La raréfaction de l'eau au Maroc s'accélère !

Temps de lecture : 5 minutes


La raréfaction de l’eau au Maroc s’accélère !

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

La pénurie de l’eau et la sécheresse pèsent aujourd’hui sur plusieurs secteurs au Maroc. Dans un contexte marqué par l’absence des précipitations, le niveau de remplissage des barrages est en chute libre. Pour sensibiliser le citoyen à la crise hydrique actuelle, le directeur général de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), Abderrahim El Hafidi, a fait le point sur la situation.

Temps de lecture : 5 minutes

Le Royaume traverse sa période de sécheresse la plus intense depuis plus de trois décennies. Le dérèglement climatique a impacté l’économie nationale et les ménages. De plus, le gaspillage et la surexploitation des ressources hydriques, ainsi que le déficit pluviométrique, pèsent lourdement sur les réserves d’eau. Ces derniers ont enregistré leurs plus bas niveaux cette année.

D’après le ministre de l’Équipement et de l’Eau, Nizar Baraka, depuis le début de 2022, le déficit pluviométrique enregistré est de 47% par rapport à la moyenne annuelle. À ce jour, le volume d’eau des barrages a atteint les 3.897,4 millions de m³ (Mm³). Alors que l’année dernière, il était à 5.636,7 Mm³.

Abderrahim El Hafidi, directeur général de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), était l’invité de 2M dans l’émission « Confidences de presse ». Lors de son passage, il a survolé de nombreux sujets d’actualité liés au secteur de l’eau. Il a notamment évoqué les réalisations dans les provinces du Sud, le déficit hydrique, le coût de production de l’eau et la station de dessalement de Casablanca.

 

Lire aussi : Sécheresse : sévir contre les inconscients

 

La consommation de l’eau

Le stress hydrique actuel impacte, de près, la consommation d’eau. Abderrahim El Hafidi a ainsi expliqué : «Comme tous les pays du monde, le Maroc souffre cette année de sécheresse, et donc d’un déficit hydrique. En revanche, le pays a réalisé une avancée significative en matière d’infrastructures, avec un total de 149 barrages, en plus de 20 autres en cours de réalisation». En dépit de la crise que traverse le pays, les réserves d’eau couvrent largement les besoins des Marocains. «La capacité de production de l’ONEE s’élève à 7 Mm³ par jour, contre une consommation nationale de 3,8 Mm³/j. Aucun problème ne se pose ainsi en termes d’infrastructures. Les capacités de stockage et de production dépassent les besoins des Marocains», a souligné le DG de l’ONEE.

Toutefois, il ajoute : «97% de l’eau produite provient des eaux de surface et des eaux souterraines, contre à peine 3% du dessalement de l’eau de mer. C’est ce qui pose problème actuellement». 

 

 

Les mesures prises

Le gouvernement a mis en place certaines mesures urgentes pour faire face à la pénurie d’eau. D’après Abderrahim El Hafidi, l’exécutif a eu recours à des barrages 100% agricoles pour approvisionner le Royaume en eau potable. «À titre d’exemple, dans la région de Tanger, en attendant la fin des travaux du barrage Kharroub qui devrait alimenter la station de traitement d’El Hachef, le ministère de l’Agriculture nous a donné la possibilité de raccorder le barrage Dar Khrofa à cette station, pour approvisionner la population en eau potable», a-t-il expliqué.

Le Maroc a opté pour la réduction du débit d’eau en été comme principale mesure. «Cette année, l’été a coïncidé avec la fête du sacrifice. Cette période a également connu le retour d’un grand nombre de Marocains résidant à l’étranger (MRE), ce qui a créé une certaine pression sur la ressource. Pour gérer cette période, nous avons dû réduire les débits dans certaines régions», a dévoilé le directeur général de l’ONEE. Cette mesure a permis de baisser la consommation d’eau à la fin de l’été d’environ 10% à 15%.

