Aller au contenu principal

Coronavirus : la finance mondiale en panique

Restées relativement insensibles au coronavirus jusqu’ici, les bourses mondiales sont prises de panique sur fond de propagation du virus hors de la Chine. Alors que l’économie mondiale sort d’une année où la croissance a été mauvaise, la relance pourrait prendre plus de temps que prévu. Aujourd’hui, les secteurs du tourisme, du luxe et l’aérien sont parmi les plus exposés à cette épidémie. Si le Maroc se protège contre le virus, des effets pourraient être ressentis si l’activité ralentit chez ses principaux partenaires économiques.

Par J.R.Y, Publié le 25/02/2020 à 15:20, mis à jour le 25/02/2020 à 19:34
Teaser Media
Coronavirus : la finance mondiale en panique

Après le plongeon des bourses lundi, le Covid-19 reste la principale préoccupation sur les marchés. La propagation du virus hors de Chine, notamment en Italie et en Corée du Sud, inquiète.

Un impact sur la croissance mondiale

Alors que l’économie mondiale a réalisé l’une de ses plus faibles croissances en 2019 sur dix ans, la relance pourrait prendre plus de temps. Les déclarations de l’Organisation mondial de la santé (OMS) ces derniers jours ne sont pas très rassurantes, à moins qu’il y ait une mobilisation plus forte pour enrayer la propagation du virus. Selon les premières estimations du Fonds monétaire international (FMI), l’épidémie pourrait coûter 0,1 point de croissance en 2020.

Pour la Chine, deuxième économie de la planète, d’où est partie l’épidémie, tout ralentissement de l’activité aura des répercussions sur le reste du monde. Pour l’heure, le pays est crédité d’une croissance de 5,6%, soit 0,4 point de moins qu’anticipé en début d’année. Les secteurs du tourisme, du luxe et l’aérien sont parmi les plus exposés à l’épidémie du Coronavirus. Ce sont les valeurs de ces secteurs qui font plonger les bourses. À contrario, les cours des sociétés de biotechnologie affichent des progressions vertigineuses face à l’espoir du développement de vaccins.

Chaque pays sort en ce moment la calculette pour évaluer l’impact de l’épidémie. Le Maroc prend ses dispositions pour prévenir tout risque lié au virus, mais les répercussions chez ses partenaires ne seront pas sans effets pour le royaume.

Comme dans pareilles situations, les investisseurs se ruent sur les valeurs refuges, en l’occurrence les obligations allemandes ou encore l’or. Le métal jaune a pris 8,5% depuis le début de la crise sanitaire, rappelle Le Figaro. Les tensions géopolitiques, tout comme le Brexit, concourent à ce regain d’intérêt. Citigroup voit le cours de l’or au-dessus de 2000 dollars l’once d’ici deux ans. Une opportunité pour les investisseurs, qui serait pourtant synonyme de mauvaise nouvelle pour l’économie mondiale.

Justice : une lourde sentence contre la Samir

Ce jeudi 17 juin, la Cour d’appel a confirmé une sentence rendue trois ans plus tôt par le tribunal de première instance de Mohammedia contre la Samir. Cette entreprise est accusée, entre autres, d’in...

Banque mondiale : 450 millions de dollars pour soutenir l'inclusion financière au Maroc

Dans son édition de ce lundi 21 juin, le journal Aujourd’hui le Maroc rapporte que la Banque mondiale (BM) a approuvé un prêt de 450 millions de dollars au profit du Maroc. Ce soutien financier vise à...

De grandes ambitions pour le Gazoduc Maroc-Nigéria

Mardi dernier, Yusuf Usman, directeur général de la Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC) a annoncé que le gouvernement fédéral nigérian s’apprête à construire le gazoduc reliant le Nigeria a...

Ce qu’il faut retenir de l’African Lion 2021

L’African Lion 2021 touche à sa fin. La 17e édition de cet exercice combiné maroco-américain a tenu...

Tourisme : la détresse des transporteurs touristiques

Alors que le Maroc ouvre petit à petit ses frontières pour accueillir (sous conditions) les Marocai...

Marhaba 2021 : la CNT se mobilise

Dès le lundi 14 juin, la Confédération nationale du Tourisme (CNT) s’est réunie afin de mettre en place la politique d’accueil destinée aux Marocains résidents à l’étranger (MRE), en visite au Maroc a...