Aller au contenu principal

Restrictions de fin d’année, véritable coup de massue pour les hôteliers

À partir de ce mercredi 23 décembre, les restaurants de Casablanca, Agadir, Marrakech et Tanger devront fermer leurs portes. Les hôtels quant à eux devront se passer des animations puisque les fêtes et les rassemblements sont formellement interdits. Cette décision a poussé un grand nombre de touristes à annuler leurs réservations de fin d’année devant la stupéfaction des hôteliers. Les espoirs des professionnels du secteur qui espéraient sauver une partie de la saison durant cette dernière semaine de l’année 2020 sont anéantis.

Par Mohamed L., Publié le 23/12/2020, mis à jour le 23/12/2020
Teaser Media
2020, une année noire pour le tourisme marocain © DR

Pour les professionnels du secteur de tourisme, la récente décision du gouvernement de resserrer la vis sur les restaurants est la goutte qui a fait déborder le vase. En effet, le gouvernement a annoncé cette semaine des mesures préventives très strictes qui entreront en vigueur dès ce mercredi 23 décembre 2020 à 21 heures. Un couvre-feu nocturne de 3 semaines est décrété sur l’ensemble du territoire national avec une fermeture totale des restaurants dans 4 villes : Casablanca, Marrakech, Agadir et Tanger. Les restaurants d’hôtels réservés à l'usage des clients résidents resteront cependant ouverts.

Dès que cette annonce a été faite, les annulations de réservations d’hôtels se sont multipliées. La raison est simple, les touristes ne veulent pas se confiner dans leurs chambres d’hôtel. Au vu de la situation actuelle, la déception des professionnels du secteur est immense. Ces derniers tablaient sur la période du 24 décembre au 1er janvier pour limiter les dégâts d’une année déjà très compliquée.

Lire aussi: Tourisme : la sortie du tunnel sera longue et douloureuse

De plus, cette semaine est la plus chère de l’année, celle où les opérateurs touristiques font le maximum de bénéfices. La multiplication des vols spéciaux et les différents partenariats signés avec les compagnies aériennes étrangères avaient donné une bouffée d’oxygène aux opérateurs touristiques, mais cette annonce gouvernementale a fait l’effet d’un coup de tonnerre chez ces derniers. Ils la qualifient d’incompréhensible, d’autant plus que le Maroc enregistre ces dernières semaines, le nombre d’infections le plus bas depuis le mois de juin 2020.

 

La CGEM réagit

La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) ne reste pas insensible à la situation des opérateurs touristiques dans les différentes villes du Royaume. Chakib El Alj, président du patronat estime que faire supporter à des secteurs en particulier le coût économique des restrictions sanitaires est injuste. «La CGEM comprend qu’au vu de la situation épidémiologique, des restrictions sanitaires s’imposent. Toutefois, il n’est pas juste de faire supporter à des secteurs en particulier le coût économique des restrictions sanitaires sans mettre en place des mesures de soutien aux entreprises opérant dans ces secteurs et contraintes à fermer par décision administrative», déclare le président du patronat. Ce dernier promet la poursuite de son engagement en faveur du secteur privé notamment les TMPE afin de traverser cette crise avec le minimum de dégâts.

De con côté, Mohamed El Yacoubi, président de la commission investissement et de la commission juridique à la CGEM Marrakech-Safi souligne que «l’Exécutif doit penser à la mise en place de mesures de compensation financière permettant de couvrir ne serait ce qu’une partie des charges fixes. Cette aide exceptionnelle devrait être maintenue durant toute la période de fermeture administrative».

 

Pendant ce temps, la RAM renforce ses vols internes...

Malgré ces restrictions, le ministère de tutelle continue de promouvoir le tourisme interne. À partir de vendredi 25 décembre, la Royal Air Maroc (RAM) rétablira la ligne Casablanca-Zagora à raison de deux fréquences par semaine. Les fréquences seront renforcées pour certaines destinations telles que Ouarzazate (5 fréquences par semaine au lieu de 3) et Errachidia (4 fréquences par semaine au lieu de 3).

Pour la ligne Casablanca-Dakhla, le nombre de fréquences pourrait atteindre 3 fréquences par jour durant cette période de fin d’année. Au total, le programme des vols domestiques comprendra 15 liaisons à raison de 76 fréquences par semaine. Reste à savoir si la clientèle sera assez motivée pour voyager dans les conditions actuelles. Pas sûr.

Covid-19 : quel impact sur l’activité des entreprises ?

La dernière note du Haut-Commissariat au Plan (HCP), analysant l’impact de la crise sanitaire sur l...

Hausse des exportations des fruits et légumes

L'actuelle saison agricole se présente dans des conditions plus que favorables. En témoigne les exportations de fruits et légumes, qui ont totalisé 474.900 tonnes jusqu'en janvier 2021. Le ministre...

Maroc : déficit budgétaire de 82,4 MMDH à fin 2020

Dans sa dernière Situation des charges et ressources du Trésor (SCRT), publiée dimanche 24 janvier, le ministère des Finances a révélé que l’exécution de la Loi de finances rectificative (LFR) fait re...

Activité portuaire : Tanger Med maintient le cap

L'ensemble des activités portuaires de Tanger Med ont affiché une croissance soutenue durant l'année 2020, permettant ainsi au complexe portuaire de consacrer sa position en tant que premier port...

Compensation : la réforme inachevée

Au mois d’avril dernier, en pleine période de confinement, le gouvernement a imposé le port du masq...

IPC : hausse de 0,7% en 2020

En décembre 2020, l’Indice des prix de la consommation (IPC) a diminué de 0,5% par rapport au mois de novembre, a fait savoir le Haut-Commissariat au plan (HCP) dans un communiqué. Cette baisse est du...