 

 

Enfin, conformément aux recommandations de la Commission spéciale sur le nouveau modèle de développement, Abderrahim El Hafidi affirme que le gouvernement a initié une réflexion de fond sur la restructuration du modèle de tarification adoptée par l’ONEE. «Le coût moyen de production du m³ d’eau par l’Office s’élève à 15 DH, contre un prix payé par le consommateur variant entre 2,5 et 3 DH/m³ pour les première et seconde tranches sociales. Le coût supporté par l’État pour préserver le pouvoir d’achat des citoyens est donc énorme», précise-t-il.

Malgré les mesures prises par l’exécutif, la pénurie des précipitations et le changement climatique vont continuer à aggraver la sécheresse au Maroc. La situation est critique et il est temps d’agir ensemble pour atténuer les dégâts.

 


Recommandé pour vous

Cherté de vie : le citoyen se révolte

Temps de lecture : 4 minutes Les Marocains n’en peuvent plus de l’explosion des prix. L’inflation mondiale a frappé de plein de fouet le pouvoir d’achat des citoyens. Entre l…

CMRPI : 30% des enfants et des jeunes ont subi une cyberviolence

Temps de lecture : 6 minutes Protéger les enfants et les jeunes sur la Toile est l’objectif principal de la deuxième campagne nationale de prévention contre la cyberviolence et le …

Système de santé : ce qu’il faut savoir sur les projets de loi adoptés

Temps de lecture : 5 minutes Le gouvernement actuel oriente ses projecteurs vers le secteur de la santé national. Parmi ses objectifs, la réforme de ce secteur qui souffre de plusi…

Lutte contre le sida : l’ONU alerte sur une stagnation des progrès

Temps de lecture : 5 minutes Ce jeudi 1er décembre, les pays du monde entier commémorent la Journée mondiale de lutte contre le sida. « Égalité maintenant » est le thème retenu pou…

Stress hydrique : la situation est de plus en plus critique

Temps de lecture : 5 minutes Le déficit pluviométrique pèse lourdement sur les réserves d’eau au Maroc. Ces derniers ont enregistré leurs niveaux le plus bas cette année. L’Organis…

Le conflit se poursuit entre Ouahbi et les robes noires

Temps de lecture : 5 minutes L’ire des avocats empire depuis la publication des mesures fiscales les concernant dans le projet de loi de Finances 2023 (PLF-2023). Ils rejettent en …

Le salarié marocain, est-il heureux ?

Temps de lecture : 4 minutes Le bonheur des employés au Maroc sous la loupe de ReKrute. La plateforme en ligne spécialisée dans le recrutement et l’emploi a rendu publique son enqu…

Un Black Friday en temps de crise économique et d’inflation

Temps de lecture : 6 minutes Le Black Friday (vendredi noir) marque le grand jour des soldes à l’échelle internationale, lançant la saison des achats de fin d’année. Célébré …

Fléau des féminicides : les chiffres demeurent alarmants

Temps de lecture : 6 minutes Ce vendredi 25 novembre, les pays du monde entier commémorent la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. « Tous …

OMM : le Maroc a connu cette année une sécheresse sans précédent

Temps de lecture : 6 minutes La pénurie d’eau fait partie des problèmes principaux auxquels de nombreuses sociétés et le monde dans son ensemble sont confrontés au XXIe siècl…

Sécurité et puissance militaire : l’IRES dévoile le positionnement du Maroc

Temps de lecture : 4 minutes Le Maroc est un pays sûr. L’Institut royal des études stratégiques (IRES) a révélé que le Royaume est positionné dans le top 10 des pays du monde qui o…

Avocats vs gouvernement : les tensions se poursuivent

Temps de lecture : 4 minutes Le gouvernement et les représentants de l’Association des barreaux d’avocats du Maroc (ABAM) sont parvenus, le 15 novembre, à un nouvel accord. Après q…