Temps de lecture : 4 minutes


Infrastructure : mobilisation de 40 MMDH par an pour la prochaine décennie

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Pour financer plusieurs projets d’infrastructure tout au long de la prochaine décennie, le ministère de l’Équipement, du Transport et de la Logistique compte mobiliser une enveloppe globale de 40 milliards de dirhams par an. C’est lors de la session parlementaire de ce lundi 13 juillet qu’Abdelkader Amara, ministre de la tutelle, a annoncé cette décision qui concernera des infrastructures hydrauliques, portuaires, ferroviaires et logistiques.

Temps de lecture : 4 minutes

Le Maroc ne lésine pas sur les moyens pour moderniser ses infrastructures. En effet, lors de la séance plénière des questions orales de la Chambre des représentants du lundi 13 juillet, Abdelkader Amara, ministre de l’Équipement, du Transport et de la Logistique, a avancé que le royaume compte investir 40 milliards de dirhams par an pour financer les différents chantiers de son département, indique Médias24. Ce budget, a-t-il précisé, concerne l’ensemble des projets relevant de ses domaines de compétence, et qui sont prévus pour la prochaine décennie.



 



Infrastructures hydrauliques



Amara a expliqué que son ministère se concentre actuellement sur des projets d’infrastructures hydrauliques, dans le cadre du « Programme d’eau potable et d’irrigation 2020-2027 », lancé par le roi Mohammed VI le 13 janvier 2020. Il a assuré que ce programme poursuivra ses travaux, et que les amendements du Projet de la loi de finances réctificative de 2020 ne vont pas l’affecter. «Le ministère est concerné par 61 milliards de DH pour le développement de l’approvisionnement en eau et par le renforcement de l’eau potable dans le milieu rural, en coordination avec d’autres ministères, pour un budget de 27 milliards de DH. Cela ne comprend pas les chantiers des petits barrages que nous allons lancer», a souligné le responsable.



 



Chantiers portuaires



En plus des projets hydrauliques, le ministère construit plusieurs ports, dont celui de Nador West Med, qui a nécessité un budget de 9 milliards de dirhams, et qui est en voie d’achèvement. De plus, pour la gestion du nouveau port de Kénitra Atlantique, la tutelle cherche à établir un partenariat public-privé, dont le coup s’élève à 5 milliards de dirhams. Pour ce qui est du projet de construction du port Dakhla Atlantique, sa réalisation est toujours en cours, mobilisant un budget total de 10 milliards de dirhams.



 



De nouvelles liaisons ferroviaires



Concernant les chemins de fer, le ministère va créer deux connexions pour le transport de marchandises entre les ports de Nador et de Safi, rapporte LeDesk. Selon le site d’information, la première liaison coûtera 3,2 milliards de dirhams, tandis que la seconde bénéficiera d’un budget de 300 millions de dirhams. Quant au projet de la ligne ferroviaire Marrakech-Agadir, ce dernier est toujours en phase d’étude, soutient Amara.



 



650 millions de dirhams consacrés à la logistique



Enfin, les zones logistiques en cours de réalisation coûteront plus de 650 millions de dirhams. Le ministre a ainsi annoncé le lancement des travaux d’une station logistique dans les environs de Aït Melloul. Ce chantier, couvrant une superficie de 172 hectares, nécessitera un investissement de 350 millions de dirhams. Selon les précisions de Amara, une deuxième station logistique s’étalant sur 18 hectares sera construite à Kénitra, tandis que celle de Ras El Ma, prévue dans la région de Fès-Meknès, couvrira 100 hectares et coûtera 300 millions de dirhams.


CRI

Charte de l’investissement : le soutien étatique fixé

Encourager l'acte d'investir. C'est le but ultime de la nouvelle Charte de l'investissement dont l'exécutif a amorcé la mise en œuvre à travers un premier décret d'application adop…
Viandes rouges : des mesures pour contrer la flambée des prix

Viandes rouges : des mesures pour contrer la flambée des prix

Ces deux dernières semaines, les prix de la viande rouge sont montés en flèche au Maroc. Dans les abattoirs, le prix de la viande ovine varie entre 90 et 100 DH le kilogramme (kg) …
Crise économique : le FMI évalue la performance du Maroc

Crise économique : le FMI évalue la performance du Maroc

La sécheresse et les conséquences économiques de l'invasion russe en Ukraine ont affecté l'économie marocaine en 2022. Malgré les efforts déployés par le gouvernement pour remédier…
SCRT : amélioration des recettes fiscales et non fiscales à fin décembre

SCRT : amélioration des recettes fiscales et non fiscales à fin décembre

Le ministère de l'Economie et des Finances vient de publier un document sur la situation des charges et ressources du Trésor (SCRT) au titre du mois de décembre 2022. Le document f…
Maroc-Espagne : un forum économique aux attentes majeures

Maroc-Espagne : un forum économique aux attentes majeures

Ayant presque le statut d’un sommet, la réunion de haut niveau (RHN) entre le Maroc et l’Espagne se tiendra les 1ᵉʳ et 2 février 2023 à Rabat, avec une représentation importante de…
Économie nationale en 2023 : quelles perspectives de reprise ?

Économie nationale en 2023 : quelles perspectives de reprise ?

Les perspectives économiques nationales pour 2023 tiennent compte d'un environnement international fortement contraignant. Cet environnement est notamment marqué par la poursuite d…
Tourisme : le Maroc rayonne !

Tourisme : le Maroc rayonne !

Les objectifs du Maroc en matière de tourisme durable se concrétisent. Le prestigieux magazine espagnol, Viajar, a désigné le Royaume comme "meilleure destination durable émergente…
Entreprises au Maroc : quels enjeux économiques ?

Entreprises au Maroc : quels enjeux économiques ?

La loi de Finances pour l’année 2023 (LF 2023) prévoit plusieurs changements fiscaux. La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a tenu, le 18 janvier, son Conseil n…