Aller au contenu principal

Le maire de Marrakech sous le coup d’une enquête judiciaire

Larbi Belkaid, maire de Marrakech depuis 2015, ainsi que son vice-président Younes Benslimane (PJD) ont été déféré devant le juge d’instruction du tribunal chargé des crimes financiers de la ville ocre. Ces derniers sont poursuivis en état de détention dans une affaire de détournement de fonds. Ils seraient également impliqués dans une affaire de corruption liée à la COP22.

Par Mohamed Laabi, Publié le 29/01/2020 à 11:12, mis à jour le 18/02/2020 à 11:16
Teaser Media
Larbi Belkaid

Une affaire de corruption fait la une des médias marocains ce mercredi. Les accusés ne sont autres que le maire de Marrakech, Larbi Belkaid, et son vice-président, Younes Benslimane, tous les deux PJDistes. Ce 29 janvier, le quotidien arabophone Assabah rapporte que ces derniers ont été déférés devant le tribunal en charge des crimes financiers pour leur implication dans des deals douteux, dont la somme est estimée à 280 millions de dirhams.

La même source affirme que ces affaires sont liées à l’organisation de la conférence mondiale sur les changements climatiques (COP 22) qu’a abritée la ville de Marrakech en novembre 2016. Les deux responsables communaux sont poursuivis pour dilapidation de deniers publics et signature de contrats de gré à gré, sans disposer de la qualité les habilitant à procéder à ce type d’accords.

Le président de l’Association marocaine de la protection des droits de l’Homme, Abdellah Tatouch, se réjouit de voir la procédure judiciaire suivre son cours. «Cette affaire nationale doit être prise bien au sérieux, puisqu’elle est liée à une manifestation internationale que le Maroc a eu la chance d’organiser en 2016», déclare Tatouch. «Ces responsables ont touché à l’image du pays, puisqu’ils n’ont pas su utiliser correctement l’argent public réservé au royaume pour la réception de cet évènement international», estime-t-il.

L’arrestation de Belkaid et de son vice-président est intervenue après une plainte déposée par l’Association marocaine de la protection des droits de l’Homme. Alors qu’un appel d’offres pour des projets d’éclairage public portant sur quelque 357 millions de dirhams d’investissement a été abandonné, le vice-président du conseil communal, Younes Benslimane, serait entré en négociation avec une entreprise sur le même marché, rapporte Al Massae dans son édition du mercredi 29 janvier 2020.

Nul doute que ce dossier, qui est désormais entre les mains de la justice, va salir la réputation du PJD dans la région de Marrakech, et ce à l’aube des prochaines élections communales de 2021.

Élections 2021 : une commission de suivi créée

Sur instructions royales, la commission centrale chargée du suivi des élections a été créée ce mard...

Résolution du conflit israélo-palestinien : le rôle significatif du Maroc

Convié par le Parti de la justice et du développement (PJD), Ismail Haniyeh, chef du mouvement pale...

Le Conseil de coopération du Golfe exprime son soutien au Maroc

Ce mercredi 16 juin à Riyad, le conseil ministériel du Conseil de coopération du Golfe (CCG) a tenu sa 148e session. À l’issue de cette réunion, le CCG a publié un communiqué dans lequel il souligne l...

Arrivée du chef du mouvement Hamas au Maroc

Une première. Ce mercredi 16 juin à Rabat, Saad Dine El Otmani, chef du gouvernement, ainsi que d’autres politiciens marocains ont reçu Ismail Haniyeh, le chef du Hamas. Ce dernier, accompagné par une...

Maroc-Espagne : entre préoccupations et fake news

La responsable de la diplomatie espagnole a récemment exprimé son intention de rester discrète au s...

Sahara : le plan d’autonomie est la seule et unique solution, selon Omar Hilale

Dans un discours prononcé lundi devant le Comité des 24 de l’Organisation des Nations unies (ONU), le représentant permanent du Maroc auprès de l’ONU, Omar Hilale, a réaffirmé que le plan d’autonomie ...