Aller au contenu principal

Échanges extérieurs : une mission, préserver les réserves de changes

Les chaines d’approvisionnement mondiales sont grippées et le risque de récession plane sur l’économie mondiale. Le commerce extérieur marocain va en prendre un coup. Sachant que la balance commerciale est structurellement déficitaire, il faut veiller à ce que le déséquilibre ne se creuse davantage. La Douane a appelé les concessionnaires à limiter leurs importations de véhicules au strict minimum et pourrait le faire pour d’autres activités. Alors que le Maroc vient d’élargir la bande de fluctuation du dirham, il est important également de préserver les réserves de changes.

Par J.R.Y, Publié le 24/03/2020 à 17:17, mis à jour le 24/03/2020 à 17:28
Teaser Media
Échanges extérieurs : une mission, préserver les réserves de changes

Sur demande de la Douane, les importateurs de véhicules sont priés de limiter leurs importations au strict minimum, relève L’Économiste dans son édition du jour. La spécificité du contexte explique cette note de la Douane. Les chaines d’approvisionnement mondiales étant grippées, le commerce extérieur en prend un coup. Sachant que la balance commerciale est structurellement déficitaire, il faut veiller à ce que le déséquilibre ne se creuse davantage dans une période perturbée.

 

Anticiper la baisse d’entrée de devise

Derrière cet appel, il y a aussi une question de préservation des réserves de changes. C’est très important alors que le Maroc vient d’élargir la bande de fluctuation du dirham. Le bon niveau des réserves de changes fait partie des prérequis pour aller plus loin dans la réforme. Or aujourd’hui, le ralentissement de la croissance mondiale et même le risque de récession mondiale auront des effets négatifs sur les sources de rentrées de devises à savoir les transferts des Marocains résidant à l'étranger (MRE) et les recettes de voyages.

La baisse de l’activité en Europe aura des répercussions sur le pouvoir d’achat des MRE et rejaillira donc sur les transferts de fonds vers le Maroc. D’un autre côté, le secteur du tourisme est frappé de plein fouet par la crise sanitaire. Les annulations de réservation sont significatives et les professionnels appellent déjà le gouvernement à la rescousse. C’est l’un des premiers secteurs à bénéficier des mesures de soutien. Le Centre Marocain de Conjoncture (CMC) prévoit une contraction de 25% de la valeur ajoutée de l’hôtellerie et de la restauration. Tout ceci influencera les recettes de voyages. Par ailleurs, le climat mondial actuel va sans doute affecter les investissements directs à l’étranger.

Évolution de l’activité monétique au Maroc

Les neuf premiers mois de 2021 ont été marqués par une reprise remarquable de l’activité monétique au Maroc. En comparaison avec la même période de l’année 2020, le volume global de l’activité a progr...

Perspectives économiques : l’inflation, le grain de sable dans la reprise

Le FMI a abaissé de 0,1 point sa prévision de croissance mondiale à 5,9%. La révision est certes mo...

2021 : la croissance au beau fixe

Le Maroc devra enregistrer l’un des taux de croissance les plus robustes de la région cette année, ...

Des entreprises marocaines victimes des tensions entre Alger et Rabat

Encore une fois, les relations entre Alger et Rabat passent par la case rouge des tensions et des querelles diplomatiques. Dernier épisode en date de cette série noire, une affaire de résiliation des ...

Un record de transferts des MRE prévu à fin 2021

À la suite des travaux de la troisième réunion trimestrielle du Conseil de Bank Al-Maghrib (BAM) au titre de 2021, tenue ce mercredi 13 octobre, la banque centrale a souligné dans un communiqué que le...

IRES : le monde post-Covid-19

Dans son rapport stratégique 2021, intitulé “vers un nouveau monde post-Covid-19 ?”, l’Institut royal des Études stratégiques (IRES) s’est penché sur l’après-crise sanitaire. Soulignant une "quasi-imp...