Faut-il maintenir le changement d’heure ?

Temps de lecture : 5 minutes


Faut-il maintenir le changement d’heure ?

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

En mai dernier, juste après le mois de Ramadan, le Maroc est repassé à l’heure GMT+1. Une mesure qui intervient en application du décret publié le 26 octobre 2018, relatif à l’heure légale du Royaume. Quatre ans après, le passage à l’heure d’été divise toujours. Encore une fois, les voix se sont élevées pour contester le bien-fondé de cette décision, dont les avantages restent discutables, mais les inconvénients sont inéluctables. Détails.

Temps de lecture : 5 minutes

Instauré principalement dans le but de réaliser des économies d’énergie, le changement d’heure est de plus en plus contesté. Entrée en vigueur au Maroc il y a quatre ans de façon permanente, cette pratique n’a jamais fait l’unanimité, surtout auprès des parents d’élèves.

Comme l’accoutumée et à chaque rentrée scolaire, le débat reprend. Une question écrite a été d’ailleurs adressée dans ce sens par une députée du Parti du progrès et du socialisme (PPS) au ministre de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports, Chakib Benmoussa. Elle l’a appelé à prendre en compte les préoccupations des parents pour mettre en place des horaires scolaires adaptés, notamment dans le monde rural.

Lire aussi : Retour à l’heure GMT+1 le dimanche 8 mai

 

Un intérêt pour le Maroc ?

Parler du GMT+1 nécessite un retour à son origine, et les raisons qui ont motivé certains pays à l’adopter, comme la France. Un rituel qui date des années 70 avec la crise énergétique de l’époque. L’idée était de réduire d’une heure la consommation relative à l’éclairage et de maximiser ainsi la durée d’exposition à l’ensoleillement naturel. Une économie qui s’est ensuite avérée difficilement chiffrable et souvent remise en cause.

Au Maroc, l’argument énergétique a toujours été le plus avancé par l’Exécutif. En 2019, Le département de la Réforme de l’Administration avait fait état d’une économie de 37,6 Gwh durant la période entre octobre 2018 et mars 2019 avec une baisse des émissions de CO2 d’un total de 11.444 tonnes. Il s’agit des derniers chiffres communiqués, car ceux de 2020 et 2021 n’ont pas été révélés.

La logique n’est pas seulement de réaliser une efficacité énergétique, mais aussi de rétablir une cohérence géographique, dans le but d’opérer pour une intégration économique avec les partenaires traditionnels du Maroc, plus particulièrement avec la France et l’Espagne. Les répercussions seraient positives pour certains secteurs, mais, toutefois, aucune étude n’est encore venue confirmer ce postulat.

 

Quels impacts ?

Il faut d’abord souligner que le Maroc réalise deux changements d’heures par an. GMT pour le Ramadan et GMT+1 pour le reste de l’année. Ce qui perturbe donc le sommeil et, par conséquent, bouscule l’équilibre hormonal. Contrairement à l’heure d’été, l’heure d’hiver semble être bénéfique, car elle correspond davantage au rythme du soleil et de la lumière sur lequel notre organisme se régule. L’heure de sommeil supplémentaire de l’automne pourrait ainsi avoir un effet protecteur.

Les premières victimes sont les écoliers et les fonctionnaires, contraints de sortir dans l’obscurité tôt le matin, ce qui peut constituer un danger pour leur sécurité. De plus, le manque de luminosité entraînerait des symptômes de dépression et de grandes fatigues, selon plusieurs études scientifiques réalisées à ce sujet.

Le changement d’heure aurait également un impact négatif sur plusieurs secteurs, comme le bâtiment, où les heures les plus chaudes de la journée sont à éviter. De même pour le secteur agricole. Avec GMT+1, l’activité démarre tôt, soit en décalage avec le soleil. Conséquence : plusieurs pratiques sont perturbées.

Lire aussi : Le retour à l’heure GMT examiné par le gouvernement

 

Les Marocains et GMT+1, un rejet total

Craignant l’impact négatif sur leur santé, les Marocains ont toujours été majoritairement contre l’heure d’été. Menée par le cabinet d’étude PricewaterhouseCoopers (PwC), l’étude réalisée en 2018 par le ministère de la Réforme de l’administration et de la Fonction publique avait conclu que 68% des citoyens et 63% des entreprises s’y opposent.

Dans le détail, 77% des Marocains interrogés confirment que le changement de l’heure légale entraîne des perturbations de sommeil durant les premiers jours suivants chaque changement. 70% perdent une à deux heures de sommeil. 54% affirment que leur niveau de concentration est négativement affecté. Chez les entreprises, 57% d’entre elles observent une réduction de la productivité, alors que 64% mentionnent des retards de leurs collaborateurs.

Conclusion, si aujourd’hui les économies en énergie sont moins flagrantes, il faudrait probablement penser à mettre fin aux changements d’heures et appliquer à la place une politique visant à réduire la consommation, avec une attitude responsable des citoyens pour avoir des gains en énergie concluants à long terme.

 

Si l’initiative de mettre fin au changement d’heure a été prise au niveau européen, au Maroc, les discussions sont au point mort. En s’exprimant l’année dernière sur le sujet, le porte-parole du gouvernement Mustapha Baitas a déclaré que «l’annulation de l’heure supplémentaire nécessite une étude globale».


Recommandé pour vous

Qualité de vie numérique : le Maroc classé 71e au monde et 3e en Afrique

Temps de lecture : 3 minutes

La quatrième édition annuelle de l’indice de qualité numérique « Digital Quality of Life Index …

L’Boulevard : des festivités qui tournent au drame

Temps de lecture : 4 minutes

Après deux années d’absence, la première soirée de la 2ᵉ partie du festival L’Boulevard a viré …

CESE : présentation d’un avis sur l’aménagement durable du littoral

Temps de lecture : 4 minutes

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a organisé, jeudi 29 septembre à Tanger…

Stress hydrique : une problématique qui guette toujours le Maroc

Temps de lecture : 5 minutes

Le Maroc a connu cette année l’une des pires sécheresses de ces trois dernières décennies. Le s…

La santé mentale au travail : un sujet oublié !

Temps de lecture : 4 minutes

Nul ne peut nier que la santé mentale au travail n’est pas sérieusement prise en considération …

Quelle gestion pour les chiens errants au Maroc ?

Temps de lecture : 4 minutes

La situation est alarmante. La rage tue environ 60.000 personnes chaque année, selon les derniè…

Covid-19 au Maroc : le calme avant la tempête ?

Temps de lecture : 5 minutes

Depuis son apparition en 2019, le coronavirus s’est propagé à une vitesse vertigineuse dans le …

Taxis Vs VTC : une guerre sans fin ?

Temps de lecture : 4 minutes

Le conflit entre les taxis et les VTC s’est intensifié depuis que les applications de transport…

Décès de Aïcha Ech-Chenna : le Maroc perd une grande militante

Temps de lecture : 6 minutes

Aïcha Ech-Chenna, icône de l’action sociale, est décédée ce dimanche. La présidente fondatrice …

Pollution de l’air : risque accru d’arythmies cardiaques et de cancer du poumon

Temps de lecture : 3 minutes

Une nouvelle étude américaine révèle que le fait de respirer de minuscules particules d’air pol…

« Les Impériales 2022 » : une première journée riche en débats

Temps de lecture : 4 minutes

Deux ministres ont répondu présents à l’invitation des organisateurs de l’édition 2022 de l’évé…

Symptômes, vaccin, prévention…tout savoir sur la grippe saisonnière

Temps de lecture : 4 minutes

À l’instar des autres pays, le virus le plus répandu en cette période est le virus grippal A(H1…