Droits de l'Homme : le Maroc passe son examen

Temps de lecture : 4 minutes


Droits de l’Homme : le Maroc passe son examen

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Politique , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Le Maroc poursuit ses actions en faveur des droits humains avec la participation au dialogue interactif au titre du 4ᵉ cycle du mécanisme de l’Examen périodique universel (EPU). C’estl le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, qui conduit la délégation marocaine au Conseil des droits de l’Homme (CDH) à Genève. Mardi, Ouahbi a présenté le rapport national devant le CDH. Détails.

Temps de lecture : 4 minutes

Le Maroc fait partie des pays examinés par le groupe de travail de l’Examen périodique universel (EPU) lors de sa 41ᵉ session qui se tient du 7 au 18 novembre. C’est une instruction de l’ensemble des aspects des droits de l’Homme (politiques, civils, économiques, sociaux et culturels). Cet EPU constitue aussi une occasion de s’arrêter sur les engagements du Royaume dans le domaine des droits de l’Homme à travers l’analyse du rapport national et la réponse aux questions écrites adressées par les pays membres et aux préoccupations soulevées. Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est prêté à cet exercice mardi lors de la rencontre interactive. Vendredi, les recommandations au Maroc seront adoptées.

Lire aussi : Conseil des droits de l’Homme de l’ONU : le Maroc élu pour un troisième mandat

 

Arrêt sur le rapport national

Le rapport national au titre du 4e cycle du mécanisme de l’EPU est prêt depuis le mois d’août. Élaboré par la Délégation interministérielle aux droits de l’Homme (DIDH), il avait été soumis au secrétariat de l’EPU le 3 août 2022. Le document se base sur le processus de consultations auquel ont pris part les départements ministériels, les institutions nationales, le pouvoir judiciaire et les collectivités territoriales. Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) et quelque 634 associations, des universités et des médias ont aussi soumis leurs appréciations.

Lors de son allocution, Ouahbi a relevé que la période couverte par le rapport national (2017-2022) a vu le renforcement de l’implication du Royaume aux mécanismes onusiens des droits de l’Homme, avec la poursuite de son adhésion aux protocoles facultatifs aux conventions fondamentales des droits humains. Il a cité le dépôt des documents d’adhésion au premier protocole facultatif se rapportant au pacte international relatif aux droits politiques et civiques et au protocole facultatif à la convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes. Pour le ministre, parmi les avancées phares en matière de droits de l’Homme, il y a eu la création de trois mécanismes nationaux : celui de la prévention de la torture, le mécanisme de recours pour les enfants victimes de violations de leurs droits et un dernier pour la protection des droits des personnes en situation de handicap.

Lire aussi : Effectivité des droits de l’Homme : les recommandations du CNDH

 

D’autres avancées

Concernant la peine de mort, Abdellatif Ouahbi a expliqué qu’après avoir suspendu l’application de cette peine dans la pratique pendant près de trois décennies, la législation nationale a été renforcée par la réduction des crimes passibles de la peine capitale par le biais de la loi sur la justice militaire, qui en a ramené le nombre à 5 au lieu de 16. Seul bémol, même si le ministre la Justice ne le reconnaît pas, le respect des libertés de manifestation, de réunion et d’association. Pendant la pandémie de Covid-19, ces libertés ont été bafouées. On l’a vu avec l’interdiction des manifestations de plusieurs corps de métiers dont les enseignants qui ont même subi des violences. Ceci ne figure pas dans le rapport national et le ministre de la Justice a même souligné « l’élan important que connaît l’exercice de ces libertés ».

 

Interaction positive

Présidée par le président du Conseil des droits de l’homme, Federico Villegas, et tenue en présence de l’ambassadeur, représentant permanent du Maroc à Genève, Omar Zniber, la réunion a été marquée par une large interaction positive des représentants de la plupart des États membres. Néanmoins, le ministre marocain a été obligé de remettre le représentant algérien à sa place.

 

Si la majorité des pays ont salué les avancées réalisées par le Royaume en matière de protection des droits de l’Homme dans divers domaines, les membres de la délégation marocaine ont été amenés à fournir des données exhaustives chiffrées. Vendredi, le Maroc sera fixé sur le résultat de cet EPU à travers les recommandations qui seront adoptées.

Lire aussi : Le CNDH plaide pour l’abolition de la peine de mort d’ici la fin de 2022


Recommandé pour vous

Dialogue social : bilan du grand oral d’Akhannouch

Temps de lecture : 5 minutes Au début de ce mois de novembre, l’exécutif a révélé que le projet de loi de Finances 2023 (PLF 2023) œuvre à la consécration de l’État social. Le chef…

Alliance des civilisations : le forum qui unit politique et culture

Temps de lecture : 4 minutes Renforcer le dialogue et la coopération entre les communautés, cultures et civilisations est l’objectif de l’Alliance des civilisations des Nations-Uni…

Énergies renouvelables : le Maroc rayonne

Temps de lecture : 5 minutes Une réunion de travail présidée par le Roi et consacrée au développement des énergies renouvelables s’est tenue le 22 novembre. Le Royaume s’est fixé d…

COP27 : et la montagne accoucha d’une souris

Temps de lecture : 4 minutes La 27ᵉ Conférence des parties à la convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP27) s’est achevée sur un accord historique. C…

67 ans d’évolution depuis l’indépendance du Maroc

Temps de lecture : 4 minutes Les Marocains commémorent la fin du protectorat le 18 novembre de chaque année. Six décennies après l’indépendance, le Maroc a enregistré des boulevers…

Les limites du PLF 2023 : analyse du Pr Nabil Adel

Temps de lecture : 9 minutes La trajectoire de ce projet de loi de Finances (PLF) n’annonce rien de bon. Ce dernier s’inscrit dans la continuité des précédents PLF, et ne prend pas…

COP27 : la grand-messe des promesses !

Temps de lecture : 6 minutes Le dérèglement climatique se fait de plus en plus sentir. Sauver la planète n’est plus un choix, mais une responsabilité partagée. Après six ans et qua…

PLF-2023 : voici les amendements adoptés par les députés en commission

Temps de lecture : 5 minutes Le rapport de la Commission des finances et du développement économique, relatif à la première partie du projet de loi des Finances (PLF) 2023, a été p…

Transport routier : les cinq priorités pour faire face aux problèmes du secteur

Temps de lecture : 4 minutes Ce mardi 8 novembre, Mohamed Abdeljalil, ministre du Transport et de la Logistique a affirmé que, pour faire face à certains problèmes que connaît le s…

Maroc-France : l’heure est-elle au réchauffement des relations ?

Temps de lecture : 4 minutes En septembre 2021, Paris avait décidé de réduire de 50% le nombre de visas accordés au Maroc, au motif que le Royaume refusait de délivrer des laissez-…

Justice : Abdellatif Ouahbi expose ses priorités stratégiques pour 2023

Temps de lecture : 7 minutes Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a présenté, mercredi 2 novembre à la Chambre des représentants, un exposé exhaustif sur le bilan de son d…

Discours de la Marche Verte : la vision progressiste du Roi

Temps de lecture : 7 minutes Le 6 novembre 1975, Feu le roi Hassan II annonçait le départ de la plus grande marche pacifique de l’histoire. La Marche Verte à laquelle avaient parti…