Aller au contenu principal

L’immunité collective, est-ce vraiment le moment d'en parler ?

Alors que le Maroc n’a toujours pas reçu de vaccins et enregistre un retard conséquent dans le démarrage de sa campagne de vaccination, le ministre de la Santé a parlé de la probabilité d’atteindre l’immunité collective contre la Covid-19 au début du mois de mai. Une déclaration jugée hors contexte par plusieurs Marocains sur les réseaux sociaux.

Par Mohamed L., Publié le 15/01/2021, mis à jour le 15/01/2021          Temps de lecture 4 min.
Teaser Media
Khalid Ait Taleb, ministre de la Santé © DR

Le département de la Santé est sous les feux du projecteur depuis quelques semaines. Khalid Aït Taleb, ministre de tutelle, multiplie actuellement les sorties médiatiques. Refusant de se prononcer sur une date précise pour l’arrivée des vaccins, il se projette surtout sur la période post-campagne de vaccination. Ce dernier affirme que sur la base d’un calendrier vaccinal de 12 semaines, le Maroc pourrait «éventuellement être en immunité collective début mai», précisant que le Royaume a fait le choix de cibler 80% de la population afin de sortir rapidement de cette pandémie l’ayant impacté socialement et économiquement.

Cette déclaration n’a pas été du goût de plusieurs internautes sur les réseaux sociaux. Impatients de voir arriver ce vaccin tant attendu sur leur territoire, ces derniers ont exprimé leur colère contre le ministère de la Santé. «Pourquoi ils continuent encore à annoncer des dates !? Ils n'ont rien pu respecter depuis le début, ils ne savent même pas prendre une marge en considérant le retard habituel. C'est mieux de ne rien dire», souligne un internaute sur Facebook.

Lire aussi : L'attente s'éternise, où en est ce vaccin ?

Un autre internaute se pose la question sur la fiabilité des données évoquées par le ministre : «Je me demande d’où vous sortez vos chiffres, quelle loi mathématique d’extrapolation vous utilisez ? Dans quel univers probabiliste ?? Évitez d’utiliser l’extrapolation dans des environnements totalement ad hoc, où une simple bavette mal portée peut changer la donne», clame un internaute. 

 

Des interrogations en masse

Le manque de confiance et l’indignation sont le mot d’ordre qui ressort des commentaires des internautes. Ces derniers demandent surtout des explications concernant le retard des livraisons. Ils veulent aussi savoir ce qui s’est précisément passer avec le laboratoire Sinopharm. Bien placé pour une livraison d’un lot de 10 millions de vaccins au Maroc fin décembre dernier, ce dernier a perdu la côte auprès des responsables marocains. Ce qui a poussé ces derniers à se tourner vers AstraZeneca.

Mohamed Ezzouak, directeur de publication du site Yabiladi.ma a également livré son commentaire. L’éditorialiste se demande comment peut-on annoncer la date de fin de la campagne de vaccination contre la Covid-19 sans pour autant connaître sa date de début. «Dans un contexte de scepticisme quant aux nouveaux vaccins contre un nouveau virus, il parait hasardeux de mener en bateau la population marocaine quant au début de la campagne de vaccination, la livraison des doses, le rythme soutenu des personnes vaccinées et enfin l’immunité collective garantie pour fin avril / début mai», souligne Ezzouak.

Lire aussi : Le vaccin d'AstraZeneca autorisé au Maroc

Yabiladi souligne que plusieurs interrogations restent aujourd’hui sans réponses. «N’ayant aucune visibilité sur le partenaire chinois qui avait pourtant mené des tests cliniques au Maroc, Aït Taleb a changé son fusil d’épaule en priorisant l’autorisation du vaccin AstraZeneca. Mais là aussi c’est le brouillard. Quelle date de livraison du premier lot ? Combien de doses ? Une quantité symbolique ? 500 000 ? Quid des prochaines livraisons pour assurer la continuité des 12 semaines de campagnes de vaccination ?», s’interroge Mohamed Ezzouak.

 

Ça s'active en Europe

Pendant ce temps-là, plusieurs pays continuent d’avancer dans leur campagne de vaccination. Le Royaume-Uni a déjà vacciné plus de 2,5 millions de personnes, l’Allemagne et l’Italie s’approchent du million de personnes vaccinées. La France quant à elle n’a pas encore dépassé les 250.000 personnes vaccinées. 

Par ailleurs, la Turquie a lancé ce jeudi 14 janvier 2021 sa campagne de vaccination. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a été l’un des premiers a avoir reçu une injection. Idem pour la Jordanie qui a lancé mercredi 13 janvier sa campagne de vaccination contre le nouveau coronavirus, après l'arrivée des premiers lots du vaccin chinois de Sinopharm et de l'américano-allemand Pfizer-BioNTech.

Sauf imprévu de dernière minute, le Maroc devrait recevoir sa livraison d’ici lundi prochain, rapportent plusieurs sources médiatiques. Une dernière étape avant que les médecins et infirmiers ne se mettent au travail.

Femme marocaine : qui est-elle vraiment ?

Histoire, nom féminin. L’histoire s’est longtemps écrite au masculin chez nous. Nous vivons dans un...

Vaccin de Sinopharm : un avion de la RAM en route vers la Chine

Bonne nouvelle ! Des sources bien informées ont certifié à LeBrief qu'un Dreamliner de la compagnie nationale Royal Air Maroc (RAM) a décollé ce samedi matin de l'aéroport Mohammed V de Casablanc...

Instance de probité : vote en commission mercredi

Le projet de loi sur l'instance de probité est à l’ordre du jour de la session extraordinaire au Pa...

La gériatrie, une spécialité médicale qui prend soin des personnes âgées

Docteur Valérie Alighieri, médecin généraliste, gériatre, nutritionniste et diabétologue, est de re...

Comprendre l'affaire Saad Lamjarred

La pop star marocaine controversée Saad Lamjarred doit retourner devant la Cour d’appel de Paris po...

CESE : comment assurer de manière optimale l’inclusion et l’émancipation de la femme ?

À l’occasion de la Journée internationale de lutte pour les droits des femmes, le Conseil économiqu...