Aller au contenu principal

Emploi : la crise coûte cher

Aux États-Unis, le taux de chômage s’est fortement renforcé alors qu’il était il y a encore peu l’un des plus faibles de ces cinquante dernières années. Le Coronavirus est passé par là. Dans le cas extrême, l’Organisation internationale du travail envisage plus de 25 millions de destructions d’emplois et plus 3400 milliards de dollars de pertes de revenus enregistrées en raison de la crise sanitaire et économique. Il est rare que le scénario extrême se concrétise, toutefois, pour limiter les dégâts, il faudra une action forte des États pour soutenir l’économie.

Par J.R.Y, Publié le 07/04/2020 à 17:30, mis à jour le 07/04/2020 à 18:52
Teaser Media
Organisation internationale du travail

En quelques semaines, les inscriptions au chômage ont flambé aux États-Unis alors que le pays affichait l’un des taux de chômage les plus bas depuis cinquante ans. Au Maroc, plus de 800.000 déclarations d’arrêt temporaire de travail ont été enregistrées sur le portail de la CNSS.

Dans le pire des cas, la crise sanitaire et économique due au Coronavirus pourrait détruire bien plus que les 25 millions d’emplois précédemment annoncés et engendrer jusqu’à 3400 milliards de dollars en pertes de revenus. C’est un scénario extrême de l’Organisation internationale du travail (OIT) qui annonce déjà que l'équivalent de 195 millions d'emplois à plein temps devraient être perdus entre avril et juin. Dans la fourchette basse de ses prévisions, l’OIT prévoit une augmentation pérenne de 5,3 millions du nombre de chômeurs, ce qui engendrerait une perte de salaires équivalent à 860 milliards de dollars. Il est rare que le scénario extrême se concrétise, mais une action forte des États est attendue pour soutenir les économies. 

 

Le Maroc a pris ses dispositions

Les chiffres officiels au Maroc ne rendent compte que d’une partie de la réalité puisqu’il y a des dizaines de milliers d’autres travailleurs informels ou non déclarés qui sont à l’arrêt et qui n’apparaissent pas dans les radars. D’où la mise en place de mesures de soutien pour tous les travailleurs. Les affiliés à la CNSS en arrêt de travail bénéficieront d’une indemnité forfaitaire mensuelle de 2000 DH avec en plus la possibilité de reporter les échéances de crédit. Par ailleurs pour le secteur informel, il est prévu une aide de 800 DH par mois pour un ménage ramediste d’au plus deux personnes. L’indemnité est fixée à 1.000 DH pour les ménages de 3 à 4 personnes et 1.200 DH pour les familles plus nombreuses. Les non-ramedistes et opérant dans l’informel bénéficieront aussi des mêmes indemnités.

Il s’agit de mesures exceptionnelles. D’autres pays déploient aussi des plans de soutien assez large pour amortir le choc de la crise. En effet, selon les pays, les travailleurs ne bénéficient pas des mêmes privilèges et l’absence de mesures de soutien qui couvrent une large partie de la population ne ferait qu’accentuer la crise. L’administration américaine, quant à elle, va envoyer des chèques à plus de 145 millions d’Américains.

Futur gouvernement : les attentes des opérateurs économiques

La majorité des composantes du tissu économique marocain se sont réjouis des résultats des élection...

Le soutien public aux associations dépasse 3,6 MMDH en 2018

Le ministère d’État chargé des droits de l’Homme et des relations avec le Parlement vient de publier son rapport annuel sur le partenariat entre l’État et les associations pour l’année 2018. Selon ce ...

Air France-KLM Afrique du Nord-Sahel : un nouveau DG au Maroc

Le 1er septembre, Nicolas Fouquet a été nommé directeur général d’Air France-KLM pour la région Afrique du Nord-Sahel. Cette région, dont le bureau est basé à Casablanca, regroupe sept pays, à savoir ...

Maroc : les chantiers qui attendent le nouveau gouvernement

Après l’euphorie de la victoire, le nouveau gouvernement dirigé par Aziz Akhannouch devra s’atteler...

OMPIC : progression positive des créations d’entreprises

L’Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC) est un organisme qui met à la disposition des opérateurs économiques et du grand public des bulletins réguliers qui retracent l’ac...

Le Salvador : le bitcoin est désormais une monnaie légale

Étant décentralisées, les cryptomonnaies ne dépendent pas des banques. En raison des fluctuations rapides de leur valeur, elles ont été largement rejetées par l’économie traditionnelle et généralement...