Aller au contenu principal

Sortie de la liste grise des paradis fiscaux : un grand atout pour le Maroc

Le Royaume ne figure plus dans la liste des paradis fiscaux selon la récente actualisation établie ce lundi 22 février 2021 par l’Union européenne (UE). Le ministère des Finances s’est félicité de cette réalisation affirmant que «ce développement témoigne que les réformes entreprises par le Royaume en matière fiscale sont en ligne avec les conditions de l’UE et aux normes internationales». La sortie de cette liste sera sans doute un atout majeur pour l’attractivité du Royaume en termes d’investissements étrangers. Détails.

Par Mohamed L., Publié le 23/02/2021, mis à jour le 23/02/2021          Temps de lecture 3 min.
Teaser Media
Le Maroc sort enfin de la liste grise de l'Union Européenne © DR

La bonne nouvelle, enfin ! Après avoir été maintenu dans la liste grise en février et en octobre 2020, le Maroc sort enfin de la liste grise de l’Union européenne (UE) des paradis fiscaux. Cette sortie constitue un aboutissement pour un pays qui a fourni plusieurs efforts depuis 2018 sur ses différentes lois de Finances afin de se conformer aux règles de la fiscalité internationale.

 

Le ministère des Finances salue cette décision

Le ministère des Finances a salué la décision de l’UE. «Ce développement témoigne que les réformes entreprises par le Royaume en matière fiscale sont en ligne avec les conditions de l’UE et aux normes internationales. Il témoigne également de la coopération positive entre les autorités marocaines et européennes sur ce sujet», note le département de Mohamed Benchaâboun.

Lire aussi : Mauritius Leaks : perte de revenu africain à cause des paradis fiscaux

De son côté, La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) souligne que cette avancée représente «un nouvel atout pour l’attractivité du Maroc en termes d’investissements étrangers et un appui aux entreprises marocaines pour nouer des partenariats économiques avec leurs homologues européens dans les règles de la bonne gouvernance». La CGEM souligne également que cette décision ouvrira les portes à l’économie nationale pour se développer selon les normes internationales.

 

Prochain objectif, se maintenir au vert

Maintenant que le Royaume est sorti de la liste grise. Il faut tâcher de se maintenir dans la zone verte. Le journal Les Inspirations éco souligne dans son éditorial du mardi 23 février 2021 que «le grand challenge, aujourd’hui, est celui de préserver ce statut, voire d’en renforcer les fondements. Pour cela, il est indéniable que la tant attendue réforme fiscale devra être bouclée et les équations non encore éludées, découlant des recommandations des Assises de la fiscalité, devront être résolues. La gouvernance fiscale porte sur un processus global et ne peut être scrutée selon une approche sélective», estime le quotidien qui ajoute que notre pays peut enfin montrer patte blanche pour ce qui est de la transparence fiscale.

Contacté par LeBrief, Mohamadi Rachdi El Yacoubi, Président du Cercle des fiscalistes du Maroc (CFM) souligne que «Notre pays a engagé des réformes en ligne avec les conditions de l’UE et les standards internationaux. Mais qu’en est-il de notre marge de manœuvre future en termes d’utilisation du système d’incitation fiscal ? Si le Maroc souhaite encourager des activités intensives en main-d’œuvre ou mettre en place des actions améliorant la productivité, la compétitivité, l’investissement, la R&D et autres activités liées à l’économie du savoir (biotechnologies, robotique et intelligence artificielle), peut-il user des incitations fiscales sans risque d’être affiché une autre fois sur la liste grise ?», s’interroge le président du CFM.

Mohamadi Rachdi El Yacoubi se demande également «Pourquoi des pays comme l’Irlande, la Grèce, le Portugal usent de ce levier fiscal pour développer leurs économies sans aucun problème de conformité internationale et pourquoi un pays comme la France offre un pack fiscal qui défie toute concurrence, dédié aux zones de revitalisation rurale (ZRR) ?»

 

Deux pays quittent également la liste grise

À côté du Maroc, deux autres pays ont quitté la liste grise, il s’agit de la Namibie et Sainte-Lucie. Sur la dernière actualisation établie par l’UE, neuf pays figurent toujours dans cette liste grise. Il s’agit de l’Australie, la Barbade, le Botswana, le Swaziland, la Jamaïque, la Jordanie, les Maldives, la Thaïlande et la Turquie. Quant à la liste noire, elle comprend 12 îles : les îles Samoa américaines, Anguille, la Dominique, les Fidji, Guam, Palau, le Panama, Samoa, les Seychelles, Trinidad et Tobago, Vanuatu et les Îles vierges américaines.

La TVA, principale composante qui influence le secteur informel

Ce mardi 2 mars, le Haut-Commissariat au Plan (HCP) a publié son étude intitulée "Le secteur informel au Maroc : principales caractéristiques et tendances d’évolution". Dans ce rapport, le HCP a révél...

Le nouveau Peugeot 3008 hybride bientôt au Maroc

Sopriam mise sur le nouveau SUV Peugeot 3008 pour se lancer dans le segment des véhicules hybrides au Maroc. Le concessionnaire va bientôt importer deux motorisations hybrides rechargeables du SUV fab...

Allègement du déficit commercial à fin janvier

Dans un communiqué publié ce mardi 2 mars, l’Office des changes a révélé qu’à fin janvier 2021, le déficit commercial du Maroc s’est établi à 11,06 milliards de DH (MMDH). Ainsi, il a enregistré un al...

Le Maroc ferme ses frontières à l'Italie et à la Belgique

Le Maroc ferme ce lundi son espace aérien à l'Italie et à la Belgique, cela porte le nombre de pays auxquels l’espace aérien marocain est fermé depuis la mi-décembre. En effet, avant l'Itali...

Technologie et innovation : le Maroc en milieu de tableau

Le dernier rapport de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced) ...

Toyota Corolla bombe le torse !

Un gabarit imposant et une habitabilité généreuse. Toyota perpétue le mythe Corolla et lance le SUV hybride Cross Roads.  Ce "baby" RAV4, comme l'appelle le concessionnaire, est enfin sur...