Aller au contenu principal

Pourquoi la CGEM veut reporter l’augmentation du SMIG ?

La CGEM a élaboré un ensemble de propositions dans le cadre de son plan de relance de l’économie nationale. Parmi celles-ci, le report de la seconde phase d'augmentation du SMIG de 5% prévue pour le premier juillet 2020. Le patronat affirme que la conjoncture actuelle ne permet pas cette disposition, mais ne ferme pas la porte à tenir son engagement dans l’avenir, à une condition...

Par Mohamed L., Publié le 28/05/2020, mis à jour le 28/05/2020
Teaser Media
SMIG

Après la concrétisation et l’application de la première augmentation du SMIG en juillet 2019, le passage de la seconde augmentation prévue au 1er juillet 2020 risque d’accuser du retard. En effet, la CGEM a annoncé ce mercredi 27 mai lors d’un point de presse fait par visioconférence qu’elle a envoyé une lettre officielle avec pour objet une demande du report de la seconde tranche du SMIG, rapporte Aujourd’hui le Maroc dans son édition du jeudi 28 mai 2020.

«Nous demandons le report à une date ultérieure de cette hausse du SMIG, car nous sommes actuellement dans une logique de préservation des emplois et des entreprises. Nous comptons faire cette augmentation, toutefois la conjoncture actuelle fait qu’elle doit être reportée à une date ultérieure», a précisé Chakib El Alj, président de la confédération générale des entreprises du Maroc.

 

Un rappel des engagements

L’augmentation du SMIG est l’une des actions du pacte social tripartite signé en avril 2019 entre la CGEM, les partenaires sociaux et l’État. Dans ce sens, le patronat regrette que les engagements du gouvernement n’aient pour l’heure pas été tenus.

Hicham Zouanat, président de la commission sociale au sein de la CGEM a expliqué que «le patronat s’était engagé dans la signature de ce pacte social à appliquer trois mesures : une hausse du SMIG de 5% en juillet 2019 (validé), une hausse des allocations familiales (validé), et une hausse du SMIG de 5% en juillet 2020 (demande de report), tandis que l’État et les partenaires sociaux s’étaient engagés à promulguer avant fin 2019 la loi organique sur la grève, publier le décret sur les contrats à durée déterminée et lancer les consultations pour l'amendement du Code du travail», souligne Hicham Zouanat, dans une déclaration relayée par Medias24.

Le représentant du dialogue social au sein du patronat affirme que la confédération a tenu pour l’heure deux de ses trois engagements alors que le gouvernement et les partenaires sociaux n’en ont tenu aucun. «Nous demandons le report de cette augmentation jusqu'à ce que les autres parties remplissent leurs engagements», déclare Hicham Zouanat.

La CGEM a également profité de sa e-conférence de presse pour présenter sa vision et sa réflexion sur le plan de la relance économique. Le patronat estime le coût global de cette relance entre 80 et 100 milliards de dirhams, dont plus de la moitié pour couvrir la garantie "Damane Relance". Chakib El Alj reste tout de même optimiste et estime que le Maroc dispose de tous les atouts pour transformer cette crise en opportunité, rebondir et se positionner comme une économie à fort potentiel de développement.


  • Partagez

L’industrie tourne à 56% de ses capacités

L’activité se redresse dans les usines avec la réouverture progressive de l’économie. Cependant, el...

Tourisme : grand engouement pour les villes de Dakhla et Agadir

Alors que la compagnie aérienne Royal Air Maroc vit une crise étouffante, la demande touristique su...

L’AMIC nomme son nouveau Conseil d’administration

À l’issue de son Assemblée générale qui s’est tenue ce mardi 30 juin 2020, l’Association marocaine ...

Dépenses publiques : El Otmani serre la vis

Le Chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, a envoyé une circulaire aux ministres, aux ministres ...

Le CMC fait le point sur la crise et l’après-covid

Le Centre marocain de conjoncture (CMC) vient de publier son 51e rapport annuel. Intitulé "2020 – 2...

Le crédit bancaire dopé par les demandes d’aides

Les statistiques monétaires à fin mai révèlent une hausse de 6,5% du crédit bancaire à 926 milliard...