Aller au contenu principal

Des suspects, dont un terroriste, arrêtés pour incitation à l’attroupement

Alors que le confinement national est en place depuis quelques jours, la police judiciaire a procédé à l’arrestation de plusieurs individus. Ces derniers sont soupçonnés de désobéissance, d’incitation à l’attroupement et d’exposition de la vie de citoyens au danger. Les suspects, âgés de 22 à 49 ans, ont violé l’état d’urgence sanitaire en vigueur pour lutter contre la propagation du coronavirus. Deux d’entre eux ont des antécédents judiciaires.

Par Khansaa Bahra, Publié le 24/03/2020 à 11:33, mis à jour le 24/03/2020 à 12:43
Teaser Media
dgsn

Ce lundi 23 mars à Fès, la police a arrêté cinq suspects pour avoir incité des personnes à participer à des manifestations, en violation de l’état d’urgence sanitaire en vigueur. Les suspects, âgés de 26 à 49 ans, sont actuellement en détention provisoire pour leur implication dans l’incitation à la désobéissance et l’exposition de la vie de citoyens au danger, en temps de confinement obligatoire pour lutter contre la propagation du coronavirus. Selon l’enquête préliminaire, l’un des prévenus avait été condamné dans le cadre de la loi antiterroriste, alors qu’un autre a des antécédents judiciaires pour des crimes de violence et d’atteinte aux personnes et aux biens.

Selon un communiqué de la Direction générale de la sécurité nationale (DGSN), de nouvelles arrestations ont également eu lieu dans la ville de Tétouan, où les services de sécurité ont intercepté deux suspects, âgés de 22 et 21 ans, pour entrave aux mesures de précaution des autorités locales. En outre, la police de Tanger avait arrêté, dimanche 22 mars, deux suspects âgés de 24 et 42 ans pour les mêmes faits.

Ces arrestations interviennent après que de nombreuses personnes sont sorties dans la rue pour manifester en dépit des mesures de sécurité édictées dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire actuel. Ces faits se sont déroulés simultanément à Fès et à Tanger, ainsi qu’à Tétouan, à Salé et à Ksar El Kébir. La police enquête toujours pour trouver d’autres suspects impliqués dans ces incitations aux rassemblements.

Pour rappel, le Maroc a décrété l’état d’urgence le 20 mars afin de protéger les citoyens contre les infections et prévenir la propagation du coronavirus. Ce lundi, un comité du ministère de l’Intérieur au sein de la Chambre des représentants a adopté à l’unanimité le projet de décret-loi 2.20.292 pour pénaliser les contrevenants. Le projet de loi criminalise toutes les actions visant à compromettre l’état d’urgence du pays. Les accusés risquent une peine allant d’un à trois mois de prison ferme. Ils devraient également payer une amende allant de 300 à 1 300 dirhams s’ils sont reconnus coupables. Notons que l’état d’urgence sanitaire se poursuivra jusqu’au 20 avril au Maroc.

Le projet de loi sur l’usage légal du cannabis adopté

Le projet de loi sur l’usage légal du cannabis a été adopté en deuxième lecture par la Chambre des ...

Être une femme, ça coûte cher

C’est une triste réalité qu’on ne peut pas contester : les femmes sont moins bien payées que les hommes. «Ce qui coûte le plus cher, c’est l’argent qui n’est pas gagné, c’est-à-dire tout le travail no...

Comment se rendre au Portugal depuis le Maroc ?

Contrairement aux autres pays européens, le Portugal veut accueillir un nombre limité de vacanciers. En effet, seuls les voyageurs en provenance des pays de l’Union européenne (UE), de pays de l’espac...

RAM : le point sur le remboursement, changement et disponibilité des billets

À l'approche de la saison estivale, Royal Air Maroc (RAM) a mis en place un dispositif «exceptionnel» afin de faciliter le déplacement des Marocains résidant à l’étranger (MRE). Dans un communiqué, la...

C’est parti pour l’opération Marhaba 2021

L’opération Marhaba 2021 démarre ce mardi 15 juin 2021. Afin d’inciter les Marocains résidant à l’é...

La vaccination ne protège pas à 100% de la Covid-19

Bien qu’ayant reçu les deux doses du vaccin contre la Covid-19, certaines personnes dans la région de Casablanca-Settat ont contracté le virus. Ces nouveaux cas, qui ont été admis au centre hospitalie...