du secteur de la santé. En l’espace de quelques jours, cette mobilisation a pris de l’ampleur avec des sit-ins régionaux et provinciaux, culminant ce jeudi par une manifestation devant le siège du Parlement. Cette série d’actions s’inscrit dans le cadre d’une grève de 48 heures, débutée hier et qui témoigne du mécontentement profond des professionnels de la santé face aux conditions de travail et aux politiques actuelles.

Temps de lecture : 5 minutes

Ils sont venus de toutes les régions du Royaume. Des milliers de personnes se sont rassemblées en fin de matinée pour participer au sit-in national qui a duré un peu plus d’une heure, représentant toutes les catégories du secteur de la santé. Bien que le nombre exact de participants n’ait pas encore été dévoilé, l’événement a été un succès remarquable, témoignant de la mobilisation massive et bien organisée des professionnels de la santé. Mustapha Chennaoui, secrétaire général du syndicat de la santé relevant de la Confédération démocratique du travail (CDT), a confirmé que la coordination et l’organisation de ce mouvement étaient exemplaires, reflétant l’unité et la détermination des manifestants.

Il s’agissait du premier sit-in à regrouper les huit syndicats du secteur de la santé, une démonstration sans précédent de solidarité. En blouses blanches, les manifestants ont exprimé leur mécontentement face au silence du gouvernement, brandissant des pancartes affichant leurs revendications. Cette mobilisation nationale marque donc un tournant dans la lutte des professionnels de santé pour obtenir des améliorations matérielles, morales et légales promises par les accords antérieurs mais toujours non appliquées.

Lire aussi : Grève : mobilisation nationale des professionnels de santé

Que revendiquent les manifestants ?

Cette nouvelle protestation de la coordination syndicale nationale du secteur de la santé a pour objectif de dénoncer l’inaction du gouvernement malgré les accords signés. Ces accords promettaient des améliorations pour les travailleurs du secteur, tant sur le plan matériel que moral et légal. Pourtant, l’exécutif reste muet, ce qui a donc conduit les syndicats à intensifier leur mouvement de protestation pour attirer l’attention sur les graves carences qui perdurent dans le secteur de la santé.

Lors de la conférence de presse, tenue mardi dernier, Karim Belmokadem, secrétaire général du syndicat national de la santé publique (FDT), a exprimé au nom des huit syndicats de la coordination, sa frustration face à l’inaction du gouvernement. Bien que les accords et les propositions aient été soumis à la présidence du gouvernement fin janvier 2024, il a fait savoir qu’aucune réponse n’a été donnée concernant les délais d’application. Ce silence prolongé, qui dure maintenant depuis plus de quatre mois, ne fait qu’alimenter la colère et l’exaspération des professionnels du secteur.

Quant aux principales revendications figurent la préservation du statut de fonctionnaire public et une augmentation substantielle des salaires. Les syndicats demandent une hausse de 1.500 DH pour les cadres infirmiers et techniciens de santé, ainsi que pour les infirmiers auxiliaires et préparateurs, et une augmentation de 1.200 DH pour d’autres catégories de professionnels de santé, y compris les assistants administratifs et techniques, les techniciens, les rédacteurs, les techniciens de transport, les ambulanciers de santé, les assistants en odontologie et en urgences, ainsi que les gestionnaires et les ingénieurs. Outre ces demandes financières, les syndicats appellent à une amélioration des conditions de travail et de promotion, notamment par la création de nouveaux grades, l’organisation de concours internes et l’adoption d’un nouveau système pour le calcul des indemnités.

De son côté, Touria Boutayeb, membre de la coordination syndicale nationale du secteur de la santé, a exprimé ses regrets face à la suspension des activités hospitalières causée par la grève. Elle a présenté ses excuses aux citoyens, tout en affirmant que le gouvernement porte, lui seul, la responsabilité de cette situation. Selon elle, la détermination des syndicats à poursuivre leur lutte reste forte, dans l’espoir d’obtenir enfin des réponses et des actions concrètes de la part des autorités pour améliorer les conditions de travail dans le secteur de la santé.

Lire aussi : Santé : grèves nationales et sit-ins prévus tout au long du mois de mai 

Les syndicats en attente de la réaction gouvernementale

Selon Mustapha Chennaoui, les syndicats de la santé vont à présent évaluer les résultats de ce mouvement de protestation. En parallèle, ils attendront la réaction du gouvernement. Selon lui, cette mobilisation massive a été un signal fort adressé aux autorités, montrant la détermination des professionnels de la santé à voir leurs revendications prises en compte.

Les syndicats, conscients de l’importance du dialogue, restent ouverts à toutes discussions avec l’exécutif pour trouver des solutions aux différends existants, nous confirme-t-il. Notre interlocuteur a d’ailleurs souligné que les syndicats espèrent une réponse positive du gouvernement et sont prêts à s’engager dans des négociations constructives. Toutefois, il a clairement indiqué que si le gouvernement persiste dans son silence et n’entreprend aucune action concrète, la grève de 48 heures et la manifestation de ce jour ne seront que le début d’une série de mouvements de protestation.

«Les syndicats sont résolus à ne pas baisser les bras tant que leurs demandes légitimes ne seront pas satisfaites. La détermination des professionnels de santé est inébranlable et ils continueront de se mobiliser et de lutter pour leurs droits, s’il le faut, jusqu’à ce que leurs revendications soient concrétisées», conclut-il.

Laissez-nous vos commentaires

Temps de lecture : 5 minutes

La newsletter qui vous briefe en 5 min

Chaque jour, recevez l’essentiel de l’information pour ne rien rater de l’actualité


Et sur nos réseaux sociaux :

Santé

Lutte contre le travail des enfants : le Maroc en plein progrès

Le Maroc a réussi à réduire le nombre d'enfants travailleurs de 94% au cours des vingt dernières années. C'est ce qu'a affirmé ce mercredi à…
Santé

Baccalauréat 2024 : c’est parti pour plus de 493.000 candidats !

Le baccalauréat, rendez-vous annuel incontournable, est enfin arrivé après des mois de préparation intense. Pour les futurs bacheliers, c'es…
Santé

Les réalités auxquelles s’est heurté le RAMED

En 2012, après quatre années de tests pilotes, le Maroc déployait le programme RAMED, une initiative ambitieuse visant à démocratiser l'accè…
Santé

Qu’est ce qui bloque le lancement de la 5G ?

En répondant à une question orale sur « le lancement de la 5G » présentée par le groupe parlementaire du Rassemblement national des indépend…
Santé

Opération Marhaba : c’est parti pour la 24e édition !

Sous la présidence effective du roi Mohammed VI, la Fondation Mohammed V pour la Solidarité annonce le lancement de la 24e édition de l’opér…
Santé

Santé numérique : quel intérêt pour le Maroc ?

Au Maroc, comme partout ailleurs, l’on s’inquiète de la protection des données personnelles. D’autant plus lorsqu’il s’agit de données sensi…
Santé

Réseaux sociaux : quels sont les favoris des Marocains en 2024 ?

Trois applications du groupe Meta sont les plus utilisées quotidiennement au Maroc. C'est ce que révèlent les derniers chiffres de Sunergia.…
Santé

Fondation Zakoura : 27 ans de réalisations et de nouveaux horizons pour l’éducation

Lors de la conférence de presse tenue à Casablanca ce jeudi, la Fondation Zakoura a célébré son 27ᵉ anniversaire. L'occasion pour l'institut…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire