Entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, le spectre de la guerre pour mieux «négocier» la paix

Temps de lecture : 3 minutes


Entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, le spectre de la guerre pour mieux «négocier» la paix

Temps de lecture : 3 minutes

Catégorie Monde , La sélection podcast

Temps de lecture : 3 minutes

On trouve une certaine lassitude dans la presse à analyser la reprise des combats temporaires hier entre les deux pays. Il y a une certaine habitude, plus aucun effet de surprise, tant on assiste aux mêmes scènes, encore et encore. Et ce même si les combats entre militaires arméniens et azerbaïdjanais ont été hier parmi les plus violents depuis la guerre du Haut Karabakh en 2020, avec au moins une centaine de soldats morts au total. Le déroulé des évènements est à chaque fois le même, comme on peut le lire sur le site du Tagesschau. C’est un schéma observé quasiment à chaque reprise des hostilités.

Première étape : la rhétorique qui monte en agressivité côté azerbaïdjanais, et qui s’accompagne d’accusations de la part de Bakou. Erevan serait responsable de provocations. Deuxième étape, le repositionnement des troupes, justifiées par les provocations aux yeux de Bakou. Troisième étape, les escarmouches, qui permettent à l’Azerbaïdjan, au prix d’affrontements, de gagner des positions sur le terrain et de frapper des cibles arméniennes. Et dernière étape : la négociation d’un cessez-le-feu, bien souvent avec l’intervention de Moscou qui a sa force de maintien de la paix déployée dans la région du Haut-Karabakh.

Ces hostilités, elles n’ont lieu que parce que la question des frontières est encore loin d’être résolue, souligne le journal en ligne russe Vzgliad. Les dernières négociations fin août n’ont rien donné, ce qui se traduit par une situation instable, mouvante, sur le terrain. Les positions des armées de chacun évoluent au fil de combats. D’ailleurs, selon le média russe, une mine antipersonnel pourrait être à l’origine de cette dernière montée de tensions. Ces mines installées dans les zones frontalières font office de délimitation sécurisée. L’une d’elle pourrait avoir explosé, auto-alimentant ainsi l’épisode de combats violents, avec tirs d’artillerie et bombardements sur plusieurs villes en territoire arménien.

Cette question des frontières est pourtant majeure selon un expert arménien cité par le journal économique russe Kommersant, d’autant qu’elle n’est pas facilitée par les besoins de corridors entre territoires, celui entre l’Azerbaïdjan et la république autonome du Nakhitchevan en territoire arménien, et celui dit de Latchin, entre l’Arménie et le Haut-Karabakh. Tant que la question des frontières ne sera pas résolue, l’Azerbaïdjan en profitera pour maintenir cette pression militaire forte sur le Haut-Karabakh et agiter la menace d’une nouvelle guerre. Tout cela dans le but qu’Erevan signe un traité de paix qui réponde le plus possible aux exigences de Bakou.

Le président de l’Azerbaïdjan, Ilham Aliyev, peut en plus profiter d’un contexte international qui lui est favorable, insiste la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Il est clair qu’il entend profiter du fait que la Russie, seule puissance agissante sur le terrain du Haut-Karabakh, soit occupée militairement en Ukraine pour rendre l’Arménie un peu plus vulnérable d’ici au prochain round de négociations de paix.


Recommandé pour vous

Des Vikings au Titanic, pourquoi navigue-t-on toujours plus loin ?

Temps de lecture : 1 minute

Dans cet interview, Virginie Girod reçoit Dominique Le Brun, écrivain, journaliste, spé…

Chine : comment les données numériques renouvellent la recherche

Temps de lecture : 1 minute

Depuis l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping en 2012, les portes se sont progressivement f…

L’essentiel à retenir de la présidentielle au Brésil

Temps de lecture : 1 minute

L’élection présidentielle brésilienne se tiendra dimanche 2 octobre. Le duel se joue en…

Gazoduc Nord Stream endommagé, risque d’une extension de la guerre

Temps de lecture : 1 minute

Deux explosions sous-marines ont été détectées par les sismologues suédois dans la mer Baltique,…

Aux origines de la marque Nike

Temps de lecture : 1 minute

La marque Nike fête cette année ses cinquante ans d’existence. Si le logo de la marque à la virg…

Mort de Masha Amini : jusqu’où ira la révolte iranienne ?

Temps de lecture : 1 minute

Onze ans après le printemps arabe, des manifestations et affrontements avec les forces …

L’escalade russe en Ukraine : mobilisation partielle et menace nucléaire

Temps de lecture : 2 minutes

Le 21 septembre, et face aux difficultés russes sur le terrain, Vladimir Poutine annonçait, dan…

En Iran, le pouvoir religieux choisit la répression contre la révolte d’une jeunesse libérée

Temps de lecture : 1 minute

Malgré plus de 50 morts, les protestations se poursuivent, dix jours après la mort de Mahsa Amin…

Pourquoi Poutine mobilise 300.000 réservistes pour les déployer en Ukraine ?

Temps de lecture : 1 minute

En Russie, l’annonce de la mobilisation de 300.000 réservistes russes pour aller combattre en Uk…

En Iran, la révolte des femmes

Temps de lecture : 2 minutes

Les autorités en Iran ont bloqué l’accès à Instagram et WhatsApp après six jours de prote…

Vers une dictature de la beauté ?

Temps de lecture : 1 minute

Décrite dès 600 avant J.-C., développée après la Première Guerre mondiale pour remédier aux «gue…

Le sable, un marché titanesque

Temps de lecture : 1 minute

Le sable se retrouve partout, souvent sans qu’on s’en doute : dans le verre, les cosmétiques, l’…