Temps de lecture : 5 minutes

Accueil / Société / Miel… bientôt plus une goutte sur nos tartines?

Miel… bientôt plus une goutte sur nos tartines?

Temps de lecture : 5 minutes

Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

La sécheresse ne cesse de faire de nombreuses victimes. Surtout en termes agricoles. En ligne de mire, cette fois-ci, les apiculteurs qui voient leurs abeilles disparaître à vue d’œil, et par la même occasion leur miel.

Temps de lecture : 5 minutes

Les fleurs fanent et les abeilles ne butinent plus. Ce n’est pas le début d’un poème, mais une réelle tragédie que subissent les apiculteurs marocains depuis quelques années. Dépourvus de toute stratégie, certains pensent à tout bonnement jeter l’éponge et à une reconversion.
Quel dommage pour un pays comme le Maroc, de perdre l’une des meilleures douceur naturelle plébiscitée dans le monde entier.

Deux causes ont été mises en avant, tout d’abord la sécheresse dont souffre l’ensemble du territoire et en second plan, la maladie.

Direction la région de Aït Baha, pour constater avec effroi la terrible réalité. Sur place, un producteur local nous explique avec dépit que sa production est en berne. « On a d’abord constaté un problème de pluviométrie. Puis, petit à petit, nos abeilles sauvages ont commencé à disparaître ».

Les abeilles sauvages, comme leur nom l’indique, sont sauvages. Elles butinent, partent et reviennent, pour reprendre les propos de l’apiculteur. Celles-ci fournissent le miel le moins cher existant sur nos marchés. Les abeilles, dites domestiques, sont nourries, par exemple au thym, ou autres épices, afin de donner du miel aromatisé. « Il y a davantage de charges à prendre en considération, ce miel-là est donc notablement plus cher« , explique l’apiculteur à Lebrief.

Depuis plusieurs mois, la végétation n’est plus ce qu’elle était. Offrant un affligeant spectacle aux abeilles cherchant des fleurs à butiner, source de nourriture principale de l’abeille, fournissant son nectar et ses protéines. Une longue période de pluie serait nécessaire pour revenir aux jours de gloire de l’apiculture marocaine. Déjà, en 2022, la production de miel avait chuté de 70%, en raison de l’effondrement des colonies d’abeilles. Une tendance qui s’est poursuivie en 2023, obligeant les apiculteurs à avoir recours, pour la première fois de leur histoire à un sit-in devant la direction de Développement des filières de production à Rabat.

Lire aussi : La sécurité hydrique toujours menacée

Il faut dire que les saisons ont connu un réel changement au Maroc, où il fait incroyablement chaud en hiver. Cela engendre une floraison de certaines plantes à des moments inhabituels, alors que d’autres plantes connaîtront une floraison réduite en raison du manque de froid.

Une augmentation des prix

Au niveau de l’Oriental, dans la région de Berkane, même son de cloche où une apicultrice nous explique qu’en période de sécheresse, il est quasi impossible de poursuivre son activité. Outre ce point, elle déclare que même le consommateur n’est plus aussi sensible à la provenance d’un produit. « Il pourrait consommer un faux miel, hautement mélangé, sans que cela ne le dérange« . Et même les clients qui s’approvisionnaient en quantité à cette période de Ramdan, ne prennent qu’un petit kilo, histoire de goûter et de soutenir les producteurs locaux qu’ils connaissent.

Il faut dire que la sensibilité à un bon produit n’est pas le seul facteur qui mène un consommateur vers son choix. Le prix, est assez déterminant dans l’acte d’achat. Cette année, les prix ont connu une importante hausse de 20 à 50% sur certains produits.

« Le miel le moins cher que nous avons est le miel d’oranger. Avant, il ne coûtait en moyenne que 400 dirhams le kilo. Actuellement, il m’est impossible de le vendre à moins de 600 dirhams« , détaille l’apiculteur de Aït Baha. Idem pour le miel d’euphorbe, dit aussi Daghmous, le plus cher sur le marché. Ce dernier se vend en ce moment à 900 dirhams le kilogramme.

Cette augmentation finira par avoir raison du marché du miel marocain.

