Aller au contenu principal

Programme Intelaka : mode d’emploi

Les demandes d’informations affluent sur les différentes agences bancaires du royaume depuis le lancement du programme intégré d’appui et de financement des entreprises, le 2 février dernier. Ce programme, plus connu aujourd’hui sous le nom de "Intelaka", appelle à la mobilisation de tous les acteurs de l’Économie nationale pour l’accompagnement des jeunes porteurs de projets. Retour sur les caractéristiques de ce plan qui a nécessité une enveloppe budgétaire de 8 milliards de dirhams.

Par Mohamed L., Publié le 20/02/2020, mis à jour le 21/02/2020
Teaser Media
Programme Intelaka

Intelaka, le programme de soutien aux entrepreneurs et aux très petites et moyennes entreprises (TPME), lancé sous instructions royales, est en marche et il a tout pour plaire et attirer les investissements. À commencer par des crédits plafonnés à 1,2 million de dirhams, un taux d’intérêt de 2% en milieu urbain et 1,75% en milieu rural, pas de garanties exigées, des frais de dossiers gratuits… etc. Ainsi l’offre actuelle en garantie de crédit de la Caisse centrale de garantie (CCG) s’est enrichie de trois nouveaux produits que l'on pourra retrouver dans tout le réseau bancaire sous des noms différents, comme Chaabi Intelak de la Banque populaire, Intilak al moukawil de la CIH ou encore Tamwil Intelak de la Société Générale.

Damane Intelak

Ce produit de la CCG permet de garantir gratuitement et à hauteur de 80% un crédit d’investissement contracté auprès de sa banque. Il est applicable à tous les secteurs d’activités (hormis la promotion immobilière) jusqu’à 1,2 million de dirhams à un taux de 2% sans frais de dossier. Il s’adresse aux auto-entrepreneurs, aux jeunes diplômés, aux Micros et très petites entreprises, au secteur informel, ayant moins de 5 ans d’activité, et aux petites entreprises exportatrices vers l’Afrique.

Objets de financement :

Investissement relatif aux projets de création et d’extension (acquisition de local, de matériel et d’outillage professionnel ou agricole, fixe ou roulant, à l’état neuf ou d’occasion, fonds de commerce, pas de porte, brevets, constructions, etc…) ; 90% du coût du programme d’investissement portant sur le matériel neuf ; et 50% sur le matériel d’occasion​.

Remboursement :

En fonction du cycle d’exploitation de l’entreprise : mensuel, trimestriel, semestriel, annuel.

Durée de remboursement :

Jusqu’à 84 mois avec un différé pouvant atteindre 24 mois.

Damane Intelak Al Mousstatmir Al Qaraoui

Identique au premier produit, il est destiné à la garantie des crédits d’investissement et des crédits à court terme, plafonnés à 1,2 million de dirhams. Il bénéficiera essentiellement au financement du secteur agricole et aux projets réalisés en milieu rural. Le taux de crédit applicable passe alors à 1,75%.

Start TPE

En parallèle de l’attribution d’un de ces 2 produits garantie par la CCG, l’offre "Start-TPE" est accordée aux entreprises dont le dossier Intelak ne dépasse pas les 300 000 dirhams. Il s’agit d’une ligne de financement destinée à assumer un besoin en fonds de roulement plafonnée à 20% du crédit Intelak réalisé (50 000 dirhams maximums toutefois). Sans garanties exigées, ce financement s’opère avec un taux d’intérêt de 0% et est remboursable in fine après un délai de 5 ans.

⇒ Il faut être bénéficiaire en premier lieu d’un crédit de financement "Intelak" de moins de 300 000 dhs pour en bénéficier.

Les banques seront accompagnées dans ce programme par Bank Al Maghrib et le fonds Hassan II pour le développement économique, qui proposent des taux de refinancement respectifs de 1,25% et 0%.

«L’idée est de donner l’oxygène à la toute petite entreprise qui se crée, sachant que le remboursement se fera sur 5 ans, une fois l’entreprise aura dépassé la période des difficultés et en cas de succès», déclare Hicham Zanati Serghini, DG de la CCG.

Selon Aujoud'hui le Maroc, la CGEM est aussi prête à mettre la main à la pâte et donner un coup de pouce à cette initiative royale. Le patronat a lancé l’offre "Première commande", qui consiste en l’accompagnement des entreprises pour réaliser leurs premières ventes jusqu’à un montant de 50 000 dirhams. Il s’agit ainsi d’un ordre d’achat plafonné à 50 000 dirhams avec 30% d’acompte et un paiement cash à la livraison.

Obtenir un crédit "Intelak"

Ces offres ciblent donc les auto-entrepreneurs, le secteur agricole, les jeunes diplômés, les Micros et très petites entreprises, le secteur informel et les petites entreprises exportatrices vers l’Afrique, ayant une activité inférieure à 5 ans (sauf les entreprises exportant vers l’Afrique).

Pour bénéficier de ce programme, l’entrepreneur peut se retrouver dans l’une des deux situations suivantes :

 Activité de l’entreprise >= 1 an : Il faudra présenter un bilan d’activité ainsi qu’un plan de financement du matériel à acquérir. Suivant les résultats affichés, il est possible que la banque exige l’ajout au dossier d’un prévisionnel d’activité.

 Activité de l’entreprise < 1 an : Il faudra pour cela présenter un business plan argumenté contenant une présentation du projet et des intervenants, un plan d’investissement, un plan de trésorerie et un compte de résultat prévisionnel. La banque pourra demander d’autres pièces justificatives si elle le juge nécessaire.

Par ailleurs, les banques permettent également d’obtenir des "facilités de caisse" garanties par la CCG. Cette procédure implique la présentation d’un dossier classique à la banque, au taux d’intérêt usuel, mais sans la contrepartie exigée habituellement par l’établissement de crédit (caution personnelle ou une hypothèque sur bien ou sur fond de commerce). 

Remédier à un besoin urgent en création d’emplois

Durant l’année 2019, l’économie marocaine n’a réussi a créé que 165 000 postes d’emploi (+1,5% par rapport à 2018), découlant d’une création de 250 000 postes en milieu urbain et une perte de 85 000 postes en milieu rural. Dynamiser la création d’emplois afin de faire baisser le taux de chômage (9,2% au niveau national en 2019), tel est l’objectif fixé par le programme Intelaka. Le ministre de l’Économie et des Finances, Mohamed Benchaâboun, avait déclaré que le programme intégré d’appui au financement des entreprises a pour objectif la création chaque année de 27 000 nouveaux postes d’emploi et l’accompagnement de 13 500 entreprises supplémentaires. C’est tout le mal que l’on souhaite à l’économie nationale.


  • Partagez

Budget : de légers ajustements

L’idée d’une suspension de certaines dépenses publiques a semé la panique dans le milieu des affair...

Covid-19 : le marché de l’automobile en chute libre

Les ventes globales du marché automobile ont enregistré en mars 2020 une baisse de 61,6% par rappor...

Fonds spécial Covid-19 : le secteur de la santé en priorité

Depuis la déclaration de la pandémie du coronavirus au Maroc, le roi Mohammed VI a appelé à la créa...

Le risque Maroc se dégrade provisoirement à "modérer"

Euler Hermès a dégradé la note de 18 pays, dont le Maroc. Sa note crédit est passée de B1 à B2. Ell...

DGI : légère baisse des recettes nettes

À fin mars 2020, les recettes fiscales nettes se sont établies à 44,7 millions de dirhams, contre 44,9 un an auparavant, soit une baisse de 0.5%. Les recettes ont stagné, alors qu’on s’attendait à une...

La presse écrite dans la tourmente

La presse marocaine est en train de vivre ses plus mauvais jours. La suspension, jusqu’à nouvel ord...