Aller au contenu principal

Budget : les dépenses publiques réorientées vers le social et la santé

Mohamed Benchaâboun, ministre de l’Économie et des Finances, est intervenu ce lundi devant le Conseil de gouvernement. Il a abordé le res­pect des dépenses du budget et des institutions publiques en liaison avec l’état d’urgence sanitaire. Le ministre a précisé qu’au vu de la situation que vit le Maroc actuellement, il est nécessaire d’orienter les dépenses publiques vers les priorités, à savoir les domaines de la santé, du social et de l’économie. Ce Conseil de gouvernement a été marqué par l’adoption d’un projet de décret-loi relatif au dépassement du plafond des emprunts extérieurs.

Par Mohamed Laabi, Publié le 07/04/2020 à 11:42, mis à jour le 07/04/2020 à 18:12
Teaser Media
Un nouveau Comité de Veille Économique (CVE)

Le Maroc anticipe l’après Covid-19, constate ce mardi 7 avril 2020 le journal l’Économiste. Contraint d'adapté le budget prévisionnel annuel, le Conseil de gouvernement, qui s'est tenu la veille, a adopté le projet de décret-loi n° 2.20.320 relatif au dépassement du plafond des emprunts extérieurs fixé à 31 milliards de dirhams dans la loi de Finances 2020. Une disposition qui permettra au royaume de «répondre aux besoins en devises étrangères, au vu des difficultés que rencontrent les secteurs pourvoyeurs de devises à cause de la crise liée au Coronavirus», souligne un communiqué publié en marge de cette réunion.

Dans la première version du projet de décret-loi, figurait également la suspension des engagements de dépenses publiques, mais celle-ci a été écartée à la dernière minute. Selon Médias24, cette décision n’est pas définitive et peut tout à fait être prise dans les prochains jours, puisque le gouvernement n’a pas mentionné dans son communiqué avoir fait marche arrière et s’être rétracté. La suspension des engagements de dépenses publiques a engendré une grande inquiétude chez les entrepreneurs. Chakib Alj, président de la CGEM, a déclaré que «le gel de la commande publique allait sonner la mort certaine pour un grand nombre d’opérateurs économiques qui se trouvent dans une situation extrêmement difficile du fait de la crise du Covid-19».

 

Un recours à la ligne de précaution du FMI envisagé

Mohamed Benchaâboun, ministre de l’Économie, des Finances et de l’Administration publique, a souligné que la situation économique nationale actuelle nécessite la prise de certaines mesures d’urgence pour limiter les impacts de la pandémie, à commencer par l’orientation des dépenses publiques vers les priorités sanitaires, sociales et économiques. Le ministre avait déclaré auparavant que le pays devrait recourir à «tous les instruments financiers pour soutenir la reprise de l’économie nationale», notamment à un recours à la ligne de précaution du Fonds monétaire international (FMI).

Benchaâboun, cité par l’Économiste ce mardi, affirme que «la dette du Trésor est autour de 65% et peut aller jusqu’à 70% sans aucun problème». Le quotidien précise que l’encours global de la dette extérieure du Trésor a représenté, en moyenne, 14,5% du PIB sur les trois dernières années, ce qui laisserait un peu de marge et de temps au Maroc dans la gestion économique de cette crise.

Ce qu’il faut retenir de l’African Lion 2021

L’African Lion 2021 touche à sa fin. La 17e édition de cet exercice combiné maroco-américain a tenu...

Tourisme : la détresse des transporteurs touristiques

Alors que le Maroc ouvre petit à petit ses frontières pour accueillir (sous conditions) les Marocai...

Marhaba 2021 : la CNT se mobilise

Dès le lundi 14 juin, la Confédération nationale du Tourisme (CNT) s’est réunie afin de mettre en place la politique d’accueil destinée aux Marocains résidents à l’étranger (MRE), en visite au Maroc a...

Sage présente les résultats de son baromètre TVA

Le leader du marché des solutions de comptabilité, de paie et de gestion commerciale dans le cloud, Sage a organisé une table-ronde sous le thème "Comment la dématérialisation fiscale peut-elle contri...

Augmentation importante de la charge de compensation à fin mai

Dans une note récemment publiée, la Trésorerie générale du royaume (TGR) a indiqué, qu’à fin mai 2020, le montant de la charge de compensation s’élève à 6,3 milliards de DH (MMDH) au lieu de 3,07 MMDH...

Risques en finance : une histoire de casino ?

Les marchés financiers sont souvent comparés à des casinos. Ce parallèle a été fait pour la première fois par John Maynard Keynes et est encore aujourd’hui repris dans les médias. L’effet casino a une...