Aller au contenu principal

Crédit aux TPE/porteurs de projets : Après les banques, les assureurs cassent les prix

Pour soutenir le programme intégré d'appui et de financement de l'entreprise, les compagnies d'assurance se sont engagées sur une baisse significative du coût de l'assurance décès/invalidité totale-emprunteur. Il sera plafonné à 0,10% hors taxe, soit une ristourne de l'ordre de 75% par rapport à la tarification habituelle. Cet engagement a fait l'objet de la signature d'une convention entre le secteur (fédération et autorité de contrôle), les banques, Bank Al-Maghrib et le ministère des Finances.

Par J.R.Y, Publié le 14/02/2020, mis à jour le 14/02/2020
Teaser Media
Assurance intelaka

Après les banques, les assureurs rentrent dans la boucle pour permettre aux TPE, aux jeunes porteurs de projets, au monde rural, au secteur informel et aux entreprises exportatrices de bénéficier de taux d'intérêt historiquement bas dans le cadre du programme intégré d'appui et de financement de l'entreprise. La fédération des assurances, l'Autorité des assurances, Bank Al-Maghrib, le GPBM et le ministère des Finances ont signé jeudi 13 février une convention plafonnant l'assurance "décès/invalidité totale-emprunteur" à 0,10% hors taxes pour les bénéficiaires des crédits assortis de la garantie Intelaka.

Le programme Intelaka rassemble les mécanismes de la Caisse Centrale de Garantie dédiés au programme intégré d'appui et de financement de l'entreprise. Le coût de l'assurance dans le cadre de ce programme sera divisé pratiquement par quatre par rapport à la tarification habituelle. En tenant compte de l'assurance, le taux d'intérêt des crédits sera donc plafonné à 2,10% hors taxes et 1,85% en milieu rural.

 

Le coup de pouce des banques

L'assurance "décès/invalidité totale-emprunteur" est automatiquement adossé à chaque crédit. À la souscription d'un prêt, la banque propose le contrat groupe qu'elle a négocié avec la compagnie d'assurance. L'effet de taille permet de réduire le coût de l'assurance pour l'emprunteur. Pour les banques, ces opérations génèrent des commissions. Pour le programme de soutien aux entreprises, les membres du GPBM se sont engagés à renoncer à la commission d'acquisition au titre des contrats d'assurances "décès/invalidité totale-emprunteur", stipule la convention. Cela contribue à cette tarification préférentielle proposée par les assureurs. Par ailleurs, une procédure de souscription allégée permettant une mise en place rapide du crédit et une procédure d’indemnisation systématique en cas de décès ou d’invalidité de l’assuré sera mise en place.


  • Partagez

Plan de sauvetage du tourisme : les recommandations des Istiqlaliens

L’alliance des économistes istiqlaliens a émis cette semaine ses propositions au gouvernement pour ...

Relance économique : l’ordonnance de la CGEM

Le patronat propose une batterie de mesures phares pour relancer la machine économique une fois que...

8e réunion du CVE : financer la relance

Le Comité de veille économique a tenu, ce jeudi, sa huitième réunion de travail depuis le début de ...

Le ministère de l’Agriculture appelle les professionnels à poursuivre la mobilisation

Ce jeudi 21 mai, le ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime a déclaré que les opérateurs de ces secteurs ont réussi à maintenir leurs activités et leur production, garantissant un approvisi...

Finances publiques : des choix décisifs pour la relance de l’économie

Le ministre des Finances a estimé à 500 millions de DH le manque à gagner en termes de recettes fis...

Le CESE chargé d’identifier les impacts du Covid-19

Saisi par Habib El Malki, Président de la Chambre des représentants, pour réaliser une étude sur «Les impacts sanitaires, économiques et sociaux du Covid-19 et leviers d’actions envisageables», le Con...