PMV, des objectifs loin d’être atteints

Le Plan Maroc Vert (PMV) avait de grandes ambitions pour l’apiculture marocaine. Il était prévu que la filière atteigne les 16.000 tonnes en 2020. Deux ans plus tard, seuls 6.500 tonnes ont été enregistrées et 7.300 en 2021, soit une croissance de 38% par rapport à 2009. C’est dans ce cadre que le nombre de ruches modernes est passé de 111.000 à 640.000 durant cette période. Les chiffres en croissance sont, donc, essentiellement liés à cela qu’à une amélioration des procédés techniques.

Le Plan Maroc Vert a tout de même contribué à la professionnalisation de cette filière, une évolution significative du nombre d’apiculteurs, passant de 22.045 en 2009 à 36.300 en 2019 soit une augmentation de 65%. La production est également passée de 4.717 tonnes en 2009 à 7.960 tonnes en 2019, enregistrant une croissance de 69%. Cette progression notable a été soutenue par l’équipement de 850 unités de culture avec des matériaux favorisant la production et la réalisation de 110 projets apicoles dans le cadre du Pilier II, ainsi que de 19 projets d’agrégation autour des unités de valorisation et/ou de conditionnement.

Lire aussi : Ramadan 1445 : quoi qu’il en coûte !

Le problème de l’import

Face à l’envolée des prix, beaucoup de commerçants marocains se tournent vers le miel étranger pour fournir aux consommateurs une douceur à prix plus abordables. Or, dans ce contexte, nos deux apiculteurs interrogés s’accordent à dire qu’il faudrait penser à soutenir la production locale, même plus chère, auquel cas, ce sont plus de 36.000 apiculteurs qui mettront la clef sous la porte.

De surcroît, selon notre apiculteur d’Aït Baha, certains commerçants s’amusent à mélanger les différents miels (étrangers et marocains) et à les faire passer pour du 100% marocain. « C’est malhonnête, trompeur et ça donne une mauvaise image du Made in Morocco« , déclare-t-il.

Laissez-nous vos commentaires

Temps de lecture : 5 minutes

La newsletter qui vous briefe en 5 min

Chaque jour, recevez l’essentiel de l’information pour ne rien rater de l’actualité


Et sur nos réseaux sociaux :

Miel

Population, santé, habitat : le HCP livre sa radioscopie 2024

Le document qui vient d'être publié par le Haut-Commissariat au plan (HCP) est d'une extrême utilité pour connaître l'évolution sociale des …
Miel

Quelle soutenabilité pour les systèmes de retraite ?

Le système de retraite, confronté à d'importants défis tels que la durabilité de ses réserves et sa capacité à remplir ses fonctions économi…
Miel

Et si les jeux vidéo menaient vos enfants au suicide ?

Selon les données de Statistica.com, le marché du jeu vidéo devrait faire un bond en avant au Maroc et devrait générer un chiffre d’affaires…
Miel

Aïd Al-Fitr : un engagement envers les traditions familiales et culturelles

Pour Aïd Al-Fitr de cette année, le gouvernement a décrété un congé exceptionnel le vendredi 12 avril 2024, conformément à l'article 3 du dé…
Miel

Réforme de la Moudawana : comment satisfaire tout le monde?

LeBrief : Avant de commencer notre interview, en accord ou en désaccord avec notre précédent article, pensez-vous qu’il faille censurer cert…
Miel

Réforme de la Moudawana : vers un déclin démographique ?

Les maisons de retraite ne désemplissent pas à l’étranger. Et à nouveau, c’est vers l’Afrique, ce continent plein de jeunes, que l’Europe et…
Miel

Administrateurs : marche nationale pour mettre fin à 20 ans de souffrance

Le bureau exécutif de l'Union nationale des administrateurs marocains (UNAM) a organisé, le mardi 2 avril, une conférence de presse sous le …
Miel

Fécondité au Maroc : entre reprise légère et influences socio-économiques

Une étude récente menée par le Policy Center For The New South (PCNS) a mis en lumière l'évolution des tendances de fécondité au Maroc au co…